Slider

Santé

Bien-être

Vie pratique

Insolite

Technologies

Culture

Tourisme: les grands axes de la stratégie du Maroc pour relancer le secteur

 A quelques semaines de la saison estivale, le chef de gouvernement marocain, Aziz Akhannouch a présidé ce jeudi une réunion consacrée à l'examen des mesures prises pour relancer le secteur du tourisme affecté par la pandémie de Covid-19, a indiqué le département du chef de gouvernement dans un communiqué.

Au cours de la réunion, la ministre du Tourisme, Zahra Ammor, a présenté la vision de son département pour "relancer l'activité touristique dans les meilleurs délais, dans le but d'enregistrer cette année un afflux mensuel de touristes égal ou supérieur à celui enregistré avant la crise". Il s'agit notamment de multiplier le nombre de touristes et de revenir, à partir de l'année 2023 au même niveau d'arrivées atteint en 2019, une année considérée comme positive en termes d'afflux de touristes. 

La vision de la tutelle repose sur une série d'axes dont l'accroissement du nombre de sièges pour les touristes affluant vers le Maroc avec les compagnies aériennes, le lancement de vastes campagnes promotionnelles et la conclusion de partenariats avec les tour-opérateurs  mondiaux et les plateformes numériques. Elle tend aussi à promouvoir les investissements touristiques, notamment dans les petites et moyennes entreprises et dans le domaine du divertissement et de l'animation. 

En attendant, Aziz Akhannouch a incité tous les acteurs concernés à valoriser les ressources humaines afin d'accompagner la relance du secteur touristique, appelant les différents acteurs du secteur à œuvrer pour la mise à niveau des structures hôtelières en vue d'améliorer la qualité des prestations offertes aux touristes.

APA


 Visé par des critiques en France après le refus qui lui est prêté de s'associer à la lutte contre l'homophobie et d'arborer un maillot arc-en-ciel, l'international sénégalais et récent champion d'Afrique Idrissa Gana Gueye a reçu un soutien de poids en la personne du chef de l'État sénégalais et président en exercice de l'Union africaine. Dans un message sur Twitter, Macky Sall a demandé « le respect des convictions religieuses » du footballeur. « Je soutiens Idrissa Gana Gueye », a-t-il dit.

Macky Sall, président du Sénégal apporte officiellement son soutien à Idrissa Gueye dans l'affaire du maillot au flocage LGBT !  

« Je soutiens Idrissa Gana Gueye. Ses convictions religieuses doivent être respectées. »

Au Sénégal l'homosexualité est interdite

Au Sénégal, pays musulman à 95 % et très pratiquant, les relations homosexuelles sont interdites. La loi existante précise que « sera puni d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 100 000 à 1 500 000 francs (152 à 2 286 euros) quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ». Vainqueurs en février dernier au Cameroun de la première Coupe d'Afrique des nations (CAN) du pays, face à l'Égypte, Idrissa Gana Gueye et ses coéquipiers des Lions de la Téranga sont adulés. Deux raisons qui expliquent à coup sûr le soutien du chef de l'État sénégalais. Et il n'y a pas eu que le sien, aussi bien dans la classe politique que dans la société civile.

les soutiens se sont multipliés

Le ministre des Sports, Matar Bâ, a défendu Gana Gueye en indiquant dans une déclaration à la presse lundi soir que « quand on signe [un contrat avec un club], c'est pour jouer au foot, ce n'est pas pour faire la promotion de quoi que ce soit ou mettre de côté ses convictions ». L'ex-Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, lui, y est allé de son encouragement en lui disant : « Tiens bon, Gaïndé », dans un message sur Twitter accompagné de versets du Coran, avec un clin d'œil il en lien avec le surnom de la sélection nationale le mot « Gaïndé » signifiant « Lion » en langue ouolof. L'écrivain et intellectuel Boubacar Boris Diop, lauréat du très prestigieux prix Neustadt, lui aussi a affirmé sa « solidarité totale avec Idrissa Gana Gueye », sur Twitter. Parallèlement, de nombreux Sénégalais ont mis mardi en statut WhatsApp le message de soutien du président sénégalais ou des photos de Gana Gueye en pèlerinage à La Mecque.

Le Point Afrique

Canneberges et santé du cœur

Canneberges

Au goût amer et délicieux, ces jolis petits fruits, sont tout simplement adorables ! En plus de chatouiller vos papilles, ils vous apportent également de nombreux antioxydants et nutriments qui sont bien évidements bénéfiques à la santé de votre cœur. Mais ce n'est pas tout, car les canneberges sont aussi de précieux alliés contre les infections urinaires ou en prévention, sans oublier qu'elles réduisent les facteurs à risque induisant les maladies des gencives, les ulcères de l’estomac et les cancers ! Petites merveilles, ces petits fruits !

SUIVANT

Ces aliments sont bons pour la santé de votre cœur

Vous vous faites du souci pour votre cœur et souhaitez le maintenir en bonne santé, vous trouverez dans cet article une liste d’aliments pour vous y aider. Il ne s'agit pas seulement d'une liste de fruits et légumes, mais d'une grande variété d’aliments qui vous sont recommandés si vous souhaitez prendre soin de votre cœur. Vous trouverez ici tout ce qu’il vous faut savoir pour bien démarrer votre nouveau régime alimentaire ! C'est parti !


Pois chiches
Si leurs vertus sont bien connues en Orient, il n'en est pas autant en Occident. Car ici les pois chiches ne sont pas vraiment considérés comme étant essentiels, et bien souvent, ils sont tout simplement passés à la trappe. Ils sont pourtant bourrés de vertus, notamment celle de la nutrition cardiovasculaire. Ces petits pois sont en effet plein de fibres, de potassium et de vitamines en tout genre et ont également la propriété de faire baisser le taux de cholestérol ainsi que de réduire les risques de maladies cardiaques !

SUIVANT

Ces aliments favorables à la santé de votre coeur


 
Café

Si vous êtes amateur de café, voici une bonne raison de vous réjouir, car contrairement à ce qu'on vous a souvent rabâché le café n'est pas mauvais  pour la santé, et aurait même de grandes vertus en ce qui concerne le cœur. Le café pourrait ainsi réduire les risques de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque et même d’accident vasculaire cérébral. Bien entendu si consommé avec modération ! Aussi, pour prendre soin de notre cœur, une tasse modérée prise de temps en temps - sans excès - ne pourrait nous faire que du bien.

SUIVANT

Comment Islam et Chrétienté cohabitent au Sénégal?

 Le Sénégal est un exemple de coexistence pacifique entre différentes communautés religieuses.

« Mon grand-père était musulman. Le jour de mon ordination, il était devant dans l'église à prier avec tout le monde même s'il avait son chapelet. Ce grand-père, pour qui j'ai beaucoup d'estime et à qui je rends encore hommage pour l'éducation qu'il nous a transmise, a des enfants qui sont devenus musulmans et d'autres chrétiens. Ma mère est chrétienne, mais certaines de ses sœurs sont restées musulmanes. Et nous avons toujours vécu en bonne entente et en cohésion », raconte avec émotion l'Abbé Alphonse Birame Ndour, curé de la paroisse Saint-Paul de Grand Yoff à Dakar, dans un entretien avec Apa news vendredi 6 mai. 

Son témoignage, rare dans le monde, est pourtant fréquent dans son pays le Sénégal où la majorité musulmane s'accommode largement des minorités religieuses, chrétiennes notamment. 

« L'histoire du Sénégal est jalonnée de rencontres avec des peuples et des cultures différentes ayant abouti à un métissage au sein des ethnies et des familles », rappelle Cheikh Ahmed Tidiane Sy al Amine, président fondateur du Think Tank GUESS dont le père, Abdoul Aziz Sy Al Amin décédé en 2017 était le sixième khalife générale des Tidjanes (ou Tarika Al Tijaniya, en arabe), une des principales confréries musulmanes soufies au Sénégal, avec les Mourides (Al Mouridiya)  et les Khadres (Al Kadiriya). 

Cette particularité sénégalaise « s'explique par le fait que l'islamisation de nos peuples n'a pas été imposée mais acceptée de fait à la suite des brassages culturels entre les caravanes venues d'Afrique du nord et les autochtones », poursuit cet ancien président du Cadre unitaire de l'Islam, une organisation qui regroupe les principales confréries musulmanes soufies au Sénégal. 

« Nous devons cette situation non seulement à ce que nous avons en commun, c'est-à-dire la famille, la parenté, le sang, mais aussi grâce à la perspicacité et à la sagesse de nos pères devanciers qui, dès le lendemain des indépendances dans les années 60 ont pu installer dans notre pays un souci de l'autre, ce souci du vivre ensemble…», confirme l'Abbé Alphonse Birame Ndour, qui cite comme exemple récent des relations cordiales entre religieux au Sénégal, cette visite de l'Archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye à Serigne Mountakha Mbacké, le khalife général des Mourides, à l'occasion de l'inauguration en 2019 à Dakar de la splendide mosquée Massalikoul Djinan, la plus grande de la ville avec plus de 30000 places assises. Un geste dont il faut se féliciter d'autant que « le Dieu que nous aimons et adorons, n'est pas le Dieu de la division. C'est le Dieu de l'amour, de la paix, de la Concorde et de l'Unité », insiste le curé de Grand-Yoff. 

Pour Cheikh Ahmed Tidiane Sy al amine, il n'y a d'ailleurs pas de « lignes de séparation claires entre les communautés mais plutôt une symbiose ou une émulsion entre les communautés religieuses ». 

Cette « cohabitation » ou « coexistence » que magnifient le curé et le leader musulman est parfois secouée par des propos extrémistes. « Nous notons une tendance à saper l'exception sénégalaise du vivre ensemble en raison de l'émergence de nouveaux courants plus ou moins structurés n'ayant pas les mêmes bases spirituelles que les confréries soufies », regrette Cheikh Ahmed Tidiane Sy.

L'Abbé Alphonse Birame Ndour, lui aussi, déplore « l'émergence de nouveaux prédicateurs qui n'hésitent pas à mettre sur le dos de l'autre des accusations infondées et insensées ». Ce qui, selon le curé, « ne peut pas manquer de susciter l'émoi et l'émotion et même parfois des réactions violentes de la part de ceux qui se sentent visés ». Pour faire face à ces discussions qui menacent la bonne entente entre confessions au Sénégal, le catholique et le musulman souhaite des mesures fortes de la part des autorités politiques. 

Pour l'Abbé Alphonse Birame Ndour, il est urgent que le pouvoir fasse « respecter la laïcité de l'Etat sénégalais ». Et Cheikh Ahmed Tidiane Sy al Amine de conclure : «Il  faut introduire dans le cursus scolaire l'enseignement obligatoire des valeurs de tolérance et de paix portées par les grandes figures religieuses aux générations actuelles et futures ». Il propose également « la régulation des réseaux sociaux, lieux propices à tous les débordements quitte à durcir la loi sur toutes les formes d'incitation à la violence ou à la haine entre communautés ».

Source : APA

Re-faire carrière dans la tech : pourquoi pas vous ?

 Technologie : Il n'est jamais trop tard pour trouver l'emploi de vos rêves, et le secteur des technologies est un excellent point de départ.

Andy Itzinger passait ses journées à gérer un pub de 30 sièges à Londres. De la gestion d'une équipe de 10 personnes à la gestion des coûts financiers liés à la possession d'un bâtiment, en passant par la convivialité avec les clients et la recommandation de ses bières préférées, Andy Itzinger était sûr d'être à la bonne place.

Cependant, après l'interdiction de fumer dans les pubs londoniens et la diminution de sa clientèle, il a décidé de revenir à une carrière dans la technologie en tant que développeur informatique. Bien qu'il s'agisse d'un parcours peu conventionnel dans le secteur des technologies, Andy Itzinger travaille aujourd'hui chez Vertiv en tant que chef de produit.

Etonnamment, il estime que de nombreuses compétences entre la gestion de son bar et le poste de chef de produit dans l'informatique se recoupent. « D'un point de vue opérationnel, en tant que propriétaire, je devais prévoir la demande afin de m'assurer que le pub était bien approvisionné en nourriture et en boissons, et que tout était disponible et prêt à être consommé », explique-t-il. Ce n'est pas si différent de prévoir la demande en matière de technologie. « Les compétences requises dans les deux rôles sont une bonne prestation de services consultatifs, une connaissance du marché, une expérience du secteur et des produits de qualité. »

Des métiers qui recrutent

Andy Itzinger n'est qu'un des nombreux travailleurs qui se sont orientés vers le secteur de la technologie, qui continue à se développer rapidement et à offrir de nouvelles possibilités d'emploi.

Selon une étude réalisée en 2021 par PwC Global, 77 % des travailleurs sont prêts à acquérir de nouvelles compétences ou à se recycler complètement dans un autre domaine. Et le secteur des technologies est assurément un domaine qui a besoin de travailleurs : la Computing Technology Industry Association prévoit que 177 705 nouveaux travailleurs seront embauchés en 2022, ce qui représente une croissance de plus de 2 % dans l'ensemble du secteur.

Olivia Hall était rédactrice indépendante de critiques de films avant de devenir développeuse de logiciels au Software Institute. Elle a donc commencé à chercher un changement de carrière lorsque la pandémie a frappé et s'est souvenue qu'elle aimait développer des sites web. « Lorsque je faisais mon diplôme de journalisme à l'université, nous avons suivi un module sur les plateformes numériques. Dans le cadre de ce module, nous avons créé nos propres sites web grâce à WordPress, mais nous avons également acquis des compétences de base en matière de codage », explique-t-elle. « Nous avons fait du HTML et du CSS de base, et à l'époque, j'ai pensé que c'était vraiment amusant. »

En se remémorant cette période, elle a commencé à regarder différents camps d'entraînement au codage, pour finalement en trouver un qui était abordable pour elle. Mais le plus important, c'est qu'elle aimait le codage et qu'elle se voyait capable d'en faire une carrière. « Lorsque j'ai commencé à apprendre à coder, la satisfaction instantanée de pouvoir écrire un code très simple et d'en voir immédiatement les résultats à l'écran est un sentiment vraiment incroyable », raconte-t-elle. « C'est une chose simple, mais c'est tellement amusant. »

L'envie d'apprendre

L'envie d'apprendre est l'élément numéro un lorsqu'il s'agit de changer d'industrie en milieu de carrière. « Il faut regarder où l'on veut travailler dans l'industrie technologique, donc il faut avoir un peu de passion, à mon avis, pour ce que l'on veut faire, que ce soit de la cybersécurité, de la gestion à distance, de l'ingénierie », précise Andy Itzinger. « Ensuite, il s'agit de faire correspondre vos compétences aux besoins de l'emploi, ce qui peut impliquer de fournir un travail supplémentaire, de retourner à l'école ou d'obtenir une qualification en ligne. »

Et il ne s'agit pas seulement d'apprendre à coder. Parmi les principales compétences non techniques (ou les compétences utiles à plusieurs secteurs d'activité) dans le secteur de la technologie figurent le service à la clientèle, la vente, le marketing et la communication.

Selon Olivia Hall, lorsqu'on change de carrière comme elle l'a fait, il est important de se rappeler que personne ne sait tout, surtout dans un secteur en constante évolution comme celui de la technologie. « Il est impossible de tout savoir, et vous pouvez vous sentir dépassé par la quantité d'informations que vous pensez devoir connaître », prévient-elle. « Mais quand je suis arrivée, j'ai réalisé que pouvoir communiquer efficacement avec les autres était un coup de pouce massif, parce que cela permet de demander de l'aide quand j'en ai besoin, et de comprendre les tâches et ce qu'on me demande de faire. »

Les compétences nécessaires pour entrer dans le secteur de la technologie sont de plus en plus courantes, à mesure que la technologie s'immisce dans notre vie quotidienne. « C'est un secteur tellement vaste, et nous avons besoin que les gens soient formés à ces compétences », souligne Olivia Hall.

Source : ZDNet.com

Le Président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Amadou Soumahoro, est décédé samedi à Abidjan à l'âge de 69 ans. L'annonce officielle a été faite par le président Alassane Ouattara dans un communiqué lu sur les antennes de la télévision nationale, première chaîne de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI).

« J'ai la profonde douleur de vous annoncer le décès ce samedi 07 mai 2022 du président de l'Assemblée nationale, mon jeune frère Amadou Soumahoro », écrit Alassane Ouattara dans le communiqué lu par le secrétaire général de l'Assemblée nationale, Alain Acakpo Addra.  

« Je rends hommage à un grand homme d'Etat dont l'engagement et le parcours politique ont marqué notre pays », poursuit le chef de l'Etat ivoirien selon qui « la Côte d'Ivoire perd un valeureux fils, un homme de conviction et de devoir ».   « Je perds un compagnon fidèle, un ami loyal et dévoué », ajoute M. Ouattara, présentant  en cette douloureuse circonstance, ses « condoléances les plus émues » à la famille et aux proches du défunt.  

Elu Président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire le 7 mars 2019, Amadou Soumahoro a été éloigné de l'Assemblée nationale par la maladie. Son intérim était jusque-là assuré par Adama Bictogo. 

Ancien Secrétaire général par intérim du Rassemblement Des Républicains (RDR), de juillet 2011 à septembre 2017, le député de la circonscription électorale de Séguéla sous-préfecture, Bobi-Diarabana commune et sous-préfecture, a été également Président du directoire du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP, actuel parti au pouvoir) de février 2015 à septembre 2017.  

Il a occupé plusieurs postes ministériels avant d'être nommé Ministre auprès du Président de la République chargé des Affaires politiques le 4 mai 2018. De 2011 à 2015, il avait occupé le poste de Conseiller du président de la République, ministre du Commerce extérieur en 2002 et ministre du Commerce de 2003 à 2005. 

Source : APA

 D'après l’Organisation Mondiale de la Santé, 55,2 millions de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer. Un chiffre qui devrait atteindre 139 millions en 2050. Selon une étude récente, l'augmentation des cas dits précoces serait due à l'utilisation croissante des smartphones.

 Ces recherches publiées dans la revue scientifique «Current Alzheimer Research» ont établi un lien entre le développement des cas précoces de la maladie d'Alzheimer et la surexposition aux ondes électromagnétiques du Wi-Fi et des téléphones portables.

Il est généralement admis, depuis près d’un quart de siècle, que la maladie d’Alzheimer est causée par une accumulation importante de calcium dans le cerveau. Concrètement, un excès de calcium intracellulaire pourrait entraîner la maladie d’Alzheimer. Et selon l’étude, les champs électromagnétiques (CEM) générés électroniquement peuvent contribuer à l’accumulation de ce calcium. D'autant plus que ces CEM proviennent d’appareils tels que les téléphones portables.

Et si des doutes existaient depuis longtemps sur les effets néfastes des téléphones portables sur notre corps, notamment le cerveau, jamais une étude n’avait encore mentionner l’exposition aux objets connectés parmi les causes d’Alzheimer.

Des chercheurs ont pu établir le lien entre une apparition précoce de la maladie chez des individus âgés de 30 à 40 ans, et l’exposition aux champs électromagnétiques pulsés, générés électroniquement par nos téléphones portables. L’étude dévoile par ailleurs que l’âge d’apparition de la maladie d’Alzheimer a diminué au cours des vingt dernières années, soit depuis que les expositions aux CEM liés aux communications sans fil ont augmenté.

Aussi, si cette découverte est confirmée, le nombre de cas d’Alzheimer pourrait doubler avant 2050, dès lors que l'actuelle génération sera de plus en plus exposée aux ondes « nocives » des appareils mobiles.

AJD - S'informer Utile

Connaissez-vous votre poids idéal ? Ou encore, savez-vous si votre poids est adapté à votre taille ? Ou tout simplement comment calculer votre indice de masse corporelle ou IMC, en vue de déterminer s'il est normal, faible, élevé ou très élevé, afin de prévenir les risques de maladies métaboliques (comme le diabète), cardiaques ou cardiovasculaires.



L'IMC, qu'est-ce à dire
Utilisé par les médecins pour évaluer l'état nutritionnel, l'indice de masse corporelle (IMC) a été inventé vers 1840 et permet de déteminer si vous souffrez de maigreur, de dénutrition, de surpoids ou d'obésité. Le calcul de cet indicateur repose sur un rapport taille/poids et est approuvé par l'OMS.

Comment calculer votre IMC
Pas besoin d'être Pythagore ou Thalès pour calculer son indice de masse corporelle ! Il suffit pour ce faire de diviser le poids par le carré de la taille (IMC = poids en kg/taille² en m). Quoi ? Trop compliqué pour vous ? Utilisez donc notre script : c'est rapide. Et surtout, il ne se trompe jamais ! Vous pouvez même vous évertuer à trouver votre poids idéal.

Comment trouver votre poids idéal
Ci-dessous, vous pouvez calculer votre poids idéal en procédant comme suit : Entrez votre taille (en centimètres) et votre poids actuel (en kilogrammes) dans les zones de saisie correspondantes, puis cliquez sur le bouton pour calculer votre indice de masse corporelle (IMC), qui s'affichera en dessous du formulaire, suivi d'un conseil relatif à votre résultat.



Après, vous n'aurez plus qu'à moduler la zone de saisie réservée au poids (en remontant ou en descendant d'1 kilo ou davantage) et en renouvelant chaque fois le calcul, jusqu'à obtention d'un résultat satisfaisant.

Une fois ce résultat obtenu, il ne vous restera plus qu'à travailler sur vous-même (activité physique, régime, traitement médical ou autre) pour atteindre ce poids idéal. Sans oublier, toutefois, de consulter avant tout votre médecin traitant.

Calculez votre IMC


 Après plusieurs années d'instruction, l'audition de plus de 110 témoins et 6 mois d'audience, le verdict est tombé dans le procès sur l'assassinat de Thomas Sankara, tué avec 12 de ses compagnons lors d'un coup d'État en 1987. L'ancien président du Burkina Faso, qui lui a succédé, Blaise Compaoré, a ainsi été condamné ce mercredi 6 avril, par contumace, à la prison à perpétuité. Le tribunal militaire de Ouagadougou a également condamné à la perpétuité le commandant de sa garde, Hyacinthe Kafando, et le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l'armée lors du putsch de 1987.

Les trois hommes sont condamnés pour « attentat à la sûreté de l'État ». Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré sont également reconnus coupables de « complicité d'assassinat » et Hyacinthe Kafando, soupçonné d'avoir mené le commando qui a tué Thomas Sankara, d'« assassinat ». Huit autres accusés sont condamnés à des peines allant de trois ans à vingt ans de prison. Trois accusés, enfin, ont été acquittés.

 Des révélations sur un complot international

Les juges sont allés au-delà des réquisitions du Parquet militaire qui avait demandé trente ans de prison pour MM. Compaoré et Kafando et vingt ans pour M. Diendéré.

Mais Blaise Compaoré, soupçonné d'avoir été le commanditaire de l'assassinat de son ancien compagnon d'armes et ami ? ce qu'il a toujours nié ?, a été chassé du pouvoir en 2014 par la rue et vit depuis en Côte d'Ivoire. Quant à Hyacinthe Kafando, ancien commandant de la garde de M. Compaoré, il est en fuite depuis 2016. Les deux hommes étaient les grands absents de ce procès qui a débuté il y a six mois.

Ce qui n'a pas empêché de voir éclater d'importantes révélations. Comme lorsque d'anciens collaborateurs du président tué ont levé le voile sur les relations tendues entre Blaise Compaoré et Thomas Sankara, et sur l'existence d'un « complot international » ourdi contre un leadeur progressiste qui voulait bouleverser l'ordre du monde et éradiquer la pauvreté dans son pays. « Le drame du 15 octobre 1987 est arrivé sous la pression de certains chefs d'État, tels que Félix Houphouët-Boigny de la Côte d'Ivoire », a témoigné Abdoul Salam Kaboré, ministre des Sports de Sankara.

Entendu en visioconférence depuis la France, ancienne puissance coloniale au Burkina, Moussa Diallo, aide de camp du président assassiné, assure que les événements d'octobre 1987 « ont été prémédités » et que le président Houphouët Boigny, grand ami de la France, était « au centre de ce complot ». Houphouët Boigny avait dit à Thomas Sankara : « Il faut que vous changiez. Si vous ne changez pas, nous allons vous changer », a pour sa part témoigné Serge Théophile Balima, ancien directeur de la télévision burkinabée.

La soif de pouvoir de Blaise Compaoré

« Blaise Compaoré voulait le pouvoir. C'est la création d'un parti politique unique qui a mis le feu aux poudres », car Compaoré « ne voulait pas de l'unification des organisations du Comité national de la révolution (CNR) » qui dirige alors le pays, a déclaré pendant l'enquête Valère Somé, politologue burkinabé dont la déposition a été lue au procès.

Et, selon un commandant militaire, Blaise Sanou, « celui qui était accro au pouvoir, c'était Blaise Compaoré ». « C'est également à cause (de cette soif) du pouvoir qu'il a voulu modifier la Constitution après vingt-sept ans de règne », ce qui a provoqué sa chute en 2014. 

Suspens

Le procès a également connu des soubresauts, il a été interrompu à plusieurs reprises : une première fois au lendemain du putsch, puis le 31 janvier, « jusqu'au rétablissement de la Constitution », mise en sommeil lors du coup d'État puis rétablie par la junte au pouvoir, permettant sa reprise.

Mais de nouvelles interruptions sont intervenues, dont une à la suite de la prestation de serment de M. Damiba devant le Conseil constitutionnel, le 16 février. La défense a alors introduit une requête en soulignant qu'on demandait des condamnations pour « attentat à la sûreté de l'État » alors que le putsch du lieutenant-colonel Damiba, validé par le Conseil constitutionnel, constituait en lui-même un « attentat à la sûreté de l'État ».

Cela « consacre la prise de pouvoir par la force comme un mode constitutionnel de dévolution du pouvoir », avaient soutenu les avocats de la défense. Un argument « non fondé » rejeté par le Conseil constitutionnel, permettant la reprise du procès.

 Sankara, le père de la révolution burkinabée

Finalement, ce mercredi, le verdict a été accueilli par des applaudissements dans la salle du tribunal, selon un journaliste de l'AFP. Il met fin à un procès-fleuve de six mois qui s'était ouvert 34 ans après la mort de Thomas Sankara, icône panafricaine, toujours aussi populaire et emblématique. Né le 21 décembre 1949 à Yako (nord), Thomas Sankara, élevé dans une famille chrétienne et dont le père était un ancien combattant, a 12 ans au moment de la décolonisation.

Après l'obtention de son baccalauréat à Ouagadougou, il suit une formation militaire à l'étranger, notamment à Madagascar où il assiste en 1972 à l'insurrection qui renverse le président Philibert Tsiranana, considéré comme inféodé à la France, ex-puissance coloniale.

À son retour, en 1973, dans son pays, qui s'appelle alors la Haute-Volta, il est affecté à la formation des jeunes recrues et se fait remarquer lors d'un conflit avec le Mali, en 1974-1975.

Après un coup d'État en novembre 1980, le nouveau chef de l'État, le colonel Saye Zerbo, lui confie le poste de secrétaire d'État à l'Information. Mais ses idées progressistes lui font claquer la porte du gouvernement un an et demi plus tard.

Il revient à la faveur d'un autre putsch et est nommé Premier ministre, en janvier 1983. Une sourde lutte pour le pouvoir s'engage alors entre militaires.

D'abord arrêté en mai 1983, il ressurgit en août, cette fois pour de bon, à la suite d'un nouveau coup d'État mené par son ami intime, le capitaine Blaise Compaoré. Âgé de 33 ans, Sankara symbolise l'Afrique de la jeunesse et de l'intégrité. Il rebaptise d'ailleurs son pays Burkina Faso, le « pays des hommes intègres ».

D'allure sportive et élancée, souriant et charmeur, le jeune dirigeant est toujours vêtu d'un treillis, portant à la ceinture un pistolet à crosse de nacre offert par le dirigeant nord-coréen Kim Il-sung. Vivant modestement avec sa femme et ses deux fils dans un palais présidentiel délabré, il n'a pour tout bien que sa guitare et une Renault 5 d'occasion, petit véhicule qu'il impose comme voiture de fonction à tous les membres de son gouvernement habitués aux luxueuses berlines.

Ses priorités : dégraissage d'une fonction publique « pléthorique », amélioration de la situation sanitaire, désenclavement des campagnes, éducation, promotion de la femme, politique en faveur des paysans. Cette politique volontariste est menée d'une main de fer. « Il faut décoloniser les mentalités » clamait-il.

La population est surveillée par les Comités de défense de la révolution (CDR) et sanctionnée par les Tribunaux populaires de la révolution (TPR). Il brise une grève des instituteurs en les licenciant et l'opposition syndicale et politique est réprimée.

Ses relations avec l'ex-puissance coloniale française et plusieurs pays voisins, dont la Côte d'Ivoire de Félix Houphouët-Boigny et le Togo de Gnassingbé Eyadéma, sont tendues. Ses prises de position, ses liens avec la Libye de Mouammar Kadhafi et le Ghana de Jerry Rawlings inquiètent. Au président français François Mitterrand qui avait accueilli officiellement à Paris le rebelle angolais Jonas Savimbi et le président du régime d'apartheid sud-africain Pieter Botha il donne une leçon de droits de l'homme, lors d'une visite à Ouagadougou en 1986. « Il va plus loin qu'il ne faut, à mon avis », rétorque Mitterrand. Sankara appelle l'Afrique à ne pas payer sa dette aux pays occidentaux, dénonce devant l'ONU les guerres « impérialistes », l'apartheid, la pauvreté, défend le droit des Palestiniens à l'autodétermination.

La parenthèse sankariste sera de courte durée : le 15 octobre 1987, alors qu'il se rend à un conseil des ministres extraordinaire, il est assassiné lors d'un putsch qui laisse Blaise Compaoré seul au pouvoir. Il n'avait que 37 ans.

Le Point Afrique

Savez-vous ce que votre position assise dit de vous


Notre corps - c'est bien connu - parle beaucoup plus que nos mots, et révèle des choses sur notre personnalité.

Ainsi, lorsque nous sommes en contact avec d’autres personnes, la posture de notre corps en dit souvent bien plus à notre entourage que nos nos propres mots. Et cela n’a rien à voir avec ce que l’on raconte, mais révèle plutôt comment nous nous sentons à l'intérieur au moment où nous parlons ou comment nous sommes vraiment. Cela relève du fait que la plupart d'entre nous éprouvent une réelle difficulté à identifier verbalement leurs sentiments, à poser des mots sur leurs émotions, mais le corps, lui, ne se trompe guère et révèle - que nous le voulions ou non - ce qui se passe à l'intérieur. Il suffit de savoir le décoder à travers le langage corporel. 

Savoir décoder ce langage facilite notre compréhension de nos semblables et permet d'aller au-delà de ce que racontent nos interlocuteurs pour une compréhension plus profonde de leur état d'esprit et des grandes lignes de leur personnalité. Il devient dès lors très utile de comprendre ce langage corporel lorsque nous interagissons avec les autres. C'est ainsi que la position de vos jambes en posture assise peut révéler bien des choses sur qui vous êtes vraiment. Décodage ci-dessous en vous référant à l'illustration en tête d'article.

Position A

Les personnes qui s’assoient de cette façon se distinguent par leur charisme et leur créativité. Elles font preuve de spontanéité et de promptitude dans leurs décisions : par exemple, ces personnes n'attendront pas longtemps avant de prendre une décision. Une impulsivité susceptible de leur jouer des tours de temps à autre ; mais grâce à leur charme, elles parviennent toujours à se sortir de situations quelque peu délicates. leur credo : la vie est une aventure ; il faut donc multiplier les expériences. Ce qui leur vaut une certaine popularité grâce à leur disposition naturelle à se faire facilement des amis, même si la plupart de ces relations ne sont que fugaces.

Position B

Les gens qui ont cette posture assise sont plutôt des rêveurs. Leur imagination débordante risque quelquefois de les perdre complétement alors qu'ils se croient pourtant en bon chemin. Ils peuvent être assez expressifs, voire emphatiques. Et s'ils interagissent le plus souvent facilement avec leur entourage, ils savent toutefois s'effacer parfois. Les personnes adoptant cette posture sont souvent très en phase avec elles-mêmes et très à l’écoute de leurs sentiments.

Position C

Ceux qui se tiennent de cette façon ont souvent du mal à se concentrer et à rester en place. Ils sont réputés être plutôt pas très posés. Leur esprit toujours en cavale leur jouent bien des tours : chez eux la parole semble prendre le pas sur la pensée ; ce qui leur fait parfois subir le contrecoup de leurs mots. Ils s'ennuient assez vite et ont du mal à focaliser longtemps leur attention. Un peu comme dans leurs relations, car là aussi, ils se désintéressent souvent très vite et auraient besoin qu'on les ramène de temps en temps à la réalité. En revanche, dans des environnements rapides avec beaucoup de stimuli, ils savent faire preuve d'une très grande adaptabilité.  

Position D

Ceux qui adoptent cette position assise sont souvent des gens très intelligents, rationnels et réfléchis. Avec eux, on sait toujours où l'on va et à quoi s'en tenir. Car ils sont plutôt ordonnés, clairs et ponctuels. Chez eux, chaque chose doit être à sa place. Aussi leur maison est-elle souvent très propre et bien rangée. Ils ne sont pas très expansifs et savent - et c'est peut-être là leur plus grand charme - rester secrets. Une retenue qui n'entame pourtant en rien leur honnêteté, surtout qu'ils ont horreur des ragots et autres racontars. Leur credo : rester calmes en toutes situations, sans jamais perdre le contrôle.

Position E

Celles et ceux qui se tiennent de cette façon sont très portés sur leurs valeurs et ne perdent quasiment jamais de vue leurs objectifs. Ces personnes accordent beaucoup de valeur à leur carrière. Elles visent toujours très haut et se fixent des objectifs ambitieux, dès lors qu'elles répugnent à se contenter de moins. Mais cela ne concerne pas que leur côté professionnel, car au niveau personnel aussi, elles établissent également des objectifs, qu'il s’agisse de santé, de bien-être ou d’amour, etc. En un mot, ce sont plutôt des perfectionnistes en tout, et ce, jusque dans leur apparence personnelle. Ce qui malheureusement les éloigne parfois de la réalité et les empêchent bien souvent de profiter de ce qu’elles possèdent déjà, dès lors qu'elles aspirent toujours à davantage.

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile


Le président sénégalais s’est adressé à la nation à la veille du 62e anniversaire de l’indépendance du pays. Alors que les musulmans ont entamé ce dimanche 3 avril le ramadan et que les chrétiens sont en plein carême, le chef de l’État a insisté sur les enjeux du prix des denrées et de l’autosuffisance alimentaire.

Après deux ans sans célébration pour cause de Covid-19, une cérémonie de prise d’armes suivie d’un défilé militaire « petit format » à la place de l’Indépendance commémorera ce lundi 4 avril le 62e anniversaire du Sénégal. Mais le discours du président Macky Sall était surtout un appel au rassemblement, dans un contexte d’augmentation des prix liée à la guerre en Ukraine.

« Considérant le risque élevé de pénurie et de flambée des prix en raison de la crise mondiale, j’appelle à une mobilisation générale pour accroitre et valoriser davantage nos produits agricoles, d’élevage et de pêche », a-t-il déclaré.

« Relever le défi de l’autosuffisance alimentaire »

Le président sénégalais a également détaillé avoir baissé les prix des denrées de première nécessité et augmenté la subvention du riz local pour aider les ménages. « Mais, pour être à l'abri des aléas de la conjoncture internationale, nous devons faire preuve de résilience en gagnant au plus vite la bataille de la souveraineté alimentaire. Ce sont des investissements massifs que l’état continue de consacrer à la modernisation et à la diversification des secteurs de l’élevage, de la pêche et de l’agriculture. Relever le défi de l’autosuffisance alimentaire, c’est aussi facilité les échanges entre les zones de production et les marchés. »

Alors que cette fête d’indépendance a pour thème les forces de défense et de sécurité et la résilience nationale, Macky Sall a aussi insisté sur la poursuite du « programme de renforcement des capacités opérationnelles de l’armée » afin qu'elle soit prête à assurer la défense du territoire national « dans un contexte mondial agité et incertain. »

Source: rfi

Jusqu’alors considérée comme étant due aux seules conséquences psychologiques de la ménopause,  une nouvelle étude montre que l’insatisfaction sexuelle serait aussi d’ordre  psychosocial.
La ménopause se déclare généralement autour de la quarantaine – voire la cinquantaine – avec des symptômes caractéristiques, allant de la sécheresse vaginale aux bouffées de chaleur, sans oublier les troubles assez récurrents du sommeil, avec des rapports sexuels de plus en plus rares.


Selon une étude parue en 2015 dans la revue Endocrinologie and Metabolism clinics of North America, citée par Pourquoi Docteur, « le dysfonctionnement sexuel augmenterait avec l’âge et serait très fréquent chez les femmes ménopausées ». D’autant plus que d’autres observations avaient auparavant mis en évidence l’évolution sensible des troubles sexuels, notamment entre la pré-ménopause et la post-ménopause.

Insatisfaction sexuelle et facteurs psychosociaux
Comme souligné plus haut, jusqu’ici, seules les baisses des taux  d’œstrogènes et la sécheresse vaginale étaient considérées comme ayant un impact négatif sur la satisfaction sexuelle des femmes. Or une nouvelle étude collaborative, menée par des scientifiques de l’Université du Sussex à Brighton, de l’University College London (Royaume-Uni) et de l’Université de New South Wales à Sydney, pointe aussi du doigt des facteurs nouveaux tels que la confiance en soi, les changements d’humeur, le stress ou encore l’image que l’on se fait de soi-même. 
Les auteurs de l’étude se sont basés sur l’analyse des données d’un échantillon de 4.418 femmes d’une moyenne d’âge de 64  ans, dont les 50 %, selon l’étude, affirmaient avoir une vie sexuelle active.


Très faible taux de satisfaction sexuelle
Ces femmes, objet de l’étude, ont fait état de rapports sexuels moins fréquents du fait de l’absence ou de la difficulté de trouver un partenaire ou du dysfonctionnement sexuel de ce dernier, ainsi que de rapports plus douloureux du fait des symptômes précédemment évoqués, sans oublier l’état physique de la femme et les traitements médicamenteux.

Certaines d’entre elles ont établi un lien entre les facteurs psychosociaux et la baisse de leur libido. Et seulement 3 % de ces femmes ont confié avoir des rapports sexuels globalement satisfaisants.

Selon les auteurs de cette étude, « les difficultés sexuelles sont souvent sous-déclarées, sous-reconnues et sous-traitée », invitant dès lors médecins et professionnels de la santé à être plus à l’écoute de leurs patientes ménopausées, afin d’aider à leur épanouissement sexuel.

Hypertension : une étude alerte sur la prise de Paracétamol

D'après une étude britannique, la prise régulière de paracétamol est susceptible de provoquer une montée de la tension artérielle chez les personnes hypertendues.

Une récente étude britannique pointe du doigt les médicaments contenant du paracétamol. En effet ces comprimés (Doliprane, Dafalgan, Efferalgan…), utilisés pour soulager les douleurs ou encore lutter contre la fièvre, auraient plutôt tendance à augmenter la tension artérielle des personnes souffrant déjà d’hypertension.

Le Paracétamol fait monter la tension des hypertendus

L’étude a été réalisée par l’Université d’Edimbourg sur 110 personnes hypertendues. Les chercheurs leur ont administré, pendant deux semaines, 4 g de paracétamol par jour (à raison d’1 g toutes les quatre heures), soit une dose couramment prescrite chez les patients souffrant de douleur chronique. Pendant les deux autres semaines de l'expérience, les patients ont reçu un placebo.

Suite à ce traitement, les scientifiques ont constaté que la prise de paracétamol entraînait une hausse de 5 mm Hg de la pression systolique (niveau le plus haut enregistré de la pression) et de 1,5 mm Hg de la pression diastolique (niveau le plus bas). Une augmentation certes faible, mais assez significative pour être soulignée par les chercheurs.

“Cette étude, déclare le Professeur James Dear, l’un des auteurs de l’étude, montre clairement que le paracétamol - le médicament le plus utilisé au monde - augmente la tension artérielle, l'un des facteurs de risque les plus importants pour les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux". Et d'ajouter : "Les médecins et les patients doivent évaluer ensemble les risques par rapport aux bénéfices d'une prescription de paracétamol à long terme, en particulier chez les patients à risque de maladie cardiovasculaire”. 

Paracétamol et douleurs chroniques 

Si l’étude ne remet pas en cause l’intérêt de prendre du paracétamol de manière ponctuelle, notamment lors d’une fièvre ou de douleurs assez courtes, les chercheurs s’interrogent toutefois sur l’efficacité réelle de ces médicaments en cas de douleurs chroniques comme l’arthrose. 

“Nous recommandons aux cliniciens de commencer par une faible dose de paracétamol", souligne le Professeur David Webb, co-auteur de la recherche, "et d'augmenter la dose par étapes, sans dépasser la dose nécessaire pour contrôler la douleur. Compte tenu des augmentations substantielles de la pression artérielle observées chez certains de nos patients". Car, selon le scientifique, "il peut être avantageux pour les cliniciens de surveiller de plus près la tension artérielle des personnes souffrant d'hypertension artérielle, qui commencent à prendre du paracétamol pour la douleur chronique”.

Il faudrait toutefois souligner qu'à l’état actuel des connaissances, le paracétamol est plutôt plus sûr que les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’Ibuprofène ou le Kétoprofène, lesquels exposent à des risques cardiovasculaires connus de longue date. Cette nouvelle étude met toutefois en garde contre la prise systématique de paracétamol, soulignant que sa prescription devrait se faire selon une bon ratio risques/bénéfices.

Les chercheurs souhaitent maintenant réaliser une nouvelle étude sur les personnes non hypertendues et sur celles souffrant de douleurs chroniques, car il est établi que la douleur peut aussi faire monter la tension artérielle. “La prochaine étape, annonce dès lors le Professeur David Webb, consistera à mener un essai clinique randomisé sur un échantillon plus large de la population de patients souffrant de douleurs chroniques – ce sont eux qui prennent régulièrement et sur le long terme du paracétamol". Et de conclure : "Nous travaillons à le concevoir et à trouver des financements”.

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile

Sommet de la Cédéao sur le Mali à Accra : un piège tendu à Assimi Goïta ?


Les chefs d’État de la Cédéao se réunissent ce vendredi 25 mars à partir de 14hTU à Accra, au Ghana, pour un sommet extraordinaire consacré au Mali, mais sans le président Assimi Goïta. S’achemine-t-on vers un accord sur la durée de la prolongation de la transition ? Va-t-on connaître l’échéance des futures élections devant permettre le retour à l’ordre constitutionnel, et qui permettrait également une levée immédiate des sanctions de la Cédéao ?

Jeudi 24 mars, la Cour de justice de l’Uemoa a demandé la suspension des sanctions prises depuis le 9 janvier dernier, en attendant de se prononcer sur le fond de leur légalité, du fait de leurs lourdes conséquences sur le pays. Des signaux qui laissent envisager une possible sortie de crise, après des mois de négociations entre la Cédéao et Bamako. Pour autant, le Président malien de transition a décidé de ne pas se rendre à Accra pour le sommet. Aucune justification officielle n’a été donnée par Bamako.

Les plus complotistes y voient une sage mesure de précaution devant un piège tendu par les chefs d’État de la Cédéao, voire par la France au Président malien.

Les plus critiques estiment que le Colonel Assimi Goïta, plus militaire que politique, et qui n’a pas conduit directement les négociations, aurait pu se trouver « gêné », techniquement, au milieu de ses pairs.

Les plus patriotes estiment enfin que le Président de transition se serait abaissé à répondre à cette invitation en forme de convocation, et qu’il fallait donc la décliner.

Vers un accord ?

Le Colonel Assimi Goïta propose tout de même de participer à la réunion par visioconférence.

Une délégation de quatre ministres se préparait à représenter le Mali à Accra, mais le format du sommet, un huis-clos entre chefs d’État, interdit de fait leur participation. C’est ce qu’a expliqué dans un tweet le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.

Un accord pourrait-il être conclu ? Les autorités maliennes de transition, qui dirigent le pays depuis le Coup d’État d’août 2020, veulent une rallonge. Leur proposition initiale, cinq ans de plus, a été ramenée à deux ans ; la Cédéao, jusqu’à la semaine dernière, s’en tenait à une durée d’un an maximum. D’autres points de négociations pourraient permettre un compromis. La décision, jeudi, de la Cour de justice de l’Uemoa, qui demande une suspension des sanctions de la Cédéao, renforce incontestablement la partie malienne. Mais l’absence de représentant du Mali à ce sommet semble de moins bon augure. 

Source : rfi

Disparition de Steve Wilhite, créateur du format GIF

L'homme avait été à l'initiative de la création du mythique format d'image numérique à la fin des années 80.

 Vous ne connaissez pas son nom, mais utilisez probablement sa technologie. Comme l'a confirmé son épouse Kathaleen Wilhite au média américain The Verge, Steve Wilhite s'est éteint à 74 ans des suites du Covid, qu'il avait contracté le 1er mars dernier. L'homme est célèbre dans la culture Web pour avoir été à l'origine du format d'image GIF, abbréviation de "Graphics Interchange Format" ("Format d'échange d'image, en français).

Le terme, qui avait été élu "mot de l'année" par le dictionnaire Oxford en 2012, était apparu pour la première fois lors de la création de ce format d'image numérique en 1987. Il avait été mis au point par une équipe dirigée par Steve Wilhite au sein de l'entreprise CompuServe, l'un des premiers fournisseurs de services en ligne.

Une prononciation qui a fait débat

A l'époque, le but était d'afficher une photo le plus aisément possible, compte tenu des débits de l'époque, bien plus réduits qu'aujourd'hui. Dans sa forme actuelle, un fichier GIF peut afficher jusqu'à 256 couleurs. Surtout, il est capable d'afficher une suite d'images, le rendant particulièrement populaire pour diffuser de courtes animations et vidéos - sans élément sonore.

Très répandu lors des débuts d'Internet au milieu des années 90, le format GIF est revenu en force au début des années 2010. Il est notamment utilisé sur les réseaux sociaux en complément des émojis, pour mettre en avant ses émotions, ou par le biais de memes, des images détournée à des fins humoristiques. Ce 23 mars encore, Twitter annonçait une nouvelle fonction pour créer des GIF directement depuis l'application.

Au même titre que d'autres célèbres inventions technologiques comme le Game Boy, le format GIF a fait l'objet d'un long débat lié à la prononciation la plus adaptée, dans lesquel même l'ancien président américain Barack Obama s'est invité.

La discorde concernait alors la bonne prononciation du "G" et le fait de prononcer "GIF" ou "JIF". Un débat tranché par Steve Wilhite en 2013, qui avait confirmé que la prononciation était bien "JIF".

BFMTV

Télécharger Réfléchissez et Devenez Riche de Napoleon Hill

Réfléchissez et Devenez Riche de Napoléon Hill
examine le pouvoir psychologique de la pensée et du cerveau dans le processus d'avancement de votre carrière pour obtenir une satisfaction financière et personnelle. 

Ce guide pratique pour atteindre le succès est devenu la Bible de la réussite et de la prospérité pour des millions de lecteurs, depuis sa parution en 1937.
Les 13 « étapes vers la richesse » que l'auteur met en lumière sont devenues un tremplin vers une vie meilleure pour des lecteurs de tous horizons : des entrepreneurs aux étudiants, en passant par tous ceux qui veulent atteindre leurs objectifs dans la vie et vivre pleinement leur passion.

Cette œuvre comprenant plus d'une douzaine d'éléments exclusifs sera un outil efficace pour tout apprenant sérieux de Réfléchissez et Devenez Riche pour comprendre et maîtriser le cheminement qu'il esquisse vers le succès afin de le mettre en pratique dans sa propre vie.

Réfléchissez et Devenez Riche - Sommaire

01 - Introduction

02 - Le Désir

03 - La Foi

04 - L’autosuggestion, le moyen pour influencer l’esprit subconscient.

05 - La spécialisation, expérience personnelle et observations

06 - L’imagination, l’atelier de l’esprit.

07 - L’élaboration des plans, la cristallisation du désir en action.

08 - La décision

09 - La persévérance, l’effort pour avoir la foi

10 - Le pouvoir de l’alliance d’esprit maître.

11 - Le mystère de la transmutation sexuelle

12 - L’esprit subconscient, la biellette.

13 - Le cerveau humain, un poste émetteur et récepteur de la pensée.

14 - Le sixième sens, la porte du temps de la sagesse.

15 - La peur et ses 6 fantômes


Réfléchissez et Devenez Diche de Napoléon Hill PDF

Pour télécharger la version pdf de ce bestseller de Napoleon Hill, cliquez sur le lien ci-dessous, c'est gratuit :

Cliquez ici pour téléchargement immédiat


Télécharger L'Homme le Plus Riche de Babylone



Les secrets de réussite des anciens. Le livre le plus inspirant sur la Richesse jamais écrit.

L'homme le plus riche de Babylone (ou The Richest Man in Babylon) de George S. Clason traite des succès personnels de chacun de nous. Le succès vient des réalisations consécutives à nos efforts et à notre savoir-faire. Une bonne préparation est essentielle au succès. Nos actions ne peuvent pas être plus sages que nos pensées. Notre façon de penser ne peut pas être plus sage que notre entendement. Voilà que l'argent abonde pour ceux qui comprennent les règles simples de l'acquisition de biens.

L'Homme le Plus Riche de Babylone en 3 phrases

1 - « Économisez au moins 10 % de tout ce que vous gagnez et ne confondez pas vos dépenses nécessaires avec vos désirs »

2 - « Travaillez dur pour améliorer vos compétences et vous assurer un revenu futur, car la richesse est le résultat d'un flux de revenus fiable »

3 - « Vous ne pourrez pas atteindre la pleine mesure de votre réussite tant que vous n'aurez pas écrasé en vous l'esprit de procrastination ».

 Sommaire de L'Homme le Plus Riche de Babylone

1. Commencez à garnir votre bourse

2. Contrôlez vos dépenses

3. Faites fructifier votre or

4. Empêchez vos trésors de se perdre 

5. Faites de votre propriété un investissement rentable 

6. Assurez-vous un revenu pour l'avenir 

7. Augmentez votre habileté à acquérir des biens

Télécharger L'Homme le Plus Riche de Babylone - pdf

Pour télécharger la version pdf de ce livre L'Homme le Plus Riche de Babylone, cliquez sur le lien ci-dessous ; c'est gratuit :

 L'homme le plus riche de Babylone.pdf



 Les audiences avaient été suspendues début mars après une requête des avocats de la défense. Le procès des assassins présumés de Thomas Sankara a repris ce matin 22 mars 2022 à Ouagadougou. Les avocats des accusés ont la parole pour leurs plaidoiries, après trois semaines de silence.

 Une longue pause qui aura au moins permis de répondre à une question aussi étonnante que fondamentale : un coup d’État peut-il être légal ? C’est en tout cas ce qu’ont voulu supposer les avocats de la défense suite au putsch le 24 janvier dernier du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et investi président par le Conseil constitutionnel. Les sages de la haute institution ont tranché la semaine dernière : ils ne légalisent pas le coup d’État. Les accusations d’attentat à la sûreté de l’État resteront donc valables durant le procès.

Un procès qui a repris ce matin à la salle des Banquets de Ouaga 2000, qui accueille la chambre d’instruction de première instance du tribunal militaire. Une salle presque vide, mais marquée par la présence de Mariam Sankara, la veuve de l’ancien président burkinabè.

20 ans de prison requis

Les 12 inculpés étaient également présents, dont le principal accusé le général Gilbert Diendéré, qui s’est installé devant les juges d’un pas sûr et décidé, aux côtés de ses co-accusés. C’est justement l’avocat des hauts gradés qui a ouvert le bal par une longue introduction, insistant sur la prescription des faits reprochés à son client, à savoir l’attentat à la sûreté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavre. Le procureur avait requis d’ailleurs 20 ans de prison contre le général.

Les plaidoiries ont commencé avec les avocats des médecins accusés d’avoir donné un faux certificat de décès sur les causes de la mort de Thomas Sankara et se poursuivront toute la semaine jusqu’à vendredi.

rfi