AmGoog

Slider

Santé

International

couple

Bien-être

Vie pratique

Culture

Copyright : DR

Un Ivoirien recherché par la France et Interpol pour des délits de blanchiment d'argent,  d'escroquerie, de faux et de piratage de données bancaires, a été interpellé mardi par les autorités marocaines dans un hôtel de la ville de Fès.



Le jeune homme, âgé de 27 ans, est suspecté d'avoir effectué plusieurs achats en France et dans d’autres pays, par des cartes bancaires volées.

Les autorités marocaines ont informé leurs homologues français de l’arrestation. L’homme a été placé en détention dans l'attente d'une procédure d’extradition.

L'arrestation s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Royaume pour poursuivre les personnes recherchées au niveau international pour des délits ou des crimes transfrontaliers.

Abdoulaye Jamil Diallo | S'informer Utile 

Le Front populaire ivoirien, le parti fondé par Laurent Gbagbo, a protesté mercredi 30 octobre contre « la honteuse immixtion » du gouvernement ivoirien dans la procédure à la Cour pénale internationale (CPI) contre l'ancien président, dénonçant une « cabale ».

L’État de Côte d’Ivoire a déposé le 25 octobre une demande auprès de la CPI pour s’opposer à la libération sans condition de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté en première instance, mais en liberté surveillée en Belgique en raison d’un appel de la procureure Fatou Bensouda.

Il s’agit là d’«une honteuse immixtion du gouvernement ivoirien dans la procédure », a déclaré Assoa Adou, secrétaire général du FPI, au nom de son parti et de la coalition d’opposition « Ensemble pour la démocratie et la souveraineté » (EDS).

« Une cabale pour écarter un adversaire »
« Par ces agissements, le RDR (ancien nom du parti au pouvoir) et (le président ivoirien) Alassane Ouattara viennent de faire tomber le masque derrière lequel ils n’ont eu cesse de manipuler la procureure ». « Le procès n’est rien d’autre qu’une cabale politique pour écarter un adversaire », à un an de la prochaine élection présidentielle, a-t-il assuré au cours d’une conférence de presse. Interrogé à sa sortie du conseil des ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré, a décliné tout commentaire.

"Ils veulent l'empêcher de rentrer"
Par ailleurs, Assoa Adou a affirmé que la justice ivoirienne a confirmé en appel mardi la condamnation à 20 ans de prison de Laurent Gbagbo. En janvier 2018, l’ex-président avait été condamné, ainsi que trois coaccusés, à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise post-électorale de 2010-11.

« Ils veulent l’empêcher de rentrer au pays. Peu importe, quand il sera libéré par la CPI, il rentrera. S’ils veulent l’arrêter, ils l’arrêteront. On verra bien ce qui se passera », a commenté à l’issue de la conférence de presse un proche de Laurent Gbagbo. Dans l’attente de la décision de la CPI après l’appel de la procureure, l’ancien président réside à Bruxelles. Laurent Gbagbo et Charles Ble Goudé, ont été jugés pour crimes contre l’humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales, avant d’être acquittés et libérés sous conditions. Son éventuel retour en Côte d’Ivoire avant la présidentielle de 2020 est devenu un serpent de mer.

jeuneafrique

La Côte d'Ivoire dit adieu à son idole DJ Arafat

Des incidents ont troublé samedi à Abidjan l'hommage rendu par des dizaines de milliers de fans au chanteur ivoirien DJ Arafat, l'un des artistes les plus populaires d'Afrique de l'Ouest, mort dans un accident de moto à 33 ans.

Alors que la cérémonie d'hommage exceptionnelle, à la fois empreinte de joie et d'émotion, s'était déroulée sans problème toute la nuit dans le plus grand stade du pays, des fans ont gâché la fête au matin en ouvrant la tombe et le cercueil du chanteur peu après son inhumation.

Sur des photos et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on pouvait voir une foule de jeunes, agités et vociférants qui prenaient en photo sa dépouille.

"Nous avons voulu voir le corps de notre idole avant la fermeture du tombeau", a expliqué un fan à un journaliste de l'AFP.

"C'est Yoro, c'est lui!", a crié un autre fan, en référence au surnom "Yorobo" de DJ Arafat.

Les policiers qui surveillaient la tombe ont été débordés par la foule de ceux qui n'avaient pu suivre la cérémonie au stade, a expliqué une source policière.

La police est intervenue pour disperser la foule, faisant usage de gaz lacrymogène et a repris le contrôle des lieux. Plusieurs personnes ont été blessées, selon des témoins.

Auparavant, des échauffourées avaient éclaté aux abords du cimetière entre la police et des fans mécontents d'être tenus à l'écart de l'enterrement qui s'est déroulé dans l'intimité.

Vers midi, des troubles étaient toujours en cours à Adjamé, selon une source sécuritaire et un journaliste de l'AFP qui a vu des barricades et des pneus enflammés dans une artère menant au cimetière.

Lors de la nuit d'hommage musical au roi du "coupé-décalé", de nombreuses stars africaines ont chanté sur scène pour saluer sa mémoire: Davido, Sidiki Diabaté, Fally Ipupa, Serge Beynaud...

Vendredi soir, le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, avait décoré à titre posthume de l'ordre national du mérite culturel DJ Arafat, de son vrai nom Ange Didier Houon, "pour son immense contribution au rayonnement artistique" de la Côte d'Ivoire. La cérémonie, digne de funérailles nationales, a été payée par l'Etat ivoirien.

"Daishinkan", pour ses fans (en référence à un superhéros de BD), est mort le 12 août des suites d'un accident de moto à Abidjan. Sa musique au rythme endiablé, à la fois genre et attitude, est née en 2003 dans les boîtes de nuit ivoiriennes puis s'est popularisée dans toute l'Afrique.

Après une nuit de musique et de danse, la dépouille du chanteur est arrivée au stade Félix Houphouët-Boigny au lever du jour, pour un dernier adieu, saluée par les applaudissements de la foule.

Une grande émotion s'est emparée de l'assistance, de nombreux jeunes tombant en pleurs, alors que le cercueil était déposé sur un piédestal au centre de la pelouse.

- 'On a perdu un grand homme' -
Né d'un père ingénieur du son réputé et d'une mère chanteuse, DJ Arafat s'était formé à la musique sur le tas. DJ dans les maquis (bars) de la rue Princesse à Yopougon, le grand lieu de la fête à Abidjan, il avait percé avec "Jonathan" en 2003, avant d'enchaîner les tubes pendant 15 ans: "Kpangor" (2005), Djessimidjeka (2012), Maplorly (2015), Dosabado (2018).

- Sur le trône du coupé-décalé -

Arafat a "révolutionné le coupé-décalé, en mélangeant les sons, les rythmes. Il s'est par exemple inspiré de musiques traditionnelles africaines, mais aussi de l'afrobeat nigérian, du rap, du baile funk brésilien. Il était aussi un danseur exceptionnel et a associé à sa musique des concepts de danse nouveaux", a expliqué Franck Alcide Kacou, directeur label d'Universal Music Africa (filiale de Vivendi), la compagnie qui produisait l'artiste depuis 2013.

"Il était l'artiste le plus influent d'Afrique de l'Ouest, avec une communauté de deux millions de fans sur Facebook". "Il commençait à percer en Europe et en Amérique, à toucher un public au-delà de la diaspora ivoirienne", selon M. Kacou. Sur son dernier album, "Renaissance", il avait invité des artistes internationaux tels que Maître Gims, Dadju, Davido et Fally Ipupa.

"Il est parti de rien, il a pris le trône du coupé-décalé. Vraiment ça c'est quelque chose qui motive les jeunes aujourd'hui, ceux qui n'ont rien", a témoigné une de ses fans, Olga Manou.

La star était parfois controversée, pour ses "clashes" sur les réseaux sociaux avec d'autres artistes ou pour ses déclarations homophobes.

"C'était une personnalité clivante. Il était très sensible, d'où ses réactions +sans filtre+. Mais c'étaient aussi des coups marketing", selon M. Kacou.

DJ Arafat avait été désigné "meilleur artiste de l'année" aux awards du coupé-décalé en 2016 et 2017. Il avait aussi été distingué en 2012 "meilleur artiste africain" au Kora Music Awards, des récompenses musicales panafricaines.

AFP

Du CFA à l'Eco, parle-t-on vraiment d'une même voix ?

L'Eco ou la future monnaie africaine arrive à grandes enjambées, car les huit pays utilisateurs du franc CFA sont plus que jamais déterminés à réviser les termes de l'accord monétaire qui les lie à la France. Or plus qu'une révision des clauses établies entre la France et les pays de la zone, les populations de la Cédéao - ou du moins les pays usagers du franc CFA - s'attendent plutôt à une rupture d'avec la France pour enfin embrasser sereinement leur avenir politique et économique, de manière totalement indépendante. Mais si les démarches se multiplient pour le passage à l'Eco, les visées des uns et des autres restent encore à clarifier.
---

La polémique semble aujourd'hui être à son paroxysme. Pourtant rien ni personne ne semble désormais pouvoir ou plutôt vouloir s'opposer à l'avènement de la nouvelle monnaie unique ouest-africaine, conçue un peu comme étant une réelle solution d'intégration et d'apaisement politique dans les pays de la Cédéao ; surtout dans les huit pays ayant en commun l'usage du franc CFA. C'est en tout cas ce que confirment les récentes déclarations d'Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire, et de son homologue ghanéen Nanan Akufo-Addo, lors de leur rencontre, à l'Elysée, avec le président français Emmanuel Macron.

Des propos toutefois pas aussi clairs que le souhaiterait la jeunesse de ces pays, bien décidée à voir la fin pure et simple du franc CFA et leur libération définitive du joug de la France. Car si l'on en croit Alassane Ouattara, l'avènement de cette nouvelle monnaie unique ne marquerait peut-être pas une rupture définitive avec le franc CFA, mais bien le passage d'une dénomination à une autre : « Le FCFA se porte bien », affirme le président ivoirien. Et d'ajouter : « Nous avons décidé qu’ensemble, à quinze, nous allons mettre en place une nouvelle monnaie qui s’appelle l’Eco. A terme, le FCFA s’appellera l’Eco et nous allons continuer d’y travailler. On espère que ça pourra se faire le plus tôt possible ». C'est on ne peut plus clair : nulle mention d'une sortie ni même de la fin du franc CFA. 

Alors, l'Eco nouvelle monnaie unique indépendante de la Cédéao ou perpétuation camouflée du franc CFA orchestrée par la France, dans le but unique d'apaiser des tensions politiques insoupçonnées ? La question semble d'autant plus pertinente que la fin du franc CFA serait un sérieux revers pour la France, qui se verrait ainsi privée de la manne que lui apportent - depuis plus de 60 ans - les clauses honteuses de cette pseudo coopération monétaire, dont le seul but est de perpétuer encore et encore l'exploitation économique des Etats usagers de la monnaie coloniale. 

Les propos de Nanan Akufo-Addo semblent, eux, plutôt rassurants par leur fermeté et leur clarté quant à la nécessité des réformes dans les pays de la zone CFA« Clairement, il faudra qu’il y ait quelques transformations dans l’arrangement monétaire de ces pays », a déclaré  le président ghanéen, s'alignant sur ce point sur la même ligne que le Nigéria. 

Le leader ghanéen s'est par ailleurs félicité de la position de la France, rappelant à ce propos les déclarations en 2017 d'Emmanuel Macron, lorsque le président français affirmait que la France « laissait la décision et le choix aux pays africains d'opter pour le CFA ou une autre monnaie ». Une déclaration, une nouvelle fois, confirmée par Macron en ces termes : « Le FCFA a existé, il existe, il y a une utilité, mais il ne faut pas qu’il y ait de tabou. C’est un sujet qu'on doit pouvoir ouvrir et qu'on a décidé d'ouvrir ensemble avec nos partenaires africains de manière apaisée, sans culte du symbole » ; soulignant toutefois la nécessité d'en conserver « la part de stabilité que ça apporte », sans nier l'opportunité de « permettre à toute la région de s’intégrer pleinement dans un espace monétaire intégré, comme l’a dit le président du Ghana».

Bref, le franc CFA - il n'y a aucun doute - est voué à une disparition certaine. Car quelles que soient les révisions que les pays de la zone CFA entreprendront avec l'ancien colonisateur, il est clair que les anciens privilèges de la France ne sauraient être maintenus dans un monde de plus en plus au fait des affaires politiques grâce à l'usage des NTIC ; un monde où les populations sont désormais conscientes de la nécessité de prendre en main leur destin. 

L'Eco est donc inévitable, et marquera sans doute le début d'une nouvelle ère pour l'ensemble des pays de la Cédéao. Et il faudrait que chaque leader africain travaille, en toute sincérité, à la réussite de ce projet ; car l'instauration de la nouvelle monnaie unique élèvera certainement des personnalités de l'actuelle sphère politique africaine, autant qu'elle en fera tomber plusieurs autres. A jamais ! Et l'histoire retiendra.

Abdoulaye Jamil Diallo
Carlos Lopes, ex-directeur de la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU, considère dans cette tribune - et ce en dépit de quelques doutes et interrogations - que si la prochaine monnaie unique de l'Afrique de l'Ouest, en l'occurrence l'Eco, semble être "un rêve", il  est politiquement utile de la défendre.
---

Tribune. La première proposition de création d’une monnaie européenne commune date de 1969. Il a fallu plus de trente ans de délibérations, dont le traité de Maastricht de 1992, pour aboutir à une monnaie – encore virtuelle – en 1999. A l’époque, l’objectif était de pouvoir opérer des transferts, d’émettre des chèques et surtout d’adopter une série de politiques macroéconomiques convergentes, en vue d’émettre une devise, avec billets et pièces.

Ce qui est finalement intervenu début 2002 avec l’Euro. Ce long et laborieux processus n’a pas empêché la zone Euro de connaître des problèmes majeurs, exposés par la crise financière mondiale de 2008-2009 et les répliques qui ont suivi.

Il est important de rappeler l’histoire de l’Euro, après l’annonce spectaculaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sur l’établissement d’une monnaie commune pour les quinze Etats membres de cette sous-région de l’Afrique, baptisée l’Eco.



Cibler un seuil minimal de convergence
L’Afrique a une histoire riche et ancienne en matière de monnaies communes. Cela inclut des expériences qui se sont terminées depuis (comme par exemple en Afrique orientale) et d’autres qui sont l’objet de controverses politiques telles que les deux zones du franc CFA ou l’aire monétaire du rand en Afrique australe. On pourrait donc imaginer que beaucoup de leçons ont été apprises sur le continent, dans ce domaine.

A l’instar de l’Euro, l’Eco suit un scénario connu, consistant à cibler un seuil minimal de convergence avant de lancer la mise en œuvre progressive d’une zone monétaire. Dans le cas de l’Eco, les critères clés sont des réserves de changes couvrant trois mois d’importations, une inflation inférieure à 10 % (à réduire rapidement à moins de 5 %), un déficit budgétaire inférieur à 3 %, et des politiques de financement du déficit budgétaire par les Banques centrales ne dépassant pas 10 % des recettes fiscales de l’année précédente. Enfin, le niveau d’endettement ne doit pas excéder 70 % du produit intérieur brut (PIB).

 Il y a trois difficultés avec ces critères. Tout d’abord, aucun des adhérents actuels n’est près de les respecter. Deuxièmement, les délais pour atteindre les objectifs sont irréalistes.
Troisièmement, même s’ils étaient remplis, ces critères ne sont pas les mêmes que ceux préconisés par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui regroupe les huit Etats de cette zone du franc CFA. Ils diffèrent aussi d’autres obligations auxquelles sont soumis certains Etats membres, dans le cadre de plans du Fonds monétaire international (FMI), par exemple.

Il est donc nécessaire de comprendre le sens de cette précipitation. Est-il politique ou économique ? Est-il question de symbole ou de substance ?



Apparences trompeuses
Dans la théorie économique, les unions monétaires sont l’avant-dernière étape d’une intégration économique complète. Celle-ci devrait être précédée de l’établissement d’une zone commerciale préférentielle, d’une zone de libre-échange, d’une union douanière, d’un marché unique et d’une union économique. On peut se demander si les Etats membres de la Cédéao ont pleinement mis en œuvre ces préalables, qui justifieraient le saut actuel.

Si l’on tient compte du fait que le Nigeria est l’un des plus réticents, il y a aussi lieu de s’interroger. Le poids de ce pays est massif au sein de la communauté. Il représente les deux tiers du PIB total de la Cédéao, 77 % des exportations et 41 % des importations. La monnaie nigériane, le Naira, est fortement tributaire de la manière dont l’Etat fédéral génère ses revenus, principalement à partir des exportations de pétrole. Très dépendant des cours des hydrocarbures, il souffre de la volatilité extrême des prix. En termes simples, le Nigeria dispose d’une flexibilité limitée pour mener une politique monétaire indépendante. Sa frilosité vis-à-vis de l’Eco se justifie par ces restrictions. Le Nigeria doit protéger son économie.

Qu’en est-il des autres ? Plus petits, les pays membres de l’UEMOA obtiennent des résultats supérieurs à ceux du Nigeria dans les différentes catégories d’intégration telles que les infrastructures régionales, le commerce, l’intégration productive, l’intégration financière et macroéconomique ou la libre circulation des personnes. En la matière, la Côte d’Ivoire et le Togo sont les champions absolus dans la sous-région. On pourrait donc soutenir que leur appartenance à une union monétaire déjà existante, celle du franc CFA, a permis de les rapprocher. Mais les apparences sont trompeuses. Leur performance est inférieure à celle des membres de la Communauté d’Afrique de l’Est, qui ne possèdent pas et ne souhaitent pas d’union monétaire, préférant plutôt la convergence dans d’autres domaines d’intégration.

Le franc CFA est d’ailleurs le sujet de polémiques récurrentes. Et si la Côte d’Ivoire a été l’un des plus fervents défenseurs des accords en vigueur dans l’UEMOA, le pays a également émergé, récemment, comme l’un des plus enthousiastes promoteurs de l’Eco. C’est intéressant politiquement. Cela pourrait indiquer que l’Eco est perçu comme un vecteur essentiel d’une intégration plus poussée au sein de la région, prévoyant l’abandon du franc CFA, au profit de relations économiques plus étroites avec l’Afrique de l’Ouest non francophone. Ou cela peut signifier que, si l’Eco est un rêve lointain, il serait politiquement utile de le défendre.

Avec l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), le débat revêt encore une autre dimension. Le récent sommet extraordinaire de l’Union africaine, tenu à Niamey les 7 et 8 juillet, a vu quatre acteurs de l’Afrique de l’Ouest voler la vedette : le Nigeria et le Bénin adhérant en dernier à la zone de libre-échange, le Niger accueillant le sommet et confirmant son rôle de champion des négociations, et le Ghana, qui a vu sa capitale choisie comme lieu du futur secrétariat de la zone.

Cocher les cases
Ainsi, l’Afrique de l’Ouest est déjà bien occupée à promouvoir le commerce au niveau de tout le continent. Y a-t-il des énergies supplémentaires pour d’autres chantiers ? Il est utile de savoir que le dossier d’une monnaie commune dans la région a été plus d’une fois remis à plus tard, faute d’un début de convergence entre les différents Etats membres. Le document de référence actuel pour la Cédéao, « Vision 2020 », a besoin que des cases soient cochées avant que soit conçue une nouvelle « vision ». La monnaie commune était l’objectif le plus difficile à atteindre à l’horizon 2020. Assurément, l’annonce d’un nom et d’un réengagement au plus haut niveau a plu à beaucoup. Mais est-ce une chimère ? Le temps nous le dira.

Carlos Lopes est professeur à l’Université du Cap et à Sciences Po. Il a présidé la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies.

Carlos Lopes
L'Algérie se qualifie pour le dernier carré, en éliminant la Côte d'Ivoire aux tirs au but (4-3), après un score nul (1-1). Les Fennecs passent ainsi en demi-finale et rencontreront, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal, lui, fera face à la Tunisie.
---
Le suspense aura perduré jusqu'à la fin. Les Fennecs se sont illustrés par un jeu rapide et vif, qui a rapidement fait mouche à la vingtième minute, avec l’ouverture du score par Sofiane Feghouli, entraînant les Ivoiriens dans une course au but effrénée, d’autant plus qu’ils étaient les premiers à vraiment inquiéter le camp algérien par des essais répétés. Une contre-attaque des Éléphants qui ne donnera satisfaction que trois quarts d'heure plus tard, à la soixante-deuxième minute, lorsque Jonathan Kodjia, d’un coup de pied mettant à terre deux défenseurs des Fennecs, égalise enfin pour les Éléphants, faisant ainsi renaître l’espoir pour les Ivoiriens.

Éléphants et Fennecs se livreront ensuite une bataille sans merci, avec une distinction tout de même des hommes de Belmadi, qui multiplieront les attaques pour s’imposer, imprimant ainsi à la rencontre l’ardeur et le rythme d’un match de qualité. Mais qui trouveront en face d’eux une défense ivoirienne décidée à leur barrer la route, et qui par conséquent ripostera à son tour par une réactivité et une contre-attaque attestant de sa détermination à ne pas se laisser abattre.

Une lutte qui durera jusqu’à la fin du temps réglementaire (malgré de nombreuses occasions des deux côtés), obligeant les deux adversaires à s’affronter pendant 30 minutes supplémentaires. Des prolongations qui ne suffiront pas non plus à départir Ivoiriens et Algériens. Place donc à la séance fatidique des tirs aux buts qui, par les ratés lamentables de deux éléphants à bout de souffle dont – grrr ! - nous ne citerons même pas les noms, a vu tout simplement la consécration des Fennecs (1-1 TAB 4-3).

Fin de parcours donc pour la Côte d’Ivoire. Et bon vent à l’Algérie, qui rencontrera en demi-finale, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal fera face à la Tunisie, sortie victorieuse de son match contre le Ghana (1-1 TAB 5-4).

Abdoulaye Jamil Diallo

Macky chez Alassane : signature de 5 accords de coopération

En visite officielle en Côte d'Ivoire, le président sénégalais Macky Sall s'est entretenu jeudi, à son arrivée, avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara, avant de présider tous deux, dans l'après-midi, à une séance de signature de cinq accords bilatéraux destinés à booster la coopération entre les deux pays.
--
Macky Sall est arrivé ce jeudi 20 juin à Abidjan pour une visite officielle de deux jours. Reçu par Alassane Ouattara, dans l'après-midi, le président sénégalais et son homologue ivoirien ont eu un entretien en tête à tête d'environ deux heures d'horloge pour passer en revue les questions du Franc CFA et de la future monnaie unique de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest ainsi que du terrorisme sévissant dans la sous-région sahélienne.

 Les deux chefs d'Etat ont ensuite présidé à une séance de signature d'accords bilatéraux entre les deux pays, en présence de plusieurs de leurs ministres dont - côté sénégalais - Amadou Ba (ministres des Affaires étrangères), Aminata Assomé Diatta (ministre du Commerce), Ndéye Tické Ndiaye Diop (ministre de l’Economie et des Finances), Ismaïla Madior Fall (ancien ministre de la Justice, aujourd’hui ministre d’Etat à la présidence) et Hamidou Samba Kassé (ministre-conseiller chargé de la Communication) ; tandis qu'Alassane Ouattara était, lui, accompagné de son vice-président Daniel Kablan Duncan, du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, du ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, de celui du Pétrole et de l’énergie, Adbourahmane Cissé, de l’Intégration africaine, Ally Coulibaly, et celle de la Salubrité, Anne Désirée Ouloto.

En tout, cinq accords de coopération ont été signés par les deux parties. Il s'agit notamment d’un accord de coopération dans le domaine de l’énergie et du pétrole, d'un accord de coopération en matière d’habitat social, d’un accord de coopération et d’échanges cinématographiques, d'un protocole de coopération cinématographique entre le ministère ivoirien de la Culture et de la Francophonie et le ministère sénégalais de la Culture et de la Communication, et enfin un accord de coopération commerciale entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Ce vendredi 21 juin, le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, visitera la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (CIPREL) où il sera accompagné par le vice-président de l'Etat de Côte d'Ivoire, Daniel Kablan Duncan.

Abdoulaye Jamil Diallo
Le président sénégalais Macky Sall est arrivé ce jeudi 20 juin, en fin de matinée, en Côte d'ivoire. Il y effectuera une visite d'amitié de deux jours, a annoncé la présidence ivoirienne. Macky Sall s'entretiendra avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, à partir de 17 heures, selon la même source. Au cours de cette visite, les deux chefs d'Etat examineront, ente autres, les voies et moyens pour améliorer les relations bilatérales entre les deux pays.

Otr'Actu