Actu

L'Actu en vidéos


International

Lifestyle

Société

Crise migratoire

Santé

Trump himself


Fabriquées en Pennsylvanie et au Wisconsin, les Harley-Davidson font l'objet de droits de douane supplémentaires en Europe. - Shutterstock
Des dizaines de produits industriels et agricoles américains importés en Europe voient leurs droits de douane relevés à 25 % dès ce vendredi.

Maïs du Middle West, riz du Texas, beurre de cacahuètes de Géorgie, Harley-Davidson du Wisconsin et de Pennsylvanie sans oublier les célèbres Jean's ou le Bourbon... tous ces produits américains importés par l'Union européenne subissent, dès ce vendredi, un relèvement à 25 % de leurs droits de douane. Furieux des  taxes américaines imposées depuis le 1er juin sur leurs exportations d'acier et d'aluminium, les Européens ont vite réagi contre cette mesure de Donald Trump destinée à rééquilibrer la balance commerciale déficitaire des Etats-Unis.

Cette  première salve de contre-mesures de l'Union européenne porte sur 2,8 milliards d'euros d'importations américaines. Ce chiffre est inférieur aux 6,4 milliards d'exportations européennes d'acier et d'aluminium touchées par les taxes américaines. L'écart s'explique par le fait que l'Union européenne reste dans le cadre légal de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour agir alors que les Etats-Unis l'ignorent.

« Nous ne sommes pas dans une approche de rétorsion. Les droits de douane instaurés par les Etats-Unis ne sont que des mesures de sauvegarde déguisées. Dans le cadre de l'accord sur les mesures de sauvegarde de l'OMC, nous ne pouvions taxer qu'à hauteur de 2,8 milliards les importations américaines », a expliqué, jeudi sur France24, Jean-Luc Demarty, le directeur général du commerce à la Commission européenne. L'Union européenne ayant déposé une plainte à l'OMC, « ce n'est que dans trois ans, si l'Organisation nous donne raison, que nous taxerons le solde (3,6 milliards) », a-t-il ajouté.

Les Etats pro-Trump visés
Dans l'immédiat, l'Union européenne a ciblé en grande partie des produits américains exportés par des Etats ayant soutenu Donald Trump. La liste, notifiée à l'OMC, comprend un tiers de produits d'acier, un tiers de produits agricoles et un tiers de produits industriels tels que bateaux de plaisance, cosmétiques ou chaussures en cuir. « C'est une réponse ferme et proportionnée. Notre objectif n'est pas de mettre de l'huile sur le feu », a encore indiqué Jean-Luc Demarty.

Craintes sur l'automobile
Au contraire, Bruxelles reste ouverte à toute discussion avec les Américains. Jean Claude Juncker, le président de la Commission européenne pourrait d'ailleurs rencontrer le président Trump à Washington cet été.  Déjà se profile une autre menace  : des droits de douane supplémentaires sur les importations d'automobiles européennes. Ce qui serait « encore moins justifiable du point de vue de la sécurité nationale.

Les exportations vers la Chine des constructeurs européens présents aux Etats-Unis sont aussi importantes que les importations américaines de véhicules en provenance de l'Union », a précisé Jean-Luc Demarty. Une guerre entre alliés est inconcevable pour la Commission.

La Chine en question
Pour cette dernière, le réel problème vient des pratiques chinoises de dumping, de subventions abusives, de transferts de technologies forcés et de droits de propriété intellectuelle bafoués. L'Union européenne qui partage les préoccupations américaines sur le sujet a déposé, début juin, une autre plainte à l'OMC au sujet du comportement de la Chine sur les droits de propriété intellectuelle.

En marge de la réunion ministérielle de l'OMC, en décembre à Buenos Aires, l'Union européenne, le Japon et les Etats-Unis se sont engagés, ensemble, à traiter ce problème. Depuis, trois réunions ministérielles dont l'une s'est tenue en marge du forum de l'OCDE, fin mai, « ont donné des résultats encourageants », indique-t-on à Bruxelles. Preuve que les ponts entre Bruxelles et Washington ne sont pas totalement coupés. Même si la situation commerciale est « extrêmement préoccupante » aujourd'hui.

Richard Hiault -lesechos.fr 

«
Suivant
Article plus récent
»
Précédent
Article plus ancien

Aucun commentaire:

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous :

.

Autres radios relayées par Otr'Actu. Cliquer sur un logo pour éouter la radio correspondante.