Amazon music

Slider

On en parle ...

Santé

International

Insolite

High-Tech

Afrique

Culture

Combien de jours faut-il travailler par semaine pour améliorer sa santé mentale ?


S'il est de fait que le chômage est susceptible de dégrader la santé mentale, ne travailler qu'un seul jour par semaine aurait un effet positif sur notre santé de manière générale. C'est ce qui en tout cas ressort d'une étude menée par l'Université de Cambridge.
---
Les bienfaits tout autant que les avantages procurés par le travail, peuvent être, selon les  chercheurs de la célèbre université britannique, tirés d'une seule journée de travail par semaine.

Pour réaliser leur étude, les scientifiques ont recueilli et examiné, pendant deux ans, les données sur la santé mentale d'un échantillon de 71.000 personnes, dont la tranche d'âge varie entre 16 et 64 ans.

Publiée dans la revue Social Science and Medicine, l'étude soutient que le fait de passer du statut de chômeur à celui de salarié réduirait de 30% le risque de dégradation de la santé mentale, ajoutant qu'il suffirait de travailler seulement huit heures par semaine (soit un jour) pour avoir un impact positif sur sa santé de manière générale.

Selon les chercheurs, travailler moins de 36 à 40 heures par semaine n'aurait pour ainsi dire aucune incidence négative sur la santé mentale, pas plus que travailler plus longtemps ne procurerait d'avantage supplémentaire.

Les chercheurs sont ainsi arrivés à la conclusion qu'il serait nettement plus bénéfique, comme le souligne Brendan Burchell, co-auteur de l’étude, « de réduire le temps de travail pour tout le monde au lieu de prolonger indéfiniment le chômage de certaines personnes ».

Et si l'on en croit Mike Slade, professeur de rétablissement de la santé mentale et d’inclusion sociale à l’Université de Nottingham, cette étude serait d'une grande importance, dès lors qu'elle met en évidence l’importance de soutenir ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale et auxquels reprendre de l'activité ferait le plus grand bien.


4 aspects essentiels de la confiance en soi

La confiance en soi est un sentiment de foi en soi-même, en ses capacités, ses aptitudes, en ses qualités et en sa faculté de jugement ; autrement dit notre aptitude à peser, soupeser, estimer ce qui peut être bon, mauvais, très utile, pas assez ou peu utile pour nous. Et avoir un niveau de confiance en soi relativement élevé est un facteur essentiel pour augmenter ses chances de réussir tant dans votre vie  professionnelle que privée.  Ci-dessous, quatre points essentiels de ce principe fondamental de notre  personnalité que chacun devrait développer.

Etre ouvert à de nouvelles expériences : L'une des caractéristiques de ceux qui réussissent est cette volonté accrue de vouloir toujours tenter de nouvelles expériences, due notamment à leur confiance en eux-mêmes. Aussi, que vous souhaitiez obtenir une promotion ou postuler pour un emploi quelconque, vous aurez toujours grand intérêt à avoir tout d'abord confiance en vous. Car personne n'aura confiance en quelqu'un qui a des doutes quant à ses ses propres capacités. La confiance en soi supprime ainsi les limites et les barrières de vos tentatives de développement personnel, multipliant du même coup vos expériences ; ce qui, chemin faisant, décuple vos chances de réussite.

Des performances améliorées : Avoir confiance en soi-même vous permet de mobiliser vos ressources pour la réalisation de vos objectifs. Vous ne procrastinerez pas, pas plus que vous ne douterez de vos capacités. Bien au contraire, vous vous sentirez capable de consacrer plus d'efforts et d'énergie à chaque tâche que vous entamerez. Ce qui aura comme impact l'amélioration de vos performances. Un point essentiel que la confiance en soi permet d'améliorer.

Une capacité de résilience accrue : La confiance en soi augmente votre capacité de résilience. Et vous vous verrez plus patient, plus endurant, plus courageux, plus ingénieux face à l'adversité. Chaque écueil sur le fleuve de la vie sera pour vous une occasion de relever un nouveau défi, réussir un nouveau challenge. Les difficultés ne vous feront plus peur. Loin s'en faut. Elles seront plutôt pour vous des occasions de vous prouver à vous-même votre propre valeur, tellement elles auront aiguisé vos talents, vos aptitudes, votre ingéniosité, votre capacité de dépassement : votre résilience. 

Une meilleure sociabilité : Avoir un bon relationnel est fondamental dans la vie en société car l'homme, mû par son instinct grégaire, ne peut se passer d'interagir avec ses semblables. Et c'est justement une qualité fondée sur la confiance en soi-même. Plus de confiance en vous-même contribue à vous rendre plus heureux, plus sociable et plus prompt à interagir positivement avec autrui. Quand la confiance en soi fait défaut, les relations avec notre entourage deviennent très vite teintées de méfiance, de mésentente, voire de discorde. Les personnes qui ont confiance en elles-mêmes ont tendance à nouer des relations solides avec leur entourage, en veillant notamment à prioriser, dans leur interaction avec autrui, leurs besoins personnels. Avoir confiance en vous-même vous permet ainsi non seulement de vous sentir intérieurement calme et apaisé, mais vous aide également à mieux comprendre autrui, à mieux l'aimer et, par conséquent, à mieux interagir avec vos semblables.

C'est dire que la confiance en soi est essentielle. Car au-delà de faire de vous un être plus sociable, plus résilient, plus performant et toujours à l'affût de nouvelles expériences, elle renforce aussi votre foi en des lendemains meilleurs, laquelle est indispensable à votre constante évolution, jusqu'aux cimes de votre plein épanouissement. 

AJD | S'informer Utile

Sexualité masculine : ce qui change après 40 ans


L’organisme humain subit, au fil des ans, des  transformations physiques et hormonales liées à l’âge. C’est ainsi qu’à quarante piges passées, l’homme commence à connaître des changements apparents et de plus en plus significatifs, notamment dans sa vie sexuelle.
---
Au-delà de la quarantaine, les hommes éprouvent généralement le sentiment de n’avoir plus le même désir ni la même puissance sexuelle qu’auparavant. Si ce constat inquiète, il faut cependant comprendre que cela est tout à fait normal.
 Les raisons de cette baisse de la libido masculine sont multiples et varient de l’apparition de l’andropause (cycle de l’organisme masculin assimilable à celui de la ménopause chez la femme) au faible estime de soi, en passant par le stress, sans oublier la  dysfonction érectile.

Aussi, dès que l’homme atteint l’andropause, l'on assiste à la réduction de la production de testostérone, l’hormone essentielle qui stimule le désir sexuel, réduisant du même coup l’appétit sexuel. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des symptômes caractéristiques de cette phase masculine.

Autre cause de baisse de la libido masculine aux alentours de la quarantaine, le stress. A quarante ans,  l’homme est désormais définitivement immergé dans la vie adulte et ses menus désagréments quasi quotidiens, et doit souvent faire face à une crise existentielle, et donc au stress ; ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on parle de crise de la quarantaine (sic).

Pour y remédier, il faut penser à prendre les choses avec philosophie ; éviter surtout de se laisser obnubiler par sa vie privée, sociale ou professionnelle, en pratiquant la respiration abdomino-costale et la méditation ; prendre des compléments alimentaires anti-stress et surtout veiller à avoir une bonne hygiène de vie.
A cet âge-là, il est aussi assez courant – sans être systématique – que l’on soit sujet à la perte de l’estime de soi. La baisse de la production hormonale amène celui qui a franchi la quarantaine  à éprouver un sentiment grandissant d’insécurité, tant physique qu’émotionnelle, due aux altérations hormonales de l’andropause.

Mais le changement ayant le plus d’impact sur la vie sexuelle des quarantenaires demeure sans doute le dysfonctionnement érectile, dès lors que pour des raisons psychologiques, hormonales ou neurologiques, l’érection peut ne plus être la même que quand on était plus jeune.
Autant de changements dont il ne faudrait pourtant pas s’inquiéter, d'autant plus qu’ils sont tout à fait normaux. Sans oublier que l’on arrive à en atténuer les effets en se faisant suivre médicalement, et même en ayant recours à des alternatives naturelles efficaces, qui auront vite fait de vous rendre votre confiance en vous-même pour une vie sexuelle toujours plus épanouie.

AJD | S'informer Utile

7 aliments pour vous aider à garder la bonne humeur

Votre état émotionnel peut provoquer des pulsions alimentaires, vous rendant quelquefois boulimique ou en vous coupant carrément l’appétit, tout comme ce que vous mangez peut aussi vous mettre de bonne humeur ou d’humeur exécrable. Et si l’on s’en rend compte souvent presque immédiatement après le repas, cela se vérifie aussi bien plus tard, car votre santé mentale est souvent tributaire de votre régime alimentaire.
Il vous est proposé ci-dessous une liste d’aliments dont la consommation suffira à booster votre moral, grâce notamment à leurs vertus reconnues sur l’état émotionnel.

Les protéines
Les aliments riches en protéines tels que les poissons, les noix et les graines ou encore les œufs, sont connus pour leur effet régulateur du taux de glycémie. Leur impact énergisant sur l’état émotionnel favorise donc la forme et la bonne humeur.
Le curcuma
En plus de ses vertus anti-inflammatoires et antioxydantes, le curcuma est aussi connu pour son effet déclencheur de la sérotonine, appelée aussi hormone de la bonne humeur. Avoir une alimentation riche en curcuma réduirait donc, selon certaines études, le stress et le risque de dépression, sans aucun effet secondaire néfaste sur l’organisme, avec un impact positif sur l’humeur.
Les bananes
Les  bananes sont riches en vitamine B6, en magnésium mais aussi en dopamine et aident donc à détendre le système nerveux tout en favorisant la bonne humeur. Mais si la banane donne la banane:) , songez tout de même à en consommer avec modération en cas de résistance à l’insuline ou à la leptine.
Les  fruits rouges
Ils tiennent leur couleur des anthocyanes, pigments antioxydants qui aident à la production de dopamine, en l’occurrence l’hormone du plaisir et qui – en plus de ses effets positifs sur la coordination et la mémoire – booste  aussi la bonne humeur. N’hésitez donc pas à vous taper une bonne cure de fraises, de framboises ou de myrtille bien mûres. Vous vous sentirez plus d’aplomb et de meilleure humeur.
Le café
Le café a un impact attesté sur les neurotransmetteurs responsables de notre état émotionnel et donc de notre humeur. Et ce n’est pas pour rien que nous sommes nombreux à honorer quotidiennement le cérémonial de la tasse du matin. Le sentiment de bien-être qui s’ensuit est quasi instantané. Il a été démontré que l’effet du café sur le cerveau déclenchait le facteur neurotrophique – autrement dit agirait sur le cerveau – de sorte à activer une protéine spécifique (le bdnf), qui transforme les cellules cérébrales en nouveaux neurones ; un effet d’autant plus revitalisant pour le cerveau que le bdnf,  attestent les chercheurs,  aurait un réel effet d’antidépresseur naturel. Café et bonne humeur semblent donc aller de pair.
Les oméga 3 d’origine animale
Le saumon, le maquereau, l’huile de foie de morue, les graines de lin, le colza – ça vous dit ? - sont connus pour être  riches en oméga 3, et ont un effet positif incontesté sur l’état émotionnel. Selon une étude publiée dans Brain Behavior and Umminity, les oméga 3 d’origine animale réduiraient de manière notoire l’anxiété (jusqu’à 20%), d’après des tests effectués sur des étudiants en médecine. Tandis que de précédentes études attestent de leur effet antidépresseur, les estimant aussi efficaces que les antidépresseurs habituels. Et le tout sans causer le moindre effet secondaire.
Le chocolat noir
Vous l’avez certainement senti,vous aussi, cet effet de bien-être quasi instantané ressenti juste après avoir croqué un bon petit morceau de bon – passez-moi la répétition – chocolat. Ce n’est pourtant pas le fait du hasard : le chocolat contient un neurotransmetteur à l’origine de cette sensation : l’antamanide, qui participe  à la régulation de l'humeur, de la mémoire et de l'appétit, neutralisant du même coup l’effet de la dépression et la sensation de douleur. Bref, autant de vertus qui font du chocolat un excellent remède contre l’anxiété tout en favorisant la bonne humeur.
Votre humeur et votre alimentation – nous l’avons vu – sont donc interdépendants. Mais il ne serait pas faux de souligner que cela est davantage plus justifié pour l’alimentation, car comme dirait l’autre : « Dis-moi ce que tu as dans ton assiette (sic, dans les deux sens), et je te dirais qui tu es ».

7 signes pour reconnaître une personne négative

Se plaindre constamment, s'alarmer à propos de tout et de rien, tristesse, anxiété et manque de confiance en soi et en tout... sont des facteurs d'autodestruction certaine. Voilà pourtant les traits de caractères les plus récurrents d'une personne négative. Contrairement aux personnes positives, les personnes négatives oublient que la vie est faite de hauts et de bas, de pentes abruptes et de descentes paisibles, et s'interdisent de penser à des lendemains meilleurs.

Comment reconnaître les personnes négatives ? Quels sont les signes qui devraient vous alerter ? Voici, ci-dessous, quelques signes qui vous permettront de reconnaître facilement une personne négative. 

1 - Se plaindre constamment : Les personnes négatives sont des champions de l'insatisfaction. Elles se plaignent à propos de tout et de rien et instaurent ainsi autour d'elles une atmosphère de frustration. Elles ont le sentiment que le monde entier est contre elles. Pour elles, qu'il pleuve, neige ou qu'il fasse beau temps, peu importe, elles trouveront toujours matière à se plaindre : les transports qui arrivent en avance ou en retard, la fluctuation des prix, le personnel domestique, leur boulot, etc.

2 - Constante indécision : Les personnes négatives procrastinent et peinent à sortir de leur zone de confort. Tout leur fait peur ou les dérange ; elles répugnent à faire face à de nouveaux défis par crainte de l'échec, et s'interdisent ainsi toute évolution. Elles restent ainsi engluées dans l'ennui et l'insatisfaction.
3 - Une mauvaise estime de soi : La négativité est l'une des causes les plus récurrentes de l'échec. Les personnes négatives ont une mauvaises estime d'elles-mêmes. Elles pensent toujours qu'elles ne sont pas assez bien pour ceci ou cela, pas assez intelligentes pour telle ou telle chose, pas suffisamment douées pour telle ou telle autre activité. Mais en réalité leur intelligence émotionnelle se trouve tout simplement neutralisée par leurs critiques constantes et leur attitude négative. Pour elles, demain ou l'avenir n'augure rien de bon : il n'y a tout simplement pas d'opportunités, pensent-elles, s'interdisant ainsi toute décision de changement, occupées à se plaindre de leur misère, vraie ou supposée. Leur vie est un peu comme une nuit polaire, avec son froid paralysant, à la différence près que la leur est quasi éternelle.

4 - Elles vous bouffent votre énergie : Vous reconnaîtrez une personne négative au fait qu'une simple discussion avec elle suffit à vous vider de votre énergie. Elle fait s'envoler, d'une phrase ou d'un geste, votre bonne humeur et vous laisse aussi vide qu'une serpillère essorée. Les personnes négatives sont tout simplement incapables de créer autour d'elles une atmosphère positive. Les côtoyer est chose éreintante et vous videra,  à coup sûr, de toute votre énergie.

5 - Des expériences et émotions limitées : Les personnes négatives s'autorisent rarement certaines émotions et sentiments : la joie, l'excitaion positive, la beauté sont pour elles des émotions - certes non pas connues - mais rarement expérimentées.  C'est à peine si elles reconnaissent l'existence de ce côté plus gai de la vie, plus promptes à se complaire dans leurs tourments quasi sempiternels.

6 - Un pessimisme constant : Les personnes négatives ne voient pas ou se refusent de voir le bon côté des choses. Elles trouvent plutôt un problème à chaque solution. Et quand elles entrevoient une lueur d'espoir, elles sont toujours en train de guetter la survenue d'une quelconque déconvenue. Sourire, pour elles, n'est pas chose aisée, car elles pensent  au fond d'elles-mêmes qu'un pépin n'est jamais loin.

7 - Une inquiétude sempiternelle : Même quand tout va bien, les personnes négatives sont toujours en train d'anticiper quelque problème - qu'elles sont les seules à imaginer - et qui pourrait surgir à tout moment. C'est dire que pour elles, tout est au mal dans le pire des mondes possibles, pour paraphraser Voltaire dans Candide. Oubliant de ce fait qu'en cultivant chaque jour - avec foi et sérénité - notre jardin, l'on puisse vraiment éloigner de nous "le vice, l'ennui et le besoin".

AJD | S'informer Utile