Actu

L'Actu en vidéos


International

Lifestyle

Société

Crise migratoire

Santé

Trump himself


Le Premier ministre israélien est en visite ce mardi à Paris pour le lancement de la saison France Israël.
Viriles mais correctes. C’est la nature des relations entre Emmanuel Macron et Benyamin Netanyahou. On sait que le Premier ministre israélien, qui sera ce mardi à Paris pour lancer avec le président français la saison France Israël - quatre cents événements sur les thèmes de la culture, de l’économie, de la science et de l’innovation organisés conjointement dans les deux pays durant cinq mois - ne s’est jamais privé de parler avec rudesse de la France. En particulier lorsqu’il jugeait ses dirigeants coupables de négligence envers la montée de l’antisémitisme.

De son côté, Emmanuel Macron n’a jamais voulu déroger avec l’Israélien à ce langage franc et direct qu’il affectionne. Les deux hommes commencent d’ailleurs à bien se connaître : ils se rencontreront ce mardi pour la quatrième fois. La première fut à l’occasion du 75e anniversaire de la rafle du Vel d’hiv, le 16 juillet 2017. Le chef de l’Etat avait alors prononcé un discours important, empreint d’émotion.

Pomme de discorde, le statut de Jérusalem
Mais leur dernière rencontre, le 10 décembre 2017 à Paris, avait été marquée par un tête à tête tendu d’une demi-heure dans le bureau du président à l’Elysée. Pomme de discorde, le statut de Jérusalem, alors que Donald Trump s’apprêtait à annoncer le transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et le processus de paix avec les Palestiniens.

Depuis, l’ampleur des désaccords n’a fait que croître. Netanyahou a applaudi à deux mains la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Il avait lui-même convoqué une conférence de presse à grand spectacle le 30 avril pour prouver que l’Iran mentait sur son programme nucléaire.

Paris avait vite fait remarquer que les éléments exposés par le chef du gouvernement israélien étaient déjà connus et ne concernaient que des activités passées de l’Iran. A l’Elysée on s’attend cette fois - non sans une pointe de délectation - à ce que Netanyahou s’enferre à nouveau dans sa démonstration. Par quoi remplacer l’accord, demandent surtout avec insistance les Français pour lesquels seul le cadre actuel permet d’exercer une surveillance sur l’Iran à travers l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) ?

Les deux pays s’accordent à vouloir contrer l’ingérence militaire de l’Iran au Proche-Orient
L’autre gros sujet qui fâche, c’est bien sûr la question palestinienne. Le dossier s’est lourdement aggravé depuis les événements de Gaza et l’emploi de la force par Tsahal jugé excessif par Paris.

Mais la France et Israël n’ont pas que des désaccords, tant s’en faut. Au-delà d’une amitié historique, les deux pays s’accordent à vouloir contrer l’ingérence militaire de l’Iran au Proche-Orient, source de déstabilisation et d’insécurité. Ils luttent aussi ensemble contre le terrorisme islamiste.

Après s’être expliqués en tête à tête, les deux responsables inaugureront en début de soirée l’exposition multisensorielle Israël@Lights au Grand Palais à Paris et prononceront chacun un discours.

Si le temps ne tourne pas trop à l’orage, un déplacement d’Emmanuel Macron en Israël est en principe prévu avant la fin de l’année. Tout comme une visite à Paris de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne.

leParisien

«
Suivant
Article plus récent
»
Précédent
Article plus ancien

Aucun commentaire:

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous :

.

Autres radios relayées par Otr'Actu. Cliquer sur un logo pour éouter la radio correspondante.