Actualité

On en parle

CAN 2019

Société

Lifestyle

Science & NTIC

Santé

Sports

Sexualité masculine : ce qui change après 40 ans

L’organisme humain subit, au fil des ans, des  transformations physiques et hormonales liées à l’âge. C’est ainsi qu’à quarante piges passées, l’homme commence à connaître des changements apparents et de plus en plus significatifs, notamment dans sa vie sexuelle.
---
Au-delà de la quarantaine, les hommes éprouvent généralement le sentiment de n’avoir plus le même désir ni la même puissance sexuelle qu’auparavant. Si ce constat inquiète, il faut cependant comprendre que cela est tout à fait normal.

 Les raisons de cette baisse de la libido masculine sont multiples et varient de l’apparition de l’andropause (cycle de l’organisme masculin assimilable à celui de ménopause chez la femme) au faible estime de soi, en passant par le stress, sans oublier la  dysfonction érectile.

C’est ainsi que dès que l’homme atteint l’andropause, nous assistons à la réduction de la production de testostérone, l’hormone essentielle qui stimule le désir sexuel, réduisant du même coup l’appétit sexuel. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des symptômes caractéristiques de cette phase masculine.

Autre cause de baisse de la libido masculine aux alentours de la quarantaine, le stress. A quarante,  l’homme est désormais définitivement immergé dans la vie adulte et ses menues désagréments quasi quotidiens et doit souvent faire face à une crise existentielle, et donc de stress ; ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on parle de crise de la quarantaine (sic).

Pour y remédier, il faut penser à prendre les choses avec philosophie ; éviter surtout de se laisser obnubiler par sa vie privée, sociale ou professionnelle, en pratiquant la respiration abdomino-costale (technique que nous expliquerons prochainement), pratiquer la méditation ; prendre des compléments alimentaires anti-stress et surtout veiller à avoir une bonne hygiène de vie.

A cet âge-là, il est aussi assez courant – sans être systématique – que l’on soit sujet à la perte de l’estime de soi. La baisse de la production hormonale vous amène à éprouver un sentiment grandissant d’insécurité tant physique qu’émotionnelle, due aux altérations hormonales de l’andropause.

Mais le changement ayant le plus d’impact sur la vie sexuelle des quarantenaires demeure sans doute le dysfonctionnement érectile, dès lors que pour des raisons psychologiques, hormonales ou neurologiques, l’érection peut ne plus être la même que quand on était plus jeune.

Autant de changements dont il ne faudrait pourtant pas s’inquiéter, dès lors qu’ils sont tout à fait normaux. Sans oublier que l’on arrive à en atténuer les effets  en se faisant suivre médicalement, et même en ayant recours à des alternatives naturelles efficaces qui auront vite fait de vous rendre votre confiance en vous-même pour une vie sexuelle toujours plus épanouie.

Abdoulaye Jamil Diallo

CAN 2019 | Algérie- Sénégal : le match de la déception


L’Algérie sort victorieuse de cette CAN 2019 en battant le Sénégal par un but à zéro, sur un tir contré de Bounedjah, brisant du même coup le rêve des Sénégalais de remporter enfin la victoire après leur autre défaite, en 2002, contre le Cameroun.
---
Comment exprimer la déception des Lions ce soir face à une Algérie, qui dès les premières minutes de cette rencontre, la deuxième plus exactement, ouvre – par l’on ne sait quel coup du sort – le score, se dotant ainsi d’un avantage certain sur le Sénégal. Des Sénégalais qui, dès cet instant, se dépenseront corps et âme pour légaliser... en vain. Ni la technique de Sadio Mané, ni la combativité de Mbaye Niang, ni la fougue d’Idrissa Gueye ou d’Henri Saivet, ni même la valeur et le courage non moins importants de tous les autres, n’auront suffi à faire revenir les Lions.

La défense sénégalaise a d’entrée de jeu été surprise par ce tir de Bounedjah malencontreusement contré par Sané, et l’on est en droit de se demander pourquoi et comment les Lions se sont-ils laissés surprendre. Qu’est-ce qui a n’a pas marché ? Manque de communication réactive de la défense sénégalaise, apparemment moins entrée dans le jeu que les Algériens en ce début de match ? Absence de Coulibaly ? Quelle qu’en soit la cause, il faut dire que ce but des Fennecs n’aurait pu plus mal tomber pour les Lions qui, dès cet instant, se sont sentis obligés d’axer tout leur jeu sur cette surprise, faisant dès lors de la légalisation leur objectif majeur, et brisant peut-être, du même coup, leur tactique et leur jeu habituels. Un but qui – il évident – a brisé l’élan des Lions tandis qu’il offrait aux Fennecs une formidable sensation de puissance, d’autant plus qu’ils réalisaient, dès cet instant, que le sort leur souriait et qu’ils n’avaient donc qu’à aligner une défense implacable face aux Lions – et ce, jusqu’à la fin – pour triompher de leurs adversaires. Et c’est ce qu’ils ont fait !

L’Algérie remporte donc cette finale face au Sénégal par un but à zéro, faisant s’envoler du même coup l’espoir de tout un peuple. Un peuple qui, après la défaite des Lions en 2002, avait presque cru, cette fois-ci, en une possible victoire des hommes d’Aliou Cissé, grâce notamment au souffle nouveau que ce coach, couleur d’ébène bien chez nous (sic), a jusqu’ici su insuffler à cette sélection sénégalaise. Une sélection qui aura marqué cette CAN 2019 par la qualité de son jeu, la réactivité de sa défense, la combativité de son attaque et la ténacité collective de l’ensemble.

Une sélection qui, par un énième coup du sort, ne rentrera pas, cette fois-ci non plus, avec la coupe, mais que les Sénégalais devront accueillir avec les honneurs dus aux plus grands héros, pour avoir dignement représenté leur patrie à cette CAN, sous les yeux - sinon admirateurs du moins respectueux - du monde entier. «Gacce ngalamon» donc à nos Lions. Et encore merci à Aliou Cissé dont le maintien dans la tanière - faut-il le dire - s'impose de toute évidence à l'esprit de tout patriote sénégalais..

Abdoulaye Jamil Diallo

Psycho : savez-vous vraiment ce qu’est la schizophrénie ?

Nous nous hâtons souvent de traiter nos amis ou connaissances aux décisions incertaines et la plupart du temps fluctuantes de « schizos ». Pourtant ceux qui souffrent vraiment de ce mal présentent des symptômes d’un trouble mental bien plus sévère, mais qui – bien heureusement – peuvent être traités de manière efficace, s’ils sont sont pris en charge. Otractunews vous présente ici l'avis d'un spécialiste.
---
Par François Lelord, psychiatre et écrivain
Le qualificatif « schizo » est parfois utilisé pour désigner une personne à l'attitude contradictoire. Émue par la souffrance animale mais ne résistant pas à l'attrait d'un bon steak, par exemple, ou qui achète des produits importés tout en se désolant de la disparition de notre industrie.

Mais la vraie schizophrénie, dont le nom vient des mots de grec ancien schizein (« couper ») et phrèn (« esprit »), est un trouble mental qui touche près de 1 % de la population française. La maladie apparaît en général à l'adolescence ou à l'entrée dans l'âge adulte, et se caractérise par deux types de symptômes, dits positifs et négatifs.

Déconnexion de la réalité
Les symptômes positifs – ce que le patient a « en plus » – se manifestent sous forme d'idées délirantes qui ne correspondent pas à la réalité, tels des sentiments de persécution souvent associés à des hallucinations. Le patient « entend » des sons et des voix qui n'existent pas, dont le contenu est parfois hostile ou effrayant. Au début, l'entourage peut simplement remarquer que la personne touchée semble « ailleurs », cherche à s'isoler ou, au contraire, à se plonger dans une ambiance bruyante, dans le but d'atténuer les symptômes.

Tendance à l'isolement et à l'inaction

Les symptômes négatifs désignent ce que le patient a « en moins » : difficulté à se concentrer, à associer des idées, perte de l'envie de communiquer et tendance à l'inaction. La personne se retire et s'isole, réagissant peu aux sollicitations de ses proches, qui ne comprennent pas son état et lui demandent en vain de « se secouer ».

Un diagnostic long à établir
La schizophrénie existe dans tous les pays, mais le contenu des délires varie selon la culture. C'est une maladie d'origine biologique, et non liée à l'environnement familial, longtemps accusé injustement. Lors du premier accès, l'hospitalisation permet de mettre le patient à l'abri et d'élaborer un traitement à base de médicaments neuroleptiques, qui réduisent rapidement les délires et les hallucinations. En cas d'épisode bref, et si le patient retrouve ensuite son comportement normal, on parle de « bouffée délirante ». Le diagnostic de schizophrénie n'est envisagé que si les troubles persistent au-delà de six mois.

Médicaments et suivi psychologique
Grâce au traitement, nombre de personnes schizophrènes retrouvent un quotidien presque normal. En plus des médicaments, indispensables, un suivi psychologique les aide à affronter les situations stressantes, à l'origine des rechutes. Pour d'autres, l'évolution est plus mouvementée, entrecoupée d'hospitalisations, parfois de longue durée. La famille est souvent impliquée dans le suivi du patient, et doit être soutenue et informée sur la maladie. En attendant que des médicaments plus efficaces soient mis au point, suivre scrupuleusement le traitement et savoir demander de l'aide dès les premiers signes de crise augmentent les chances d'une évolution favorable.

Monnaie unique ouest-africaine : entre enthousiasme et circonspection

Les polémiques vont bon train depuis l’annonce, en juin dernier, de la création, dès 2020, d’une nouvelle monnaie ouest-africaine dans l’espace Cédéao. Si certains y voient un projet à l’échéance hâtive du fait de disparités non négligeables entre les différents Etats membres, d’autres, plus enthousiastes, se félicitent déjà de l’indépendance du Trésor français et de l’apaisement social et politique qui en résulteraient.

Indépendance du Trésor français
Pour certains observateurs à l’instar d’Hervé Lado, professeur des sciences économiques à l’Université de Paris I, la future monnaie unique ouest-africaine aurait un impact positif - autant pour les pays de la ZMOA (Nigéria, Ghana, Gambie, Guinée, Sierra Leone) que ceux de l’UEMOA (Sénégal, Guinée-Bissau, Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Bénin, Togo, Niger) - dès lors qu’elle ferait jouer à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) le même rôle de régulateur que la Banque centrale européenne (BCE) ; elle leur offrirait le loisir de ne plus rester sous le parapluie du Trésor français et donc la liberté de se soustraire des accords de coopération monétaire passés avec la France depuis 1945.
Surtout qu’en vertu de ses accords, ces pays doivent se plier aux conditions imposées par l’État français en matière de convertibilité, lesquelles n’ont pour effet que de garantir le monopole des entreprises françaises dans les secteurs clés de leurs économies respectives.

Facteur d’apaisement social
La monnaie unique ouest-africaine aurait aussi des avantages politiques non négligeables, si l’on considère les manifestations sporadiques mais véhémentes et régulières, ces dernières années en Afrique, de militants anti-franc CFA à l’image du célèbre Franco-Béninois Kémi Séba, expulsé du Sénégal vers la France pour avoir brûlé un billet de banque, et devenu indésirable dans d’autres pays de la zone. Un militantisme qui continue de faire des émules nombreuses en France et ailleurs, ainsi que sur les réseaux sociaux. De ce point de  vue, la nouvelle monnaie unique ouest-africaine serait un véritable facteur d’apaisement social, un motif libérateur, notamment pour la majeure partie de la population de ces pays, en l’occurrence la jeunesse.

Une échéance assez contraignante
Si certains jubilent à l’idée de se voir débarrassés du joug du Trésor français et de ses conditions aux avantages quasi unilatéraux, d’autres sont plutôt circonspects face aux risques qui résulteraient d’un abandon hâtif de cette couverture. Car si l’on en croit, Skandar Onaies, professeur des sciences économiques et ancien conseiller au Fonds souverain du Koweït, « les pays d'Afrique de l'Ouest n'ont pas intérêt à quitter à court terme le parapluie monétaire que la France offre grâce à son appartenance à la zone Euro », arguant qu’ « un défaut de paiement sur les dettes extérieures serait une catastrophe ». Le soutien de Bercy, ajoute Onaies, serait donc « indispensable dans ce cas de figure ». D’autant plus que l’échéance, qui ne dépasse guère les cinq ans, semble assez courte et quelque peu contraignante quand on sait qu’avant d’instaurer l’Euro comme monnaie commune en 1999, l’Union européenne a eu besoin de pas moins d’un demi-siècle. 

Et si la BAD encourage le projet, elle n’a pas manqué d’exprimer, dans un rapport récent, son inquiétude quant au retard accusé pour ce qui est du lancement et de la possibilité réelle de maintenir cette échéance à 2020.

Disparités assez inquiétantes
En plus de l’échéance courte, certains analystes se montrent par ailleurs moins enthousiastes que le rapport de la BAD qui, selon le professeur Onaies, ne  prend pas en compte certains aspects des variations sociétales, institutionnelles, tribales de la région. Soulignant que «  le fait de mettre en commun les réserves peut représenter un obstacle. Les dettes extérieures des pays ne sont pas non plus au même niveau. Enfin, les flux de capitaux sont différents selon les pays et ne concernent pas forcément les mêmes secteurs ». C’est cela même qui serait, selon lui,  la raison de la réticence de certains chefs d’État « frileux quant à cette politique monétaire ».

L’on craindrai, selon les analystes, un manque de diversification propre aux pays pétroliers, lequel serait préjudiciable aux pays réalisant des entrées de capitaux de portefeuilles.

Bref, la future monnaie unique africaine n’a pas fini de susciter des débats passionnés. Et entre ceux qui sont tout enthousiastes à l’idée de son prochain lancement et ceux qui sont encore sceptiques, il faudrait peut-être tout simplement dire : «  Que son règne vienne ! ». Et pour le reste, « donnons du temps au temps ! ».

Abdoulaye Jamil Diallo

L'Allemagne interdit Windows 10 et Office 365 dans les écoles


L'Allemagne n'est pas particulièrement tendre avec les sociétés américaines qui s'octroient des passe-droits avec sa législation, surtout sur le terrain de la vie privée. Et c'est ainsi que Windows 10 et Office 365 viennent d'être bannis des écoles.

 L'équivalent de la CNIL en Allemagne a récemment émis une ordonnance visant à interdire l'utilisation de Windows 10 et Office 365 dans les écoles du pays. Les deux logiciels de Microsoft ne se conformeraient ainsi pas au RGPD et ne sont ainsi plus les bienvenus dans les établissements scolaires.

La DHBDI (Der Hessische Beauftragte für Datenschutz und Informationsfreiheit), soit la CNIL de la région du länder de Hesse a ainsi déclaré illégale l'utilisation des deux logiciels dans les écoles, estimant ainsi qu'il était urgent de protéger les enfants. Cette décision n'est pour l'instant pas étendue aux administrations du pays.

Le fait que les données stockées dans le Cloud par Office 365 puissent être consultées depuis les USA constitue ainsi une violation des lois allemandes. Une situation difficile pour Microsoft puisque même les données stockées en Europe peuvent être consultées à distance depuis les USA.

Windows 10 pour sa part se montre assez bavard et multiplie les communications avec les serveurs de Microsoft même quand la télémétrie est définie au minimum...

L'Allemagne préconise ainsi un retour à d'anciennes versions de Windows et à une version locale d'Office, à moins que Microsoft ne propose des versions adaptées de ses propres logiciels.

D'ailleurs, la décision allemande soulève la question d'une application de cette interdiction à l'échelle européenne : le RGPD est une loi européenne et en conséquence, Microsoft se doit de le respecter dans chaque pays de l'Union européenne.

generation-nt

Etude - Sexualité : Savez-vous pourquoi les femmes sont de plus en plus insatisfaites avec l’âge ?

Jusqu’alors considérée comme étant due aux seules conséquences psychologiques de la ménopause,  une nouvelle étude montre que l’insatisfaction sexuelle serait aussi d’ordre  psychosocial.
La ménopause se déclare généralement autour de la quarantaine – voire la cinquantaine – avec des symptômes caractéristiques, allant de la sécheresse vaginale aux bouffées de chaleur, sans oublier les troubles assez récurrents du sommeil, avec des rapports sexuels de plus en plus rares.

Selon une étude parue parue en 2015 dans la revue Endocrinologie and Metabolism clinics of North America, citée par Pourquoi Docteur, « le dysfonctionnement sexuel augmenterait avec l’âge et serait très fréquent chez les femmes ménopausées ». D’autant plus que d’autres observations avaient auparavant mis en évidence l’évolution sensible des troubles sexuels, notamment entre la pré-ménopause et la post-ménopause.

Insatisfaction sexuelle et facteurs psychosociaux
Comme souligné plus haut, jusqu’ici, seules les baisses des taux  d’œstrogènes et la sécheresse vaginale étaient considérées comme ayant un impact négatif sur la satisfaction sexuelle des femmes. Or une nouvelle étude collaborative, menée par des scientifiques de l’Université du Sussex à Brighton, de l’University College London (Royaume-Uni) et de l’Université de New South Wales à Sydney, pointe aussi du doigt des facteurs nouveaux tels que la confiance en soi, les changements d’humeur, le stress ou encore l’image que l’on se fait de soi-même. 
Les auteurs de l’étude se sont basés sur l’analyse des données d’un échantillon de 4.418 femmes d’une moyenne d’âge de 64  ans, dont les 50 %, selon l’étude, affirmaient avoir une vie sexuelle active.

Très faible taux de satisfaction sexuelle
Ces femmes objet de l’étude ont fait état de rapports sexuels moins fréquents, du fait de l’absence ou de la difficulté de trouver un partenaire ou du dysfonctionnement sexuel de ce dernier, ainsi que de rapports plus douloureux du fait des symptômes précédemment évoqués, sans oublier l’état physique de la femme et les traitements médicamenteux.

Certaines d’entre elles ont établi un lien entre les facteurs psychosociaux et la baisse de leur libido. Et seulement 3 % de ces femmes ont confié avoir des rapports sexuels globalement satisfaisants.

Selon les auteurs de cette étude, « les difficultés sexuelles sont souvent sous-déclarées, sous-reconnues et sous-traitée », invitant dès lors médecins et professionnels de la santé à être plus à l’écoute de leurs patientes ménopausées, afin d’aider à leur épanouissement sexuel.

Abdoulaye Jamil Diallo

Paludisme : Pourquoi l'OMS interdit l'artemisia pourtant très efficace contre la maladie ?

Le paludisme,connu aussi sous le nom de malaria, fait 438 000 morts par an, et constitue la première cause de mortalité chez les enfants de 0 à 10 ans en Afrique subsaharienne.

Il existe certes des médicaments reconnus et unanimement conseillés par l'OMS et les firmes pharmaceutiques internationales, mais qui - en plus de leurs effets secondaires - sont souvent commercialisés à des prix excessifs pour les populations touchées par cette maladie ; des populations qui, en guise d'alternative, ont pu découvrir, grâce aux travail de médecins dévoués à la cause humanitaire, les vertus d'une plante (l'artemisia), aussi efficace que dépourvue d'effets secondaires, et qui, en plus de guérir la maladie, protège aussi contre le paludisme.

Sauf que l'OMS, sous la pression des firmes pharmaceutiques internationales, non contentes de cette trouvaille, interdit l'usage de l'artemisia, une plante qui, malgré la mise en garde de l'Organisation mondiale de la santé, est pourtant en train de supplanter, dans de nombreux pays, les médicaments officiels, notamment grâce à son efficacité et à son coût beaucoup plus abordable (voir vidéo ci-dessous).

Otr'Actu

Sénégal-Tunisie : les Lions matent les Aigles et se qualifient pour la finale

Qualification ce dimanche 14 juillet du Sénégal en finale de la CAN 2019, en battant la Tunisie par 1 but à zéro. Le dernier duel opposera donc les Lions aux Fennecs d'Algérie, sortis vainqueurs de leur match contre le Nigéria.
---

Jamais match n’aura été plus excitant que ce Sénégal- Tunisie. Rebondissements extraordinaires avec, entre autres, les deux penalties ratés des deux côtés :  soixante-quatorzième minute, excellent travail de Gomis, qui par un coup d’œil de génie, se jette  effectivement sur le bon côté et se love sur le tir de Sassi, faisant rugir de rage la tanière des Lions , soulagés ; soulagement de courte durée pourtant car moins de cinq minutes plus tard, à la soixante-dix-neuvième minute, ce sont les Aigles de Carthage qui obtiennent le leur. La tension monte, les  cœurs battent la chamade, tant côté tunisien que sénégalais, tandis que les regards se rivent sur  Henri Saivet ; coup sifflet de l’arbitre et tir de l’attaquant de Newcastle ; coup du sort ou répétition fatidique hâtive de l’histoire, le gardien de but tunisien réédite l’action héroïque de Gomis, écarte le danger pour les Aigles, faisant du même coup fondre l’espoir quasi débordant des Lions. 

C’est alors que s’accentue la hargne des uns et des autres, Lions et Aigles se lançant dès lors dans une bataille sans merci pour marquer le premier but qui établira la domination de l’une ou l’autre équipe sur son adversaire. Ils ne pourront pourtant pas aller plus loin que les menues occasions qui auront émaillé cette rencontre ; à l’instar de celle, à la quarante-neuvième minute, des Tunisiens, revenus plus en jambes lors de la deuxième période ; celle  de Sadio Mané, en quête d’appuis, à la quarantième ; tandis que la plus mémorable demeure celle de Youssouf Sabaly, dont le tir canon est venu percuter la barre transversale. Les prolongations étaient inévitables.

Elles seront largement marquées par la même lutte acharnée, jusqu’au coup franc salvateur des Lions, à la cent-douzième minute, qui, tel un soudain coup de barre s’abattit sur les Aigles, déversant une douche froide sur les supporters tunisiens, dont l’espoir allait pourtant renaître quelques minutes plus tard, lorsque l’arbitre accorde un penalty sous réserve de checking aux Aigles. L’angoisse monte à son paroxysme dans le camp sénégalais, mais – gros soulagement des Lions – le checking s’avère négatif. L’inquiétude change de camp et restera jusqu’au dernier coup de sifflet côté tunisien. Qualification donc en finale du Sénégal, qui rencontrera l'Algérie sortie victorieuse de son match avec le Nigéria.

Abdoulaye Jamil Diallo

Du CFA à l'Eco, parle-t-on vraiment d'une même voix ?

L'Eco ou la future monnaie africaine arrive à grandes enjambées, car les huit pays utilisateurs du franc CFA sont plus que jamais déterminés à réviser les termes de l'accord monétaire qui les lie à la France. Or plus qu'une révision des clauses établies entre la France et les pays de la zone, les populations de la Cédéao - ou du moins les pays usagers du franc CFA - s'attendent plutôt à une rupture d'avec la France pour enfin embrasser sereinement leur avenir politique et économique, de manière totalement indépendante. Mais si les démarches se multiplient pour le passage à l'Eco, les visées des uns et des autres restent encore à clarifier.
---

La polémique semble aujourd'hui être à son paroxysme. Pourtant rien ni personne ne semble désormais pouvoir ou plutôt vouloir s'opposer à l'avènement de la nouvelle monnaie unique ouest-africaine, conçue un peu comme étant une réelle solution d'intégration et d'apaisement politique dans les pays de la Cédéao ; surtout dans les huit pays ayant en commun l'usage du franc CFA. C'est en tout cas ce que confirment les récentes déclarations d'Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire, et de son homologue ghanéen Nanan Akufo-Addo, lors de leur rencontre, à l'Elysée, avec le président français Emmanuel Macron.

Des propos toutefois pas aussi clairs que le souhaiterait la jeunesse de ces pays, bien décidée à voir la fin pure et simple du franc CFA et leur libération définitive du joug de la France. Car si l'on en croit Alassane Ouattara, l'avènement de cette nouvelle monnaie unique ne marquerait peut-être pas une rupture définitive avec le franc CFA, mais bien le passage d'une dénomination à une autre : « Le FCFA se porte bien », affirme le président ivoirien. Et d'ajouter : « Nous avons décidé qu’ensemble, à quinze, nous allons mettre en place une nouvelle monnaie qui s’appelle l’Eco. A terme, le FCFA s’appellera l’Eco et nous allons continuer d’y travailler. On espère que ça pourra se faire le plus tôt possible ». C'est on ne peut plus clair : nulle mention d'une sortie ni même de la fin du franc CFA. 

Alors, l'Eco nouvelle monnaie unique indépendante de la Cédéao ou perpétuation camouflée du franc CFA orchestrée par la France, dans le but unique d'apaiser des tensions politiques insoupçonnées ? La question semble d'autant plus pertinente que la fin du franc CFA serait un sérieux revers pour la France, qui se verrait ainsi privée de la manne que lui apportent - depuis plus de 60 ans - les clauses honteuses de cette pseudo coopération monétaire, dont le seul but est de perpétuer encore et encore l'exploitation économique des Etats usagers de la monnaie coloniale. 

Les propos de Nanan Akufo-Addo semblent, eux, plutôt rassurants par leur fermeté et leur clarté quant à la nécessité des réformes dans les pays de la zone CFA« Clairement, il faudra qu’il y ait quelques transformations dans l’arrangement monétaire de ces pays », a déclaré  le président ghanéen, s'alignant sur ce point sur la même ligne que le Nigéria. 

Le leader ghanéen s'est par ailleurs félicité de la position de la France, rappelant à ce propos les déclarations en 2017 d'Emmanuel Macron, lorsque le président français affirmait que la France « laissait la décision et le choix aux pays africains d'opter pour le CFA ou une autre monnaie ». Une déclaration, une nouvelle fois, confirmée par Macron en ces termes : « Le FCFA a existé, il existe, il y a une utilité, mais il ne faut pas qu’il y ait de tabou. C’est un sujet qu'on doit pouvoir ouvrir et qu'on a décidé d'ouvrir ensemble avec nos partenaires africains de manière apaisée, sans culte du symbole » ; soulignant toutefois la nécessité d'en conserver « la part de stabilité que ça apporte », sans nier l'opportunité de « permettre à toute la région de s’intégrer pleinement dans un espace monétaire intégré, comme l’a dit le président du Ghana».

Bref, le franc CFA - il n'y a aucun doute - est voué à une disparition certaine. Car quelles que soient les révisions que les pays de la zone CFA entreprendront avec l'ancien colonisateur, il est clair que les anciens privilèges de la France ne sauraient être maintenus dans un monde de plus en plus au fait des affaires politiques grâce à l'usage des NTIC ; un monde où les populations sont désormais conscientes de la nécessité de prendre en main leur destin. 

L'Eco est donc inévitable, et marquera sans doute le début d'une nouvelle ère pour l'ensemble des pays de la Cédéao. Et il faudrait que chaque leader africain travaille, en toute sincérité, à la réussite de ce projet ; car l'instauration de la nouvelle monnaie unique élèvera certainement des personnalités de l'actuelle sphère politique africaine, autant qu'elle en fera tomber plusieurs autres. A jamais ! Et l'histoire retiendra.

Abdoulaye Jamil Diallo

Tribune - Carlos Lopes : « Si l’Eco est un rêve, il serait politiquement utile de le défendre»

Carlos Lopes, ex-directeur de la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU, considère dans cette tribune - et ce en dépit de quelques doutes et interrogations - que si la prochaine monnaie unique de l'Afrique de l'Ouest, en l'occurrence l'Eco, semble être "un rêve", il  est politiquement utile de la défendre.
---

Tribune. La première proposition de création d’une monnaie européenne commune date de 1969. Il a fallu plus de trente ans de délibérations, dont le traité de Maastricht de 1992, pour aboutir à une monnaie – encore virtuelle – en 1999. A l’époque, l’objectif était de pouvoir opérer des transferts, d’émettre des chèques et surtout d’adopter une série de politiques macroéconomiques convergentes, en vue d’émettre une devise, avec billets et pièces.

Ce qui est finalement intervenu début 2002 avec l’Euro. Ce long et laborieux processus n’a pas empêché la zone Euro de connaître des problèmes majeurs, exposés par la crise financière mondiale de 2008-2009 et les répliques qui ont suivi.

Il est important de rappeler l’histoire de l’Euro, après l’annonce spectaculaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sur l’établissement d’une monnaie commune pour les quinze Etats membres de cette sous-région de l’Afrique, baptisée l’Eco.



Cibler un seuil minimal de convergence

L’Afrique a une histoire riche et ancienne en matière de monnaies communes. Cela inclut des expériences qui se sont terminées depuis (comme par exemple en Afrique orientale) et d’autres qui sont l’objet de controverses politiques telles que les deux zones du franc CFA ou l’aire monétaire du rand en Afrique australe. On pourrait donc imaginer que beaucoup de leçons ont été apprises sur le continent, dans ce domaine.

A l’instar de l’Euro, l’Eco suit un scénario connu, consistant à cibler un seuil minimal de convergence avant de lancer la mise en œuvre progressive d’une zone monétaire. Dans le cas de l’Eco, les critères clés sont des réserves de changes couvrant trois mois d’importations, une inflation inférieure à 10 % (à réduire rapidement à moins de 5 %), un déficit budgétaire inférieur à 3 %, et des politiques de financement du déficit budgétaire par les Banques centrales ne dépassant pas 10 % des recettes fiscales de l’année précédente. Enfin, le niveau d’endettement ne doit pas excéder 70 % du produit intérieur brut (PIB).

 Il y a trois difficultés avec ces critères. Tout d’abord, aucun des adhérents actuels n’est près de les respecter. Deuxièmement, les délais pour atteindre les objectifs sont irréalistes.
Troisièmement, même s’ils étaient remplis, ces critères ne sont pas les mêmes que ceux préconisés par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui regroupe les huit Etats de cette zone du franc CFA. Ils diffèrent aussi d’autres obligations auxquelles sont soumis certains Etats membres, dans le cadre de plans du Fonds monétaire international (FMI), par exemple.

Il est donc nécessaire de comprendre le sens de cette précipitation. Est-il politique ou économique ? Est-il question de symbole ou de substance ?



Apparences trompeuses

Dans la théorie économique, les unions monétaires sont l’avant-dernière étape d’une intégration économique complète. Celle-ci devrait être précédée de l’établissement d’une zone commerciale préférentielle, d’une zone de libre-échange, d’une union douanière, d’un marché unique et d’une union économique. On peut se demander si les Etats membres de la Cédéao ont pleinement mis en œuvre ces préalables, qui justifieraient le saut actuel.

Si l’on tient compte du fait que le Nigeria est l’un des plus réticents, il y a aussi lieu de s’interroger. Le poids de ce pays est massif au sein de la communauté. Il représente les deux tiers du PIB total de la Cédéao, 77 % des exportations et 41 % des importations. La monnaie nigériane, le Naira, est fortement tributaire de la manière dont l’Etat fédéral génère ses revenus, principalement à partir des exportations de pétrole. Très dépendant des cours des hydrocarbures, il souffre de la volatilité extrême des prix. En termes simples, le Nigeria dispose d’une flexibilité limitée pour mener une politique monétaire indépendante. Sa frilosité vis-à-vis de l’Eco se justifie par ces restrictions. Le Nigeria doit protéger son économie.

Qu’en est-il des autres ? Plus petits, les pays membres de l’UEMOA obtiennent des résultats supérieurs à ceux du Nigeria dans les différentes catégories d’intégration telles que les infrastructures régionales, le commerce, l’intégration productive, l’intégration financière et macroéconomique ou la libre circulation des personnes. En la matière, la Côte d’Ivoire et le Togo sont les champions absolus dans la sous-région. On pourrait donc soutenir que leur appartenance à une union monétaire déjà existante, celle du franc CFA, a permis de les rapprocher. Mais les apparences sont trompeuses. Leur performance est inférieure à celle des membres de la Communauté d’Afrique de l’Est, qui ne possèdent pas et ne souhaitent pas d’union monétaire, préférant plutôt la convergence dans d’autres domaines d’intégration.

Le franc CFA est d’ailleurs le sujet de polémiques récurrentes. Et si la Côte d’Ivoire a été l’un des plus fervents défenseurs des accords en vigueur dans l’UEMOA, le pays a également émergé, récemment, comme l’un des plus enthousiastes promoteurs de l’Eco. C’est intéressant politiquement. Cela pourrait indiquer que l’Eco est perçu comme un vecteur essentiel d’une intégration plus poussée au sein de la région, prévoyant l’abandon du franc CFA, au profit de relations économiques plus étroites avec l’Afrique de l’Ouest non francophone. Ou cela peut signifier que, si l’Eco est un rêve lointain, il serait politiquement utile de le défendre.

Avec l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), le débat revêt encore une autre dimension. Le récent sommet extraordinaire de l’Union africaine, tenu à Niamey les 7 et 8 juillet, a vu quatre acteurs de l’Afrique de l’Ouest voler la vedette : le Nigeria et le Bénin adhérant en dernier à la zone de libre-échange, le Niger accueillant le sommet et confirmant son rôle de champion des négociations, et le Ghana, qui a vu sa capitale choisie comme lieu du futur secrétariat de la zone.

Cocher les cases
Ainsi, l’Afrique de l’Ouest est déjà bien occupée à promouvoir le commerce au niveau de tout le continent. Y a-t-il des énergies supplémentaires pour d’autres chantiers ? Il est utile de savoir que le dossier d’une monnaie commune dans la région a été plus d’une fois remis à plus tard, faute d’un début de convergence entre les différents Etats membres. Le document de référence actuel pour la Cédéao, « Vision 2020 », a besoin que des cases soient cochées avant que soit conçue une nouvelle « vision ». La monnaie commune était l’objectif le plus difficile à atteindre à l’horizon 2020. Assurément, l’annonce d’un nom et d’un réengagement au plus haut niveau a plu à beaucoup. Mais est-ce une chimère ? Le temps nous le dira.

Carlos Lopes est professeur à l’Université du Cap et à Sciences Po. Il a présidé la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies.

Carlos Lopes

Côte d’Ivoire - Algérie : qualification des Fennecs et fin de parcours pour les Éléphants

L'Algérie se qualifie pour le dernier carré, en éliminant la Côte d'Ivoire aux tirs au but (4-3), après un score nul (1-1). Les Fennecs passent ainsi en demi-finale et rencontreront, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal, lui, fera face à la Tunisie.
---
Le suspense aura perduré jusqu'à la fin. Les Fennecs se sont illustrés par un jeu rapide et vif, qui a rapidement fait mouche à la vingtième minute, avec l’ouverture du score par Sofiane Feghouli, entraînant les Ivoiriens dans une course au but effrénée, d’autant plus qu’ils étaient les premiers à vraiment inquiéter le camp algérien par des essais répétés. Une contre-attaque des Éléphants qui ne donnera satisfaction que trois quarts d'heure plus tard, à la soixante-deuxième minute, lorsque Jonathan Kodjia, d’un coup de pied mettant à terre deux défenseurs des Fennecs, égalise enfin pour les Éléphants, faisant ainsi renaître l’espoir pour les Ivoiriens.

Éléphants et Fennecs se livreront ensuite une bataille sans merci, avec une distinction tout de même des hommes de Belmadi, qui multiplieront les attaques pour s’imposer, imprimant ainsi à la rencontre l’ardeur et le rythme d’un match de qualité. Mais qui trouveront en face d’eux une défense ivoirienne décidée à leur barrer la route, et qui par conséquent ripostera à son tour par une réactivité et une contre-attaque attestant de sa détermination à ne pas se laisser abattre.

Une lutte qui durera jusqu’à la fin du temps réglementaire (malgré de nombreuses occasions des deux côtés), obligeant les deux adversaires à s’affronter pendant 30 minutes supplémentaires. Des prolongations qui ne suffiront pas non plus à départir Ivoiriens et Algériens. Place donc à la séance fatidique des tirs aux buts qui, par les ratés lamentables de deux éléphants à bout de souffle dont – grrr ! - nous ne citerons même pas les noms, a vu tout simplement la consécration des Fennecs (1-1 TAB 4-3).

Fin de parcours donc pour la Côte d’Ivoire. Et bon vent à l’Algérie, qui rencontrera en demi-finale, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal fera face à la Tunisie, sortie victorieuse de son match contre le Ghana (1-1 TAB 5-4).

Abdoulaye Jamil Diallo

Etude - La consommation de boissons sucrées accentuerait le risque de cancer

Boire régulièrement un peu trop de boissons sucrées, soit plus d'un petit verre de soda ou de jus de fruits par jour, pourrait favoriser la survenue de cancers, suggère une vaste étude publiée jeudi.

La consommation de boissons sucrées a augmenté dans le monde au cours des dernières décennies et elles ont déjà été associées à un risque accru d'obésité, elle-même reconnue comme un facteur important de risque de cancers.

Des chercheurs en France ont voulu évaluer l'association, jusque là moins étudiée, entre les boissons sucrées et le risque de cancer.

"Nous avons constaté qu'une augmentation de la consommation de boissons sucrées était positivement associée au risque global de cancer et de cancer du sein", écrivent les auteurs de ce travail paru dans The British Medical Journal (BMJ).

Une simple "augmentation de 100 ml par jour en moyenne de la consommation de boissons sucrées, ce qui correspond à un petit verre ou près d'un tiers de cannette standard (33 cl), est associée à une augmentation de 18% du risque de cancer", relève la Dr Mathilde Touvier, directrice de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle Eren (Inserm/Cnam, Paris).

L'augmentation est de 22% pour le cancer du sein.

Le risque est similaire qu'il s'agisse de boissons sucrées ou de purs jus de fruits sans sucre ajouté. Ces deux types de boissons sont en effet associés à un risque plus élevé de cancer en général, d'après l'étude.

- "association significative" -

Les résultats suggèrent une augmentation de 30% du diagnostic de " tous les cancers" dans le groupe qui consomment le plus de boissons sucrées par rapport celui qui en consomment le moins.

Même si l'étude ne permet pas de démontrer un lien de cause à effet, elle montre une "association significative", explique la chercheuse à l'AFP. Les facteurs (âge, mode de vie, activité physique, tabac...) qui auraient pu influer sur les résultats ayant été pris en compte.

Et "c'est le sucre qui semble jouer le rôle principal dans cette association avec le cancer", qui n'apparaît pas pouvoir être uniquement expliquée par une prise de poids des participants à l'étude.

En revanche, aucun lien n'a été détecté entre la consommation de boissons artificiellement sucrées (avec des édulcorants, ndlr) et le risque de cancer dans cette étude, notent les auteurs.

Toutefois, la puissance statistique de l'analyse sur ce point est probablement limitée en raison d'une consommation relativement faible de ce type de boissons dans cette population.

Autrement dit, ce n'est pas parce qu'un lien n'a pas été trouvé dans cette étude qu'il n'y a pas de risque, explique la chercheuse.

"Les édulcorants ne représentent pas une alternative et ne sont clairement pas recommandés sur le long terme", ajoute Mme Touvier.

Mieux vaut donc "réduire le sucre. La recommandation en France est de moins d'un (petit) verre de jus de fruit par jour" par exemple, rappelle-t-elle.

Une boisson sucrée contient au moins 5% de sucre; 1oo ml de pur jus d'orange sans sucre ajouté environ 10 grammes de sucre (environ deux morceaux de sucre), et un nectar beaucoup plus, indique-t-elle.

Les chercheurs ont interrogés plus de 100.000 adultes participants à l'étude française NutriNet-Santé, de 42 ans en moyenne et dont 79 % sont des femmes.

Les participants, suivis pendant un maximum de neuf ans (2009-2018), ont rempli au moins deux questionnaires diététiques validés en ligne portant sur leur alimentation et leur consommation quotidienne de boissons sucrées (dont les 100% jus de fruits) ou artificiellement sucrées.

Au cours du suivi, 2.193 cas de cancer ont été relevés en moyenne à 59 ans.

Pour les auteurs, ces résultats "confirment la pertinence des recommandations nutritionnelles existantes pour limiter la consommation de boissons sucrées, y compris les jus de fruits 100%, ainsi que des mesures politiques" telles que les taxes et restrictions commerciales à leur encontre.

AFP

Sénégal - Bénin : les Lions confirment leur suprématie sur les Écureuils

Le Sénégal se qualifie pour le dernier carré, grâce à un coup de pied décisif d'Idrissa Gana Gueye : 1-0 pour les Sénégalais. L'ancien Nîmois envoie ainsi son équipe en demi-finale, confirmant, par la même occasion, la suprématie des Lions sur des Écureuils tout de même valeureux, qui - faut-il le dire - n'ont pas démérité. Les Béninois sortent donc la tête haute de cette compétition, car très peu s'attendaient à ce que cette équipe béninoise arrive en quart de finale.

Les Sénégalais ont maintenant, comme l'a souligné en fin de match Sadio Mané, « tout ce qu'il faut pour aller en finale ». Un Sadio Mané toujours aussi combatif, toujours aussi efficace, mais qui n'a pas eu assez de bol pour ce match (deux buts refusés pour hors-jeu), mais dont la grande forme reste intacte et promet certainement une brillante demi-finale.

Les hommes d'Alioune Cissé n'ont pour ainsi dire pas ignorer la consigne de respect et de considération pour leurs adversaires et ont fait, au cours de ce match, preuve de maîtrise et de gestion efficace du ballon. Deux qualités qui laissent espérer une suite prometteuse pour les Lions de la Téranga, qui gardent encore toutes leurs chances de remporter cette CAN 2019. Bref, c'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Abdoulaye Jamil Diallo

CAN : Sénégal - Bénin, un match décisif

A moins de vingt minutes depuis le premier coup de sifflet de ce match de tous les enjeux - et pour le Bénin et pour le Sénégal - nous revenons encore sur le leitmotiv de la prudence et de la vigilance pour les Sénégalais. Les hommes d'Alioune Cissé doivent comprendre - et leur coach l'a souligné - qu'"il n'y a pas de petite équipe"! Et les Écureuils l'ont déjà prouvé, en domptant les Lions de l'Atlas, démontrant par cette victoire, qu'il n'étaient pas venus à cette CAN grossir la foule des figurants, mais bien pour montrer qu'ils méritaient autant de respect que les plus grands favoris et qu'ils avaient la ferme intention de gagner.

Les Sénégalais devraient donc éviter toute suffisance et considérer leurs adversaires avec beaucoup de respect, en redoublant de vigilance et surtout d'efficacité - tant dans la maîtrise du jeu que la gestion du ballon - s'ils veulent éviter une énième surprise béninoise, qui finira par consacrer la valeur et la grandeur déjà perceptibles des Écureuils.

Abdoulaye Jamil Diallo

L'astuce toute simple qui vous fera vivre 30 ans de plus

Elle est très facile à mettre en place, même si cet ajustement ne sera peut-être pas du goût de tous.
Nous souhaitons tous vivre le plus longtemps possible. Il est donc important de faire attention à notre façon de vivre. Un professeur italien a sa petite idée pour nous permettre de profiter de la vie quelques décennies de plus.

Vade retro viandanas !
Valter Longo est professeur en gérontologie et il vient de publier un livre intitulé Le Régime de longévité (Actes Sud), dans lequel il donne des conseils pour allonger notre existence jusqu’à 30 ans ! Son secret qui va faire bouillir de nombreux Français : baisser radicalement sa consommation de protéines animales, bien trop riches en graisses saturées. L’homme préconise de se contenter de 0,7g de viande par kilo par jour. Ce qui équivaut, pour un homme de 80kg, à 56g, soit un tiers de steak haché. Une recommandation qui vaut également pour la charcuterie, les fromages et les œufs. Le professeur en est arrivé à cette conclusion en analysant, pendant plusieurs décennies, les régimes de nombreux centenaires à travers le monde.

L’homme n’est pas avare en conseils pour compenser cette réduction de la quantité de viande.

D’abord, privilégier le poisson, les fruits de mer, les légumes, les céréales, les fruits secs et l’huile d’olive.

Puis laisser environ 12h entre le premier et le dernier repas de la journée. Même chose entre ce dernier et le petit déjeuner.

Enfin, il conseille également de jeûner 3 à 4 fois par an. Quelques jours dans l’année durant lesquels l’alimentation se limite à des potages, des barres de céréales et des infusions de thé. Une manière, selon lui, de purifier les organes.

Il rappelle cependant que ses conseils s’adressent exclusivement aux personnes de moins de 65 ans, et que tout changement de régime doit se faire, quoi qu’il arrive, avec l’encadrement d’un médecin ou d’un nutritionniste.

voltage.fr

Le Pen père recourt à l’Etat pour faire casquer sa fille

Pour préparer la campagne présidentielle de 2017, le Rassemblement national avait emprunté 6 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen, dont près de 4,5 n'ont toujours pas été remboursés. L'ancien président du FN recourt aujourd'hui à l'Etat pour récupérer l'argent prêté à sa fille.
--
Pour financer sa dernière campagne présidentielle, Marine Le Pen avait eu recours au micro-parti de son père, Cotelec, qui n'est autre que le financeur historique du parti d'extrême droite pour un prêt à un taux d'intérêt de 6%. Cela fait maintenant plusieurs mois que le prêt est arrivé à échéance, révèle le Journal du dimanche, pourtant près de 4,5 des 6 millions d'euros de ce crédit restent toujours dus.

Après avoir recouru à l'Etat, Jean-Marie Le Pen attend maintenant que le Ministère de l'Intérieur valide sa demande de cession de créance. Car le souhait du fondateur du Front national est désormais que le montant manquant soit directement ponctionné sur les aides publiques perçues chaque année par le RN, et dont le montant s'élève à 5,1 millions d'euros.

Dans son entourage, il se dit que les créanciers de la Cotelec, rémunérés à un taux de 3%, ne cachent plus leur inquiétude quant à l'avenir de leurs investissements, d'autant plus que l'ancien chef de l'extrême droite, âgé aujourd'hui de 91 ans, connaît depuis 2018 des problèmes de santé dus, selon le diagnostic, à « une fièvre persistante ».

Et si la relation père-fille n'a pas été affectée par cette affaire, certains prétendent tout de même que le vieil homme a obligé sa fille, par avocats interposés, à signer en brandissant la menace de lui « intenter une procédure de recouvrement de créance ». Bref, toujours père et fille, certes, mais à la guerre comme à la guerre.


Abdoulaye Jamil Diallo

Savez-vous combien de jours il faut travailler par semaine pour améliorer sa santé mentale ?

S'il est de fait que le chômage est susceptible de dégrader la santé mentale, ne travailler qu'un seul jour par semaine aurait un effet positif sur notre santé de manière générale. C'est ce qui en tout cas ressort d'une étude menée par l'Université de Cambridge.
---
Les bienfaits tout autant que les avantages procurés par le travail, peuvent être, selon les  chercheurs de la célèbre université britannique, tirés d'une seule journée de travail par semaine.

Pour réaliser leur étude, les scientifiques ont recueilli et examiné, pendant deux ans, les données sur la santé mentale d'un échantillon de 71.000 personnes, dont la tranche d'âge varie entre 16 et 64 ans.

Publiée dans la revue Social Science and Medicine, l'étude soutient que le fait de passer du statut de chômeur à celui de salarié réduirait de 30% le risque de dégradation de la santé mentale, ajoutant qu'il suffirait de travailler seulement huit heures par semaine (soit un jour) pour avoir un impact positif sur sa santé de manière générale.

Selon les chercheurs, travailler moins de 36 à 40 heures par semaine n'aurait pour ainsi dire aucune incidence négative sur la santé mentale, pas plus que travailler plus longtemps ne procurerait d'avantage supplémentaire.

Les chercheurs sont ainsi arrivés à la conclusion qu'il serait nettement plus bénéfique, comme le souligne Brendan Burchell, co-auteur de l’étude, « de réduire le temps de travail pour tout le monde au lieu de prolonger indéfiniment le chômage de certaines personnes ».

Et si l'on en croit Mike Slade, professeur de rétablissement de la santé mentale et d’inclusion sociale à l’Université de Nottingham, cette étude serait d'une grande importance, dès lors qu'elle met en évidence l’importance de soutenir ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale et auxquels reprendre de l'activité ferait le plus grand bien.


CAN : le Bénin élimine le Maroc et le Sénégal dompte l'Ouganda

Victoire du Bénin contre le Maroc aux tirs aux buts après un match nul (1-1). Le Bénin crée ainsi la surprise en se qualifiant pour les quarts de finale et rencontrera le vainqueur du Match Sénégal-Ouganda, remporté justement par les Lions de la Téranga par 1 but à zéro, inscrit par l'infatigable, l'indéfectible Sadio Mané.

C'est donc parti pour un Sénégal-Bénin qui sera certainement tout aussi alléchant que mémorable, eu égard à l'ascension aussi inattendue que fulgurante des Écureuils, qui semblent d'ores et déjà avoir créé la surprise de cette CAN 2019 ; d'abord en tenant tête aux lions de l'Atlas, avant de les bouter hors de la compétition.

Une surprise qui devrait sonner comme un avertissement aux oreilles d'Alioune Cissé et ses hommes, qui ne devraient surtout pas commettre l'erreur de sous-estimer leurs prochains adversaires.

Abdoulaye Jamil Diallo

Christine Lagarde, Charles Michel, Ursula von der Leyen, Josep Borrell: les nouveaux visages de l'UE


Les négociations se seront déroulées dans la douleur. Mais elles ont enfin abouti mardi : les 27 se sont mis d'accord sur les candidats qui doivent occuper les principaux postes de l'UE. Le Belge Charles Michel prend la présidence du Conseil européen, tandis que Christine Lagarde, directrice générale du FMI, devrait diriger la Banque centrale européenne. LCI


Libye: un raid aérien fait au moins 44 morts dans un centre de migrants

TRIPOLI (Reuters) - Un bombardement aérien a fait au moins 44 morts et plus de 130 blessés mardi soir dans un centre de détention de migrants à Tripoli, a annoncé mercredi la mission des Nations unies en Libye dans un communiqué.

Un bombardement aérien a fait au moins 44 morts et plus de 130 blessés mardi soir dans un centre de détention de migrants à Tripoli, a annoncé mercredi la mission des Nations unies en Libye dans un communiqué. /Photo prise le 3 juillet 2019/REUTERS/Ismail Zitouny
L’émissaire de l’Onu pour la Libye, Ghassan Salamé, a dénoncé un “crime de guerre”.

Les précédents bilans, fournis par le Haut-commissariat aux réfugiés de l’Onu (HCR) à Genève et par un responsable médical libyen faisaient état de 30 à 40 morts après cette attaque qui a visé le centre de détention de migrants de Tadjoura, situé à proximité d’un camp militaire dans la banlieue de Tripoli.

Un porte-parole du HCR, Charlie Yaxley, avait cependant précisé que le bilan risquait de s’alourdir, quelque 600 migrants vivant dans ce centre.

Il a dit ne pas encore être en mesure de désigner l’auteur de l’attaque mais un commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle l’Est libyen, avait promis lundi une intensification des raids aériens sur la capitale en réaction à la perte par ses forces de la ville stratégique de Gharyan.

Il s’agit du bilan le plus lourd pour une frappe aérienne depuis le début de l’offensive lancée il y a trois mois par les forces de Khalifa Haftar pour tenter de s’emparer de Tripoli, avec le soutien actif des Emirats arabes unis et de l’Egypte, et tacite des pays occidentaux.

Le gouvernement d’union nationale basé à Tripoli (GNA), reconnu par l’Onu, a dénoncé dans un communiqué une attaque du “criminel de guerre Khalifa Haftar”.

L’ANL a nié de son côté avoir touché le centre de détention lors du raid aérien, affirmant que des milices alliées à Tripoli l’avaient bombardé après une frappe de précision menée contre un camp militaire.

Tadjoura, à l’est du centre de Tripoli, abrite plusieurs camps militaires des forces alliées au GNA, qui sont les cibles de frappes aériennes depuis des semaines.

La Libye demeure le principal point de départ des migrants d’Afrique et des pays arabes qui tentent de rejoindre l’Italie par la mer, même si le flux s’est nettement réduit ces derniers mois, les Européens ayant délégué aux autorités libyennes le soin de bloquer les migrants.

Des milliers d’entre eux sont détenus dans des centres de détention, dans des conditions souvent inhumaines selon les groupes de défense des droits de l’homme et l’Onu.

Ahmed Elumami et Ulf Laessing, avec Omar Fahmy au Caire et Stéphanie Nebehay à Genève; Arthur Connan et Tangi Salaün pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Copyright © Otr'Actu News 2011 - 2019 | Tous droits réservés