Actu

L'Actu en vidéos

International

Lifestyle

Société

Crise migratoire

Santé

Trump himself

Plusieurs personnalités, dont un journaliste, font l'objet d'enquêtes lancées par les autorités chinoises après le krach qui a secoué les places financières la semaine passée...

 Les places boursières chinoises ont enregistré des pertes d'environ 40% depuis la mi-juin, avec une accélération au mois d'août, le CSI 300 affichant un plongeon de 13% sur la période, alors que le ralentissement de l'activité économique, sur fond de dévaluation inattendue du yuan, a provoqué la panique chez les investisseurs. Mais Pékin cherche d'autres coupables, et a lancé plusieurs enquêtes,
dont une contre un journaliste, soupçonné d'avoir "amplifié les turbulences sur les marchés"...

L'agence d'Etat Chine nouvelle évoque donc plus particulièrement le rôle d'un certain Wang Xiaolu, qui travaille pour le magazine 'Caijing'... Il aurait avoué avoir fait circuler de fausses informations qui ont provoqué "la panique et le désordre" et "infligé d'énormes pertes au pays et aux investisseurs". Pour semer cette pagaille, il dit s'être appuyé "sur des rumeurs et ses suppositions personnelles".

D'autres "accusés"

L'agence de presse Reuters rappelle qu'il n'est pas rare que la presse officielle chinoise fasse ainsi état d'aveux de suspects dans des affaires sensibles, avant même la tenue d'un procès. De son côté, la direction de Caijing a publié mercredi dernier, au lendemain de l'arrestation de son journaliste, un communiqué pour le défendre...

Mais ce dernier n'est pas le seul à être montré du doigt et d'autres personnes ont avoué, selon Chine nouvelle, avoir commis des délits d'initiés. Parmi elles figurent un employé de la commission boursière chinoise (China Securities Regulatory Commission, CSRC) et quatre hauts dirigeants de l'entreprise de courtage CITIC Securities...

boursier.com

«
Suivant
Article plus récent
»
Précédent
Article plus ancien

Aucun commentaire:

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous :

.

Autres radios relayées par Otr'Actu. Cliquer sur un logo pour éouter la radio correspondante.