EN VEDETTE

Santé

Insolite

Actu Utile

Technologie

Un monde fou

Culture


Vitamine D : les symptômes d’une carence


 En hiver, la chaleur du soleil n’est, pour ainsi dire, pas toujours au rendez-vous. Pourtant, elle contribue énormément au bon fonctionnement de l’organisme, dès lors qu’elle est au cœur de la fonction d’absorption du calcium et du phosphore par l’appareil digestif, et occupe un rôle majeur dans la minéralisation des os et des articulations. En effet 80 à 100 % de nos besoins en vitamine D, selon l’endroit où vous habitez, sont produits grâce à l’action de synthétisation du soleil.  Aussi est-ce en période hivernale que se manifestent la plupart des carences en vitamines D. Petit florilège des symptômes de cette carence.

Troubles et sensibilité des intestins
Nombreux sont les nutritionnistes qui établissent aujourd’hui un lien entre les troubles de l’intestin, la maladie de Crohn et l’intolérance au gluten avec une carence en vitamine D, suggérant même aux  personnes qui en souffrent de consommer davantage d’aliments riches en vitamine D. 

Chaleur et transpiration
 Attention ! L a sensation de chaleur et la transpiration même sans grand effort physique, comme un front qui se perle de sueur sans raison apparente, peuvent être le signe d’une carence plus ou moins importante en vitamine D, laquelle augmente considérablement la température corporelle.  Songer donc à examiner cette piste pour y remédier.

Fragilité du système immunitaire
Les carences en vitamines, en général, et en vitamine D, en particulier, fragilisent le système immunitaire, exposant le corps, devenu plus vulnérable, à des attaques récurrentes allant d’un simple rhume à l’angine et maintes autres maladies dues à l’état de fragilité des personnes concernées.

Trouble du sommeil
Une carence en vitamine D, a établi une étude récente, empêcherait les personnes qui en souffrent de profiter des effets réparateurs du sommeil. L’étude réalisée sur un échantillon de 1500 patients présentant des symptômes de problèmes neurologiques est arrivée à la conclusion qu’une carence en vitamine D est susceptible de causer des troubles récurrents du sommeil, l’une des manifestations pathologiques les plus aiguës de cette carence.

Troubles de l’érection
Autre manifestation de la carence en vitamine D, notamment chez l’homme, le dysfonctionnement érectile, qui selon une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine, pourrait être un des nombreux symptômes de cette même carence. D’autant plus que les troubles de l’érection sont souvent dus à une mauvaise irrigation des vaisseaux sanguins, laquelle pourrait être elle aussi liée  à une carence en vitamine D.

Douleurs osseuses et musculaires
Elles concernent généralement l’adulte, même si elles peuvent aussi toucher certains enfants, et sont souvent le signal de besoins non comblés en vitamines D. Elles se manifestent par  une certaine rigidité douloureuse des articulations, et sont connues sous le nom d’ostéomalacie. En cas de doute, demander à votre médecin qui vous conseillera peut-être une prise supplémentaire de cette bonne vitamine D.    

Dépression nerveuse et vitamine D
Autre symptôme d’une carence en vitamine D, la dépression nerveuse ; particulièrement lorsqu’elle se fait intense et bien plus tenace qu’une petite déprime passagère. La cause en est toute simple et viendrait du signal émis par certains capteurs du cerveau sensibles à cette vitamine, et dont le manque, affirment les spécialistes, peut plonger le patient dans une dépression profonde.

Autant de symptômes qui lorsqu’ils se manifesteront – chez vous ou un proche – vous feront désormais songer à vérifier si votre organisme ne manque pas d’une bonne petite dose de vitamine D.

Abdoulaye Jamil Diallo

S'il est de fait que le chômage est susceptible de dégrader la santé mentale, ne travailler qu'un seul jour par semaine aurait un effet positif sur notre santé de manière générale. C'est ce qui en tout cas ressort d'une étude menée par l'Université de Cambridge.
---
Les bienfaits tout autant que les avantages procurés par le travail, peuvent être, selon les  chercheurs de la célèbre université britannique, tirés d'une seule journée de travail par semaine.

Pour réaliser leur étude, les scientifiques ont recueilli et examiné, pendant deux ans, les données sur la santé mentale d'un échantillon de 71.000 personnes, dont la tranche d'âge varie entre 16 et 64 ans.

Publiée dans la revue Social Science and Medicine, l'étude soutient que le fait de passer du statut de chômeur à celui de salarié réduirait de 30% le risque de dégradation de la santé mentale, ajoutant qu'il suffirait de travailler seulement huit heures par semaine (soit un jour) pour avoir un impact positif sur sa santé de manière générale.

Selon les chercheurs, travailler moins de 36 à 40 heures par semaine n'aurait pour ainsi dire aucune incidence négative sur la santé mentale, pas plus que travailler plus longtemps ne procurerait d'avantage supplémentaire.

Les chercheurs sont ainsi arrivés à la conclusion qu'il serait nettement plus bénéfique, comme le souligne Brendan Burchell, co-auteur de l’étude, « de réduire le temps de travail pour tout le monde au lieu de prolonger indéfiniment le chômage de certaines personnes ».

Et si l'on en croit Mike Slade, professeur de rétablissement de la santé mentale et d’inclusion sociale à l’Université de Nottingham, cette étude serait d'une grande importance, dès lors qu'elle met en évidence l’importance de soutenir ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale et auxquels reprendre de l'activité ferait le plus grand bien.



Sexualité masculine : ce qui change après 40 ans


L’organisme humain subit, au fil des ans, des  transformations physiques et hormonales liées à l’âge. C’est ainsi qu’à quarante piges passées, l’homme commence à connaître des changements apparents et de plus en plus significatifs, notamment dans sa vie sexuelle.
---
Au-delà de la quarantaine, les hommes éprouvent généralement le sentiment de n’avoir plus le même désir ni la même puissance sexuelle qu’auparavant. Si ce constat inquiète, il faut cependant comprendre que cela est tout à fait normal.
 Les raisons de cette baisse de la libido masculine sont multiples et varient de l’apparition de l’andropause (cycle de l’organisme masculin assimilable à celui de la ménopause chez la femme) au faible estime de soi, en passant par le stress, sans oublier la  dysfonction érectile.

Aussi, dès que l’homme atteint l’andropause, l'on assiste à la réduction de la production de testostérone, l’hormone essentielle qui stimule le désir sexuel, réduisant du même coup l’appétit sexuel. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des symptômes caractéristiques de cette phase masculine.

Autre cause de baisse de la libido masculine aux alentours de la quarantaine, le stress. A quarante ans,  l’homme est désormais définitivement immergé dans la vie adulte et ses menus désagréments quasi quotidiens, et doit souvent faire face à une crise existentielle, et donc au stress ; ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on parle de crise de la quarantaine (sic).

Pour y remédier, il faut penser à prendre les choses avec philosophie ; éviter surtout de se laisser obnubiler par sa vie privée, sociale ou professionnelle, en pratiquant la respiration abdomino-costale et la méditation ; prendre des compléments alimentaires anti-stress et surtout veiller à avoir une bonne hygiène de vie.
A cet âge-là, il est aussi assez courant – sans être systématique – que l’on soit sujet à la perte de l’estime de soi. La baisse de la production hormonale amène celui qui a franchi la quarantaine  à éprouver un sentiment grandissant d’insécurité, tant physique qu’émotionnelle, due aux altérations hormonales de l’andropause.

Mais le changement ayant le plus d’impact sur la vie sexuelle des quarantenaires demeure sans doute le dysfonctionnement érectile, dès lors que pour des raisons psychologiques, hormonales ou neurologiques, l’érection peut ne plus être la même que quand on était plus jeune.
Autant de changements dont il ne faudrait pourtant pas s’inquiéter, d'autant plus qu’ils sont tout à fait normaux. Sans oublier que l’on arrive à en atténuer les effets en se faisant suivre médicalement, et même en ayant recours à des alternatives naturelles efficaces, qui auront vite fait de vous rendre votre confiance en vous-même pour une vie sexuelle toujours plus épanouie.

AJD | S'informer Utile

7 aliments pour vous aider à garder la bonne humeur

Votre état émotionnel peut provoquer des pulsions alimentaires, vous rendant quelquefois boulimique ou en vous coupant carrément l’appétit, tout comme ce que vous mangez peut aussi vous mettre de bonne humeur ou d’humeur exécrable. Et si l’on s’en rend compte souvent presque immédiatement après le repas, cela se vérifie aussi bien plus tard, car votre santé mentale est souvent tributaire de votre régime alimentaire.
---
Il vous est proposé ci-dessous une liste d’aliments dont la consommation suffira à booster votre moral, grâce notamment à leurs vertus reconnues sur l’état émotionnel.

Les protéines
Les aliments riches en protéines tels que les poissons, les noix et les graines ou encore les œufs, sont connus pour leur effet régulateur du taux de glycémie. Leur impact énergisant sur l’état émotionnel favorise donc la forme et la bonne humeur.

Le curcuma
En plus de ses vertus anti-inflammatoires et antioxydantes, le curcuma est aussi connu pour son effet déclencheur de la sérotonine, appelée aussi hormone de la bonne humeur. Avoir une alimentation riche en curcuma réduirait donc, selon certaines études, le stress et le risque de dépression, sans aucun effet secondaire néfaste sur l’organisme, avec un impact positif sur l’humeur.

Les bananes
Les  bananes sont riches en vitamine B6, en magnésium mais aussi en dopamine et aident donc à détendre le système nerveux tout en favorisant la bonne humeur. Mais si la banane donne la banane:) , songez tout de même à en consommer avec modération en cas de résistance à l’insuline ou à la leptine.

Les  fruits rouges
Ils tiennent leur couleur des anthocyanes, pigments antioxydants qui aident à la production de dopamine, en l’occurrence l’hormone du plaisir et qui – en plus de ses effets positifs sur la coordination et la mémoire – booste  aussi la bonne humeur. N’hésitez donc pas à vous taper une bonne cure de fraises, de framboises ou de myrtille bien mûres. Vous vous sentirez plus d’aplomb et de meilleure humeur.

Le café
Le café a un impact attesté sur les neurotransmetteurs responsables de notre état émotionnel et donc de notre humeur. Et ce n’est pas pour rien que nous sommes nombreux à honorer quotidiennement le cérémonial de la tasse du matin. Le sentiment de bien-être qui s’ensuit est quasi instantané. Il a été démontré que l’effet du café sur le cerveau déclenchait le facteur neurotrophique – autrement dit agirait sur le cerveau – de sorte à activer une protéine spécifique (le bdnf), qui transforme les cellules cérébrales en nouveaux neurones ; un effet d’autant plus revitalisant pour le cerveau que le bdnf,  attestent les chercheurs,  aurait un réel effet d’antidépresseur naturel. Café et bonne humeur semblent donc aller de pair.

Les oméga 3 d’origine animale
Le saumon, le maquereau, l’huile de foie de morue, les graines de lin, le colza – ça vous dit ? - sont connus pour être  riches en oméga 3, et ont un effet positif incontesté sur l’état émotionnel. Selon une étude publiée dans Brain Behavior and Umminity, les oméga 3 d’origine animale réduiraient de manière notoire l’anxiété (jusqu’à 20%), d’après des tests effectués sur des étudiants en médecine. Tandis que de précédentes études attestent de leur effet antidépresseur, les estimant aussi efficaces que les antidépresseurs habituels. Et le tout sans causer le moindre effet secondaire.
Le chocolat noir
Vous l’avez certainement senti,vous aussi, cet effet de bien-être quasi instantané ressenti juste après avoir croqué un bon petit morceau de bon – passez-moi la répétition – chocolat. Ce n’est pourtant pas le fait du hasard : le chocolat contient un neurotransmetteur à l’origine de cette sensation : l’antamanide, qui participe  à la régulation de l'humeur, de la mémoire et de l'appétit, neutralisant du même coup l’effet de la dépression et la sensation de douleur. Bref, autant de vertus qui font du chocolat un excellent remède contre l’anxiété tout en favorisant la bonne humeur.

Votre humeur et votre alimentation – nous l’avons vu – sont donc interdépendants. Mais il ne serait pas faux de souligner que cela est davantage plus justifié pour l’alimentation, car comme dirait l’autre : « Dis-moi ce que tu as dans ton assiette (sic, dans les deux sens), et je te dirais qui tu es ».


4 signes qu'une femme est sexuellement insatisfaite

Il arrive qu'on se passe volontiers de sexe pendant quelque temps, juste parce qu'on est occupé ou préoccupé par des choses plus ou moins importantes, tout en sachant que l'on peut en refaire dès qu'on en ressent une vraie envie. Et jusque là tout va bien ! 

Mais là où ça se corse, c'est lorsque n'ayant nullement envie de s'en priver, l'on n'arrive pas à satisfaire ce désir tout aussi naturel que boire, manger et dormir. Pourquoi ? Parce que tout simplement - et c'est là où ça fait mal - l'on arrive pas à trouver le ou la partenaire qu'il nous faut pour plusieurs raisons : absence de celui-ci ou de celle-là, célibat, solitude, dépression, etc. Car dès lors, apparaissent quelques signes qui ne trompent pas l'observateur averti, surtout lorsque cela concerne une femme.

Signe numéro 1 - une humeur exécrable : Une femme qui n'a pas fait l'amour depuis belle lurette se reconnaît souvent à son humeur insupportable. Elle crie, s'affole et s'enflamme facilement, et souvent sans aucune raison qui en vaille vraiment la peine. Un regard, un  geste ou ou même un bonjour dit de travers - à son goût - peut la mettre hors d'elle. La femme en manque de sexe est souvent une grenade ambulante, et pour peu que vous ne sachiez pas où vous mettez les pieds, elle vous explose à la figure. 

Signe numéro 2 - aboulie sexuelle : Le manque de sexe peut, quand il s'installe dans la durée, aboutir à l'aboulie sexuelle, autrement dit une absence de réponse à l'excitation sexuelle. Comme si la longue abstinence avait fini par chasser loin d'elle tout désir sexuel. La femme qui en souffre finit par s'accommoder de ce manque que, pendant longtemps, elle n'a pu satisfaire. Elle finit donc par se convaincre - comme pour se consoler - qu'elle n'en a tout simplement pas besoin. Elle se contente alors de rêves, de contemplations ou d'amours platoniques avec, souvent, une certaine douceur de caractère réfractaire - toutefois - à tout désir charnel. 

Signe numéro 3 - une tristesse injustifiée : Même si elle possède tout ce qu'il faut pour être heureuse, la femme en manque de sexe pourrait être - et elle l'est d'ailleurs très souvent - sujette à une tristesse injustifiée. Vous la reconnaîtrez à son regard absent et à sa posture apathique. Rien ne l'émeut. Rien ne lui fait plaisir. Elle devient peu à peu indifférente à tout , dès lors que son plus grand désir reste inassouvi.

Signe numéro 4 - Tendance à la solitude : La femme insatisfaite ou en manque de plaisir sexuel subit une réelle frustration qui s'accentue de jour en jour, l'installant petit à petit dans une solitude qui ne dit pas son nom, et ce même en présence de son mari ou partenaire . Son couple a soudain un relent insipide qui, si rien n'est fait, finit par avoir raison de leur vie commune.  

C'est dire l'importance que revêt l'acte sexuel dans une vie de couple, car une femme - faut-il le dire – est un peu comme une plante exotique extrêmement hydrophile, à telle enseigne que sans un arrosage efficace et régulier, elle finit rapidement par se flétrir et se faner, telle une fleur plantée en plein désert. Ne soyez pas ce désert, et tout ira mieux pour votre vie de couple. 

 AJD | S'informer Utile  


Maladie d'Alzheimer : 3 points essentiels pour l’éviter

Trois points essentiels, si vous souhaitez veillir avec toute votre tête
D’après les statistiques, la maladie d’Alzheimer surviendrait, dans 75 % des cas, de l’interaction de nos gènes avec des facteurs liés à notre mode de vie : composition de l’alimentation, masse corporelle et activité physique et mentale. Il est donc évident qu’en modifiant le mode de vie, il devient possible sinon d’éviter du moins repousser l’apparition des premiers symptômes.
Une alimentation qui protège
Selon des études convergentes, les personnes qui consomment des poissons gras riches en oméga 3, tels que les sardines, le saumon, le maquereau, et des végétaux riches en polyphénols, comme les myrtilles, le thé vert ou la grenade, présenteraient un risque moindre de développer la maladie d’Alzheimer. D’où l’importance de réguler notre alimentation de sorte à consommer davantage, et de manière plus régulière, ce type d’aliments.

Surveiller son poids
Quand on sait que le diabète de type 2 est dans la majorité des cas lié à l’obésite, il devient alors primordial de surveiller son poids, d’autant plus qu’il est avéré que les personnes diabétiques ont un risque accru estimé à 50 % de développer  la maladie d’Alzheimer.
Inutile donc de dire qu’il est fortement recommandé de travailler à conserver régulièrement un poids normal, si nous souhaitons vieillir sans nous exposer à des troubles dégénératifs de la mémoire.

Sollicitation régulière des capacités physiques et mentales
Bouger est bénéfique pour le corps et salutaire pour l’esprit. Il est donc conseillé de pratiquer régulièrement une activité physique (marche, natation,  gymnastique suédoise, yoga ou un art martial), deux ou trois fois par semaine. Sans négliger de faire travailler nos facultés mentales en pratiquant par exemple des jeux de société, en s’adonnant à la lecture méditative de livres spirituels, religieux (si vous êtes croyant) ou philosophiques, de manière individuelle et/ou collective (en se joignant à des groupes de méditation, de prière ou de discussion, etc.).

Ces trois points, lorsqu’ils sont pris en compte sans négligence, auront, affirment les spécialistes, des répercussions positives certaines sur notre vie, de manière générale, et sur notre intellect, de manière particulière, et annihileront ou du moins repousseront très loin les symptômes de cette maladie.


Abdoulaye Jamil Diallo

7 signes pour reconnaître une personne négative

Se plaindre constamment, s'alarmer à propos de tout et de rien, tristesse, anxiété et manque de confiance en soi et en tout... sont des facteurs d'autodestruction certaine. Voilà pourtant les traits de caractères les plus récurrents d'une personne négative. Contrairement aux personnes positives, les personnes négatives oublient que la vie est faite de hauts et de bas, de pentes abruptes et de descentes paisibles, et s'interdisent de penser à des lendemains meilleurs.

Comment reconnaître les personnes négatives ? Quels sont les signes qui devraient vous alerter ? Voici, ci-dessous, quelques signes qui vous permettront de reconnaître facilement une personne négative. 

1 - Se plaindre constamment : Les personnes négatives sont des champions de l'insatisfaction. Elles se plaignent à propos de tout et de rien et instaurent ainsi autour d'elles une atmosphère de frustration. Elles ont le sentiment que le monde entier est contre elles. Pour elles, qu'il pleuve, neige ou qu'il fasse beau temps, peu importe, elles trouveront toujours matière à se plaindre : les transports qui arrivent en avance ou en retard, la fluctuation des prix, le personnel domestique, leur boulot, etc.

2 - Constante indécision : Les personnes négatives procrastinent et peinent à sortir de leur zone de confort. Tout leur fait peur ou les dérange ; elles répugnent à faire face à de nouveaux défis par crainte de l'échec, et s'interdisent ainsi toute évolution. Elles restent ainsi engluées dans l'ennui et l'insatisfaction.
3 - Une mauvaise estime de soi : La négativité est l'une des causes les plus récurrentes de l'échec. Les personnes négatives ont une mauvaises estime d'elles-mêmes. Elles pensent toujours qu'elles ne sont pas assez bien pour ceci ou cela, pas assez intelligentes pour telle ou telle chose, pas suffisamment douées pour telle ou telle autre activité. Mais en réalité leur intelligence émotionnelle se trouve tout simplement neutralisée par leurs critiques constantes et leur attitude négative. Pour elles, demain ou l'avenir n'augure rien de bon : il n'y a tout simplement pas d'opportunités, pensent-elles, s'interdisant ainsi toute décision de changement, occupées à se plaindre de leur misère, vraie ou supposée. Leur vie est un peu comme une nuit polaire, avec son froid paralysant, à la différence près que la leur est quasi éternelle.

4 - Elles vous bouffent votre énergie : Vous reconnaîtrez une personne négative au fait qu'une simple discussion avec elle suffit à vous vider de votre énergie. Elle fait s'envoler, d'une phrase ou d'un geste, votre bonne humeur et vous laisse aussi vide qu'une serpillère essorée. Les personnes négatives sont tout simplement incapables de créer autour d'elles une atmosphère positive. Les côtoyer est chose éreintante et vous videra,  à coup sûr, de toute votre énergie.

5 - Des expériences et émotions limitées : Les personnes négatives s'autorisent rarement certaines émotions et sentiments : la joie, l'excitaion positive, la beauté sont pour elles des émotions - certes non pas connues - mais rarement expérimentées.  C'est à peine si elles reconnaissent l'existence de ce côté plus gai de la vie, plus promptes à se complaire dans leurs tourments quasi sempiternels.

6 - Un pessimisme constant : Les personnes négatives ne voient pas ou se refusent de voir le bon côté des choses. Elles trouvent plutôt un problème à chaque solution. Et quand elles entrevoient une lueur d'espoir, elles sont toujours en train de guetter la survenue d'une quelconque déconvenue. Sourire, pour elles, n'est pas chose aisée, car elles pensent  au fond d'elles-mêmes qu'un pépin n'est jamais loin.

7 - Une inquiétude sempiternelle : Même quand tout va bien, les personnes négatives sont toujours en train d'anticiper quelque problème - qu'elles sont les seules à imaginer - et qui pourrait surgir à tout moment. C'est dire que pour elles, tout est au mal dans le pire des mondes possibles, pour paraphraser Voltaire dans Candide. Oubliant de ce fait qu'en cultivant chaque jour - avec foi et sérénité - notre jardin, l'on puisse vraiment éloigner de nous "le vice, l'ennui et le besoin".

AJD | S'informer Utile

Qu'est-ce que la cataracte ?

Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent la cataracte


La cataracte est l'un des troubles de la vision les plus fréquents ! À partir de 65 ans, près d'une personne sur cinq souffre de cataracte. Vision trouble, voilée, voire délavée, sensation d'éblouissement en contre-jour, comme une impression de halo autour des sources lumineuses... Tous ces signes doivent amener à consulter un ophtalmologiste.

Anatomie de l’œil. La cornée protège l’œil. Au milieu, la pupille permet à la lumière d'entrer. L'iris est la partie colorée de l’œil, elle s'élargit ou se réduit en fonction de la luminosité. À l'intérieur, le cristallin est une lentille dont la transparence permet le passage des rayons lumineux. Le cristallin accommode la vision aussi bien de loin que de près en focalisant les rayons lumineux sur la partie centrale de la rétine. Une fois l'image projetée sur le fond de l’œil, la rétine envoie par l'intermédiaire du nerf optique les informations au cerveau.

En cas de cataracte, c'est le cristallin qui est atteint. Il n'est plus transparent, il devient progressivement opaque. La lumière traverse difficilement et parvient de manière atténuée sur la rétine. Résultat, l'acuité visuelle baisse, les lumières éblouissent et la vision des couleurs est souvent altérée. Il est aussi possible de voir un objet flou ou double. La cataracte peut concerner les deux yeux, mais il y a toujours un oeil qui est plus atteint que l'autre.

Sans traitement, la vision diminue progressivement jusqu'à la cécité. Dans la plupart des cas, la cause de la cataracte est le vieillissement naturel du cristallin. Mais dans certains cas, la cause peut être d'origine traumatique ou due à certaines maladies ou à des anomalies génétiques. Mais quelle que soit la cause de la cataracte, le traitement reste indispensable pour stopper cette baisse de la vision qui peut déboucher sur la cécité.

Des bilans pré-opératoires pour une intervention sur mesure
Avant l'opération, les patients sont amenés à consulter leur chirurgien pour dresser un bilan et définir l'implant le plus adapté.
Devant des signes évocateurs de la cataracte, il est indispensable de confirmer que l'opacification du cristallin est bien responsable des troubles de la vision. C'est le but de la consultation pré-opératoire de la cataracte.

Avant chaque opération, le patient a en effet rendez-vous avec le chirurgien qui va l'opérer. Une consultation pré-opératoire fondamentale qui va permettre notamment de s'assurer de la bonne santé des yeux du patient. Mais elle permet surtout de prendre toutes les mesures nécessaires à la fabrication d'un cristallin artificiel qui sera adapté aux yeux du patient.

La chirurgie de la cataracte
Attention, images d'intervention chirurgicale : après avoir retiré le cristallin, un implant est injecté dans l'oeil
S'il n'y a pas de traitement, la vue diminue progressivement jusqu'à la cécité, car l'opacité continue à se développer. L'oeil prend alors un aspect blanchâtre.

Cette évolution prend entre quelques mois et quelques années. Il n'y a pas de médicaments ou de collyre pour traiter la cataracte, seule une opération permet de récupérer une bonne vision, elle consiste à remplacer le cristallin malade par un implant, un cristallin artificiel. L'intervention a lieu sous anesthésie locale et dure une vingtaine de minutes. En général, les patients peuvent rentrer chez eux le soir même.

La chirurgie de la cataracte est l'une des opérations les plus réalisées dans le monde. Chaque année, en France, 600.000 personnes se font opérer de la cataracte.

Cataracte : le suivi post-opératoire
Jacqueline a rendez-vous pour une consultation de contrôle une semaine après la chirurgie de la cataracte.
Une semaine après l'opération, un suivi est nécessaire afin de vérifier l'amélioration de la vision.

Les visites de contrôle une semaine après la chirurgie de la cataracte présentent de multiples intérêts comme le confirme le Dr Emmanuel Guilbert, chirurgien ophtalmologiste à la Fondation Adolphe de Rothschild : "la consultation le septième jour après l'intervention consiste à vérifier que tout va bien, qu'il n'y a pas de douleur, pas de chose particulière depuis l'intervention… On vérifie également que l'acuité visuelle remonte car c'est le but de l'opération de la cataracte. Il faut qu'il y ait une amélioration de l'acuité visuelle".

"On vérifie aussi la tension oculaire qui peut parfois être augmentée dans certains cas, même si cela est relativement rare. On réalise enfin un examen de l'œil pour vérifier notamment que l'implant est bien à sa place, qu'il n'y a pas d'inflammation ou de signe d'infection dans l'œil". Les risques d'infection de l'œil sont en effet plus importants une semaine après l'intervention.

Vue retrouvée et améliorée
Quels sont les bénéfices d'une opération de la cataracte qui corrige dans le même temps la myopie ?
Pendant longtemps, les personnes opérées de la cataracte étaient obligées de porter des lunettes. Mais les implants se sont améliorés. Ils contiennent aujourd'hui des lentilles qui améliorent la vue.

Ces lentilles ont d'abord été mono focales, c'est-à-dire qu'elles permettaient aux patients de voir de près ou de loin, mais il fallait choisir. Depuis quelques années, les lentilles multifocales se sont développées. Elles permettent aux patients de se débarrasser totalement de leurs lunettes, mais la vue est parfois moins précise. Ces lentilles sont, par exemple, déconseillées pour certaines professions, comme les pilotes de ligne ou les cameramen et chez les personnes âgées, qui ont plus de mal à s'adapter à cette vue.

Cette opération a métamorphosé le quotidien de millions de personnes. Rappelons tout de même que dans les pays en voie de développement, la cataracte est toujours une cause très importante de cécité car les gens ne peuvent pas bénéficier de ces techniques avancées.

La cataracte congénitale
La cataracte congénitale est rare, elle ne touche qu'un enfant sur 4.000
On parle souvent de la cataracte des personnes âgées mais dans de rares cas, elle peut aussi toucher les bébés. Il faut alors intervenir rapidement pour préserver le développement visuel de l'enfant.

"Il est essentiel de traiter très vite la cataracte de l'enfant car si on attend trop, le cerveau ne pourra plus intégrer les images correctement et à ce moment-là, on ne va pas réussir à obtenir une amélioration de l'acuité visuelle", explique le Pr Dominique Bremond-Gignac, ophtalmologiste pédiatrique.

La cataracte congénitale est rare, elle ne touche qu'un enfant sur 4.000. Les causes peuvent être génétiques, infectieuses ou d'origine inconnue.

Allodocteurs.fr - Explications de Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau