Slider

Santé

Bien-être

Vie pratique

Insolite

Technologies

Culture

Le Pen père recourt à l’Etat pour faire casquer sa fille

Pour préparer la campagne présidentielle de 2017, le Rassemblement national avait emprunté 6 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen, dont près de 4,5 n'ont toujours pas été remboursés. L'ancien président du FN recourt aujourd'hui à l'Etat pour récupérer l'argent prêté à sa fille.
--
Pour financer sa dernière campagne présidentielle, Marine Le Pen avait eu recours au micro-parti de son père, Cotelec, qui n'est autre que le financeur historique du parti d'extrême droite pour un prêt à un taux d'intérêt de 6%. Cela fait maintenant plusieurs mois que le prêt est arrivé à échéance, révèle le Journal du dimanche, pourtant près de 4,5 des 6 millions d'euros de ce crédit restent toujours dus.

Après avoir recouru à l'Etat, Jean-Marie Le Pen attend maintenant que le Ministère de l'Intérieur valide sa demande de cession de créance. Car le souhait du fondateur du Front national est désormais que le montant manquant soit directement ponctionné sur les aides publiques perçues chaque année par le RN, et dont le montant s'élève à 5,1 millions d'euros.

Dans son entourage, il se dit que les créanciers de la Cotelec, rémunérés à un taux de 3%, ne cachent plus leur inquiétude quant à l'avenir de leurs investissements, d'autant plus que l'ancien chef de l'extrême droite, âgé aujourd'hui de 91 ans, connaît depuis 2018 des problèmes de santé dus, selon le diagnostic, à « une fièvre persistante ».

Et si la relation père-fille n'a pas été affectée par cette affaire, certains prétendent tout de même que le vieil homme a obligé sa fille, par avocats interposés, à signer en brandissant la menace de lui « intenter une procédure de recouvrement de créance ». Bref, toujours père et fille, certes, mais à la guerre comme à la guerre.


Abdoulaye Jamil Diallo

Sexualité masculine : ce qui change après 40 ans

L’organisme humain subit, au fil des ans, des  transformations physiques et hormonales liées à l’âge. C’est ainsi qu’à quarante piges passées, l’homme commence à connaître des changements apparents et de plus en plus significatifs, notamment dans sa vie sexuelle.
---
Au-delà de la quarantaine, les hommes éprouvent généralement le sentiment de n’avoir plus le même désir ni la même puissance sexuelle qu’auparavant. Si ce constat inquiète, il faut cependant comprendre que cela est tout à fait normal.



 Les raisons de cette baisse de la libido masculine sont multiples et varient de l’apparition de l’andropause (cycle de l’organisme masculin assimilable à celui de la ménopause chez la femme) au faible estime de soi, en passant par le stress, sans oublier la  dysfonction érectile.

Aussi, dès que l’homme atteint l’andropause, l'on assiste à la réduction de la production de testostérone, l’hormone essentielle qui stimule le désir sexuel, réduisant du même coup l’appétit sexuel. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des symptômes caractéristiques de cette phase masculine.



Autre cause de baisse de la libido masculine aux alentours de la quarantaine, le stress. A quarante ans,  l’homme est désormais définitivement immergé dans la vie adulte et ses menus désagréments quasi quotidiens, et doit souvent faire face à une crise existentielle, et donc au stress ; ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on parle de crise de la quarantaine (sic).

Pour y remédier, il faut penser à prendre les choses avec philosophie ; éviter surtout de se laisser obnubiler par sa vie privée, sociale ou professionnelle, en pratiquant la respiration abdomino-costale et la méditation ; prendre des compléments alimentaires anti-stress et surtout veiller à avoir une bonne hygiène de vie.



A cet âge-là, il est aussi assez courant – sans être systématique – que l’on soit sujet à la perte de l’estime de soi. La baisse de la production hormonale amène celui qui a franchi la quarantaine  à éprouver un sentiment grandissant d’insécurité, tant physique qu’émotionnelle, due aux altérations hormonales de l’andropause.

Mais le changement ayant le plus d’impact sur la vie sexuelle des quarantenaires demeure sans doute le dysfonctionnement érectile, dès lors que pour des raisons psychologiques, hormonales ou neurologiques, l’érection peut ne plus être la même que quand on était plus jeune.

Autant de changements dont il ne faudrait pourtant pas s’inquiéter, d'autant plus qu’ils sont tout à fait normaux. Sans oublier que l’on arrive à en atténuer les effets en se faisant suivre médicalement, et même en ayant recours à des alternatives naturelles efficaces, qui auront vite fait de vous rendre votre confiance en vous-même pour une vie sexuelle toujours plus épanouie.

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile

Femme insatisfaite : les 4 signes qui ne trompent pas


Il arrive qu'on se passe volontiers de sexe pendant quelque temps, juste parce qu'on est occupé ou préoccupé par des choses plus ou moins importantes, tout en sachant que l'on peut en refaire dès qu'on en ressent une vraie envie. Et jusque là tout va bien ! 

Mais là où ça se corse, c'est lorsque n'ayant nullement envie de s'en priver, l'on n'arrive pas à satisfaire ce désir tout aussi naturel que boire, manger et dormir. Pourquoi ? Parce que tout simplement - et c'est là où ça fait mal - l'on n'arrive pas à trouver le ou la partenaire qu'il nous faut pour plusieurs raisons : absence de celui-ci ou de celle-là, célibat, solitude, dépression, etc. Car dès lors, apparaissent quelques signes qui ne trompent pas l'observateur averti, surtout lorsque cela concerne une femme.

Signe numéro 1 - une humeur exécrable : Une femme qui n'a pas fait l'amour depuis belle lurette se reconnaît souvent à son humeur insupportable. Elle crie, s'affole et s'enflamme facilement, et souvent sans aucune raison qui en vaille vraiment la peine. Un regard, un  geste ou ou même un bonjour dit de travers - à son goût - peut la mettre hors d'elle. La femme en manque de sexe est souvent une grenade ambulante, et pour peu que vous ne sachiez où vous mettez les pieds, elle vous explose à la figure. 

Signe numéro 2 - aboulie sexuelle : Le manque de sexe peut, quand il s'installe dans la durée, aboutir à l'aboulie sexuelle, autrement dit une absence de réponse à l'excitation sexuelle. Comme si la longue abstinence avait fini par chasser loin d'elle tout désir sexuel. La femme qui en souffre finit par s'accommoder de ce manque que, pendant longtemps, elle n'a pu satisfaire. Elle finit donc par se convaincre - comme pour se consoler - qu'elle n'en a tout simplement pas besoin. Elle se contente alors de rêves, de contemplations ou d'amours platoniques avec, souvent, une certaine douceur de caractère réfractaire - toutefois - à tout désir charnel. 

Signe numéro 3 - une tristesse injustifiée : Même si elle possède tout ce qu'il faut pour être heureuse, la femme en manque de sexe pourrait être - et elle l'est d'ailleurs très souvent - sujette à une tristesse injustifiée. Vous la reconnaîtrez à son regard absent et à sa posture apathique. Rien ne l'émeut. Rien ne lui fait plaisir. Elle devient peu à peu indifférente à tout , dès lors que son plus grand désir reste inassouvi.

Signe numéro 4 - Tendance à la solitude : La femme insatisfaite ou en manque de plaisir sexuel subit une réelle frustration qui s'accentue de jour en jour, l'installant petit à petit dans une solitude qui ne dit pas son nom, et ce même en présence de son mari ou partenaire . Son couple a soudain un relent insipide qui, si rien n'est fait, finit par avoir raison de leur vie commune.  

C'est dire l'importance que revêt l'acte sexuel dans une vie de couple, car une femme - faut-il le dire – est un peu comme une plante exotique extrêmement hydrophile, à telle enseigne que sans un arrosage efficace et régulier, elle finit rapidement par se flétrir et se faner, telle une fleur plantée en plein désert. Ne soyez pas ce désert, et tout ira mieux pour votre vie de couple. 

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile

Affaire Julian Assange : un bras de fer à l'issue incertaine

Après l'annonce par Ricardo Patiño, ministre équatorien des Affaires étrangères, de la décision de son pays d'accorder l'asile politique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, c'est un bras de fer qui s'engage entre l’Équateur et le Royaume-Uni, lequel reste déterminé à extrader le journaliste australien vers la Suède. Un bras de fer à l'issue incertaine et, peut-être, rocambolesque.

Sous mandat d'arrêt international de la Suède où il est accusé de viol, Julian Assange a épuisé en mai dernier toutes ses possibilités d'appel devant la Cour suprême britannique, laquelle lui a signifié le 30 mai dernier le rejet de son appel contre l'extradition.

Le 19 juin, Assange ayant épuisé tout recours, décide de se réfugier dans les locaux de l'ambassade équatorienne où il dépose une demande de réfugié politique. L’Équateur estimant que le journaliste australien est poursuivi pour

Canicule - Voici pourquoi il est déconseillé de dormir avec un ventilateur

Cet été, il fera - comme annoncé - très chaud. C'est donc déjà la ruée sur tous les appareils permettant de se rafraîchir ne serait-ce qu'un tout petit peu, dont le ventilateur, devenu, pour l'occasion, le compagnon inséparable de la plupart d'entre nous. Toutefois, dormir avec un ventilateur est déconseillé pour plusieurs raisons.

 - Risques d'aggravation des problèmes respiratoires -
Un ventilateur ne fait pas que brasser l’air, il éparpille aussi diverses menues particules dans la pièce où vous dormez, allant de la simple poussière aux pollens, sans oublier les poils de nos compagnons domestiques (chiens, chats, etc.), qui, inspirés dans les sinus, compliquent certaines pathologies respiratoires. A éviter donc si vous êtes allergique ou asthmatique.

- Déshydratation de la peau et des yeux
En période de chaleur, il est toujours agréable de sentir les caresses rafraîchissantes de  l'air sur notre peau. Cela a pourtant un effet souvent néfaste pour les yeux et l'épiderme. Car au contact de l’air, la peau s’assèche plus vite, accentuant le risque de déshydratation, tandis que les yeux perdent davantage de leur humidité et deviennent plus sensibles aux rougeurs et aux irritations.

- Attention aux crampes et autres torticolis
Le brassage régulier de l'air en direction du corps peut - au bout d'un certain temps - causer la contraction des muscles et provoquer des crampes désagréables ou douloureuses comme le torticolis. Aussi, faut-il opter pour un ventilateur à minuterie, pour ne pas exposer le corps au-delà du temps nécessaire pour atteindre un rythme de sommeil satisfaisant.
Abdoulaye Jamil Diallo

Sexualité masculine : ce qui change après 40 ans


L’organisme humain subit, au fil des ans, des  transformations physiques et hormonales liées à l’âge. C’est ainsi qu’à quarante piges passées, l’homme commence à connaître des changements apparents et de plus en plus significatifs, notamment dans sa vie sexuelle.
---
Au-delà de la quarantaine, les hommes éprouvent généralement le sentiment de n’avoir plus le même désir ni la même puissance sexuelle qu’auparavant. Si ce constat inquiète, il faut cependant comprendre que cela est tout à fait normal.
 Les raisons de cette baisse de la libido masculine sont multiples et varient de l’apparition de l’andropause (cycle de l’organisme masculin assimilable à celui de la ménopause chez la femme) au faible estime de soi, en passant par le stress, sans oublier la  dysfonction érectile.

Aussi, dès que l’homme atteint l’andropause, l'on assiste à la réduction de la production de testostérone, l’hormone essentielle qui stimule le désir sexuel, réduisant du même coup l’appétit sexuel. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des symptômes caractéristiques de cette phase masculine.

Autre cause de baisse de la libido masculine aux alentours de la quarantaine, le stress. A quarante ans,  l’homme est désormais définitivement immergé dans la vie adulte et ses menus désagréments quasi quotidiens, et doit souvent faire face à une crise existentielle, et donc au stress ; ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on parle de crise de la quarantaine (sic).

Pour y remédier, il faut penser à prendre les choses avec philosophie ; éviter surtout de se laisser obnubiler par sa vie privée, sociale ou professionnelle, en pratiquant la respiration abdomino-costale et la méditation ; prendre des compléments alimentaires anti-stress et surtout veiller à avoir une bonne hygiène de vie.
A cet âge-là, il est aussi assez courant – sans être systématique – que l’on soit sujet à la perte de l’estime de soi. La baisse de la production hormonale amène celui qui a franchi la quarantaine  à éprouver un sentiment grandissant d’insécurité, tant physique qu’émotionnelle, due aux altérations hormonales de l’andropause.

Mais le changement ayant le plus d’impact sur la vie sexuelle des quarantenaires demeure sans doute le dysfonctionnement érectile, dès lors que pour des raisons psychologiques, hormonales ou neurologiques, l’érection peut ne plus être la même que quand on était plus jeune.
Autant de changements dont il ne faudrait pourtant pas s’inquiéter, d'autant plus qu’ils sont tout à fait normaux. Sans oublier que l’on arrive à en atténuer les effets en se faisant suivre médicalement, et même en ayant recours à des alternatives naturelles efficaces, qui auront vite fait de vous rendre votre confiance en vous-même pour une vie sexuelle toujours plus épanouie.



Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile


Le Sénégal, à l'instar de 34 autres pays, n'a pas souhaité se prononcer sur la guerre menée par la Russie en Ukraine. Une préoccupation majeure qui mobilise l'Organisation des nations unis depuis l'éclatement du conflit, la semaine dernière, et qui a conduit, ce mercredi, au vote d'une résolution exigeant que « la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine ». 

141 pays sur les 193 de l'Assemblée générale ont approuvé la résolution portée par l'Union européenne (UE), en coordination avec l'Ukraine, qui « condamne la décision de la Russie d'accentuer la mise en alerte de ses forces nucléaires » et exhorte Moscou à retirer « immédiatement, complètement et sans conditions, toutes ses forces militaires » d'Ukraine. 

Cinq pays ont voté contre ; il s'agit notamment de la Russie, du Bélarusse, de la Corée du Nord, de la Syrie et de l'Érythrée. 35 pays se sont abstenus dont 17 pays africains.  Il s'agit notamment de l'Algérie, de l'Angola, de l'Afrique du Sud, du Burundi, de la Centrafrique, du Congo, de la Guinée équatoriale, de Madagascar, du Mali, du Mozambique, de la Namibie, du Sénégal, de l'Ouganda, du Soudan, du Soudan du Sud, de la Tanzanie et du Zimbabwe.

Cette résolution tombe à la suite de plus de deux jours d'interventions successives à la tribune de l'Onu. La Russie, elle, justifie son offensive de grande envergure par la menace que constitue pour sa sécurité le désir affiché par l'Ukraine d'intégrer l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan).

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile


S'il est de fait que le chômage est susceptible de dégrader la santé mentale, ne travailler qu'un seul jour par semaine aurait un effet positif sur notre santé de manière générale. C'est ce qui en tout cas ressort d'une étude menée par l'Université de Cambridge.
---
Les bienfaits tout autant que les avantages procurés par le travail, peuvent être, selon les  chercheurs de la célèbre université britannique, tirés d'une seule journée de travail par semaine.

Pour réaliser leur étude, les scientifiques ont recueilli et examiné, pendant deux ans, les données sur la santé mentale d'un échantillon de 71.000 personnes, dont la tranche d'âge varie entre 16 et 64 ans.

Publiée dans la revue Social Science and Medicine, l'étude soutient que le fait de passer du statut de chômeur à celui de salarié réduirait de 30% le risque de dégradation de la santé mentale, ajoutant qu'il suffirait de travailler seulement huit heures par semaine (soit un jour) pour avoir un impact positif sur sa santé de manière générale.

Selon les chercheurs, travailler moins de 36 à 40 heures par semaine n'aurait pour ainsi dire aucune incidence négative sur la santé mentale, pas plus que travailler plus longtemps ne procurerait d'avantage supplémentaire.

Les chercheurs sont ainsi arrivés à la conclusion qu'il serait nettement plus bénéfique, comme le souligne Brendan Burchell, co-auteur de l’étude, « de réduire le temps de travail pour tout le monde au lieu de prolonger indéfiniment le chômage de certaines personnes ».

Et si l'on en croit Mike Slade, professeur de rétablissement de la santé mentale et d’inclusion sociale à l’Université de Nottingham, cette étude serait d'une grande importance, dès lors qu'elle met en évidence l’importance de soutenir ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale et auxquels reprendre de l'activité ferait le plus grand bien.


Vivre sans faire l’amour, un pari impossible ?

De nos jours, si le sexe est  partout, n’empêche tout de même qu’il est avéré que nos contemporains font de moins en moins l’amour. Au point que l’on en arrive à se demander si l’on peut vivre sans faire – comme diraient certains – « la chose ». Question d’autant plus d’à propos qu’il y a de plus en plus de jeunes adultes, entre trente et quarante ans, affirment psychanalystes et sexologues, qui sans s’adonner au plus vieux et plus simple sport du monde, vivent pourtant très bien.
Vous  en doutez ? Eh bien, soyez-en sûr ! Car les études sont légion aujourd’hui, qui à l’instar de celle menée par le Professeur David Spiegelhalter, confirment non seulement la tendance à l’abstinence, mais vont jusqu’à annoncer le renoncement pur et simple à l’acte naturel le plus commun aux humains. Oui – je sais – vous êtes en train de vous dire : « comment est-ce possible ? ». Surtout que la plupart d’entre nous ne croient toujours pas en l’existence des relations purement platoniques.


En effet, si manger, boire et dormir sont des besoins essentiels, il n’en est pas de même pour copuler, car le sexe, affirment les spécialistes, est moins un besoin vital qu’un besoin psychologique, qui varie d’un individu à l’autre.

A force de s’abstenir, le corps finit tout simplement par intégrer l’abstinence comme étant tout à fait naturelle, au point de mettre en veille ou de carrément endormir le désir sexuel. Aussi est-il conseillé aux abstinents d’avoir une pratique sportive régulière pour garder le contact avec leur corps, afin de pouvoir – au besoin – sortir volontairement de leur léthargie sexuelle.
A propos justement de ces abstinents, il faut distinguer ceux qu’on appelle les désabusés de la sexualité, autrement dit, ceux qui après une expérience sexuelle malheureuse, ont opté pour l’abstinence ; les abstinents introspectifs ou ceux qui ont décidé de se recentrer un peu sur leur propre personne pour une mise au point nécessaire de leur vie dans son ensemble ; et enfin, les adeptes de l’amour platonique qui, eux, ont une conception de la sexualité où l’acte sexuel n’est carrément pas une nécessité pour la survie de la relation du couple.


En tous les cas, il faut dire que plus l’abstinence sera longue, plus la reprise de l’activité sexuelle sera difficile, et plus encore il faudra faire preuve de patience pour un retour effectif du désir sexuel.

En somme, vivre sans faire l’amour n’est pas une utopie. Cela est tout à fait possible, si l’on en croit les spécialistes, dont certains pensent même qu’une telle alternative – loin d’être folle – serait peut-être « une réponse plutôt réfléchie (sic) » à l’apologie excessive du sexe, à laquelle s’adonnent aujourd’hui nos sociétés modernes. Une alternative qui nous permettrait – pensent certains - de garder le contrôle sur notre liberté, au lieu de nous laisser submerger par les démons d'un monde de plus en plus sexuel.

Abdoulaye Jamil Diallo

Macron en Afrique, nouvelle ère ou rebelote ?

"Il n'y a plus de politique africaine de la France ", a rabâché le président français Emmanuel Macron, lors de sa dernière visite en Afrique ! Et pourtant, il était là par 45 degrés à l'ombre, faisant des pieds et des mains, s'évertuant à convaincre une jeunesse africaine délurée que le franc CFA est vraiment ce qu'il faut à l'Afrique, même si - autre "macronnerie ?" - il ne s'oppose pas, dit-il, à l'avènement d'une autre monnaie dans l'actuelle zone du "Franc des colonies françaises d'Afrique : CFA".
Trêve de condescendance : il faut que désormais la France arrête une fois pour toutes son discours paternaliste et adopte enfin celui d'un échange d'égal à égal, si elle veut se faire une place honorable dans la toute nouvelle configuration du monde. Car avec une Chine qui tutoie l'Amérique et une Corée du Nord nucléaire menaçante et une Afrique devenue la seule et unique alternative pour les entreprises occidentales en perte de croissance, inutile de dire que le monde n'est plus ce qu'il était il y a seulement deux décennies. Et que dire alors d'une France restée figée dans des rapports vieux de soixante ans avec ce qu'elle considère toujours comme son pré carré  ?
A cette France-là, j'ai envie de dire : Réveille-toi, douce France, car l'époque est révolue et bien révolue où les Africains croyaient tous les boniments qu'ânonnaient (convaincus eux-mêmes de leur inanité) leurs "amis" français.
Aussi, si Macron croit vraiment, comme il le prétend, à l'avènement de cette ère nouvelle où la France, loin de dormir sur ses lauriers, toute satisfaite de sa gloire d'antan, tendra la main à l'Afrique dans une perspective de partenariat gagnant-gagnant, qu'il se fasse donc le pionnier de cette nouvelle race de Français, qui a compris que l'avenir du monde ne se fera pas sans une Afrique libre et prospère (pour fixer sur place sa démographie galopante, afin qu'elle n'aille pas submerger le vieux continent et tôt ou tard y créer des printemps de ras-le-bol), car il y va de l'équilibre même des choses de ce monde, devenu plus interdépendant que jamais.
Si Macron, en son âme et conscience, nourrit donc un désir sincère de se faire le porte-étendard de cette nouvelle génération visionnaire de Français, en rompant avec la pratique éhontée de la vieille Françafrique, il sera certainement le plus réfléchi des présidents français, d'autant plus que ni l'époque ni l'ordre actuel des choses ne permettent que l'on se voile longtemps la face : le sort du monde est lié à celui de l'Afrique. L'ignorer serait prendre le risque de se détruire soi-même, quelque tard que cela advienne.
Abdoulaye Jamil Diallo
L'Algérie se qualifie pour le dernier carré, en éliminant la Côte d'Ivoire aux tirs au but (4-3), après un score nul (1-1). Les Fennecs passent ainsi en demi-finale et rencontreront, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal, lui, fera face à la Tunisie.
---
Le suspense aura perduré jusqu'à la fin. Les Fennecs se sont illustrés par un jeu rapide et vif, qui a rapidement fait mouche à la vingtième minute, avec l’ouverture du score par Sofiane Feghouli, entraînant les Ivoiriens dans une course au but effrénée, d’autant plus qu’ils étaient les premiers à vraiment inquiéter le camp algérien par des essais répétés. Une contre-attaque des Éléphants qui ne donnera satisfaction que trois quarts d'heure plus tard, à la soixante-deuxième minute, lorsque Jonathan Kodjia, d’un coup de pied mettant à terre deux défenseurs des Fennecs, égalise enfin pour les Éléphants, faisant ainsi renaître l’espoir pour les Ivoiriens.

Éléphants et Fennecs se livreront ensuite une bataille sans merci, avec une distinction tout de même des hommes de Belmadi, qui multiplieront les attaques pour s’imposer, imprimant ainsi à la rencontre l’ardeur et le rythme d’un match de qualité. Mais qui trouveront en face d’eux une défense ivoirienne décidée à leur barrer la route, et qui par conséquent ripostera à son tour par une réactivité et une contre-attaque attestant de sa détermination à ne pas se laisser abattre.

Une lutte qui durera jusqu’à la fin du temps réglementaire (malgré de nombreuses occasions des deux côtés), obligeant les deux adversaires à s’affronter pendant 30 minutes supplémentaires. Des prolongations qui ne suffiront pas non plus à départir Ivoiriens et Algériens. Place donc à la séance fatidique des tirs aux buts qui, par les ratés lamentables de deux éléphants à bout de souffle dont – grrr ! - nous ne citerons même pas les noms, a vu tout simplement la consécration des Fennecs (1-1 TAB 4-3).

Fin de parcours donc pour la Côte d’Ivoire. Et bon vent à l’Algérie, qui rencontrera en demi-finale, dimanche, le Nigéria ; tandis que le Sénégal fera face à la Tunisie, sortie victorieuse de son match contre le Ghana (1-1 TAB 5-4).

Abdoulaye Jamil Diallo

Idrissa Gueye signe son entrée officielle au PSG

Idrissa Gana Gueye est depuis ce mardi officiellement joueur du Paris Saint-Germain. Le Sénégalais de 29 ans, parti de Lille en 2015 pour la Premier League, vient ainsi consolider le milieu de terrain du club parisien.

Cinquante-troisième Africain et seulement huitième joueur sénégalais ayant jusqu’ici rejoint le PSG, selon le décompte du club, Idrissa aurait été, selon nos sources, acheté pour 30 millions d’euros au club anglais d’Everton. Il s’est engagé ce mardi pour un contrat de quatre ans, et jouera pour le champion de France jusqu ‘en 2023, sous le numéro 27 qu’endossait un certan Javier Pastore, estampé de son nom de joueur Gana.

Gana, justement, un nom que lui aurait donné son père, rappelle Idrissa, en souvenir de son grand-père, même si l’international sénégalais n’a décidé de l’endosser que plus récemment après son départ de Lille en 2015, après avoir longtemps joué sous le patronyme de Gueye.

D’aucuns disent que sa prestation lors de la dernière CAN a été décisive dans la motivation du choix du Paris Saint-Germain, qui recherchait activement un milieu de terrain de haute facture.

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile

Guéant et les civilisations : stratégie électoraliste et diversion


Des hommes de " bon sens "
Qui ne le savait pas ? Bien sûr que les civilisations ne se valent pas ! N'en déplaise aux contradicteurs de Guéant. Je le sais, vous le savez, nous savons tous : Guéant a raison ! Mais la question qu'il faudrait peut-être se poser est de savoir pourquoi soulever un tel débat à ce moment précis. Diversion ou séduction électoraliste?

Ce lundi encore, Guéant persistait et signait : «  Les civilisations ne se valent pas ! ». Il l'avait dit samedi, l'avait répété pendant tout le week-end... Il continuait encore ce lundi matin : « Les civilisations ne se valent pas !».

Guéant, un homme de bon sens 

Pourquoi se répète-t-il autant ? Eh bien pour
signifier à ceux qui ne l'auraient pas encore entendu et qui, peut-être, se préoccuperaient d'autres choses bien moins préoccupantes – comme le bilan du président Nicolas Sarkozy par exemple - qu'ils ont mieux à faire : l'écouter lui « l'homme de bon sens », selon sa propre appréciation.

Ce sont, il l'a dit et vous le dira encore, des « propos de bon sens ». Et si vous n'avez toujours pas compris, il ajoutera que ce sont « des propos d'évidence ». Quoi ? Vous persistez encore à lui rappeler qu'il y a des choses bien plus importantes qui préoccupent les Français en ces temps de crise ? Mais arrêtez ! Il a raison Guéant ! Et si vous ne savez pas pourquoi il continue à se répéter inlassablement, eh bien sachez qu'il le fait – et il vous le répétera aussi – pour « défendre la démocratie, les libertés individuelles et les droits des femmes ».

Guéant, un républicain 

Ne vous y trompez guère ! Guéant est un républicain soucieux des principes fondateurs de cette... douce France - quoique pas si douce que ça ces derniers temps ! Et n'allez surtout pas l'accuser de ne pas se préoccuper des vrais problèmes des Français, car en grand défenseur des principes républicains, il vous le dira, « le nombre de fidèles musulmans en France pose problème ».


Et surtout n'allez pas lui dire que ces musulmans sont pour la plupart des Français. Il vous l'a dit et vous le répétera : « Les civilisations ne se valent ! ». Et tant pis si Hollande lui lance : « Nous devons rassembler tous nos efforts et non pas créer je ne sais quels bavardages qui, en plus, sont autant de provocations ». Car de toutes façons, lui ne souhaite nullement « diviser les Français », pas plus qu'il ne souhaite « susciter je ne sais quelle surenchère ».

Or, personne n'est dupe ! Et même ceux qui soutiennent son jeu - comment dire... puéril - savent sciemment, aujourd'hui, que ni les divagations de Guéant ni le sempiternel débat de Sarkozy sur l'identité nationale ne pourront, encore une fois, berner les Français. Et toutes ces tentatives de diversion et ces efforts – vains - de convaincre l'électorat français, surtout celui de l'extrême droite, ne pourront, à l'aune de ses forfaits, faire de Sarkozy un meilleur candidat  ?

Abdoulaye Jamil Diallo
Jusqu’alors considérée comme étant due aux seules conséquences psychologiques de la ménopause,  une nouvelle étude montre que l’insatisfaction sexuelle serait aussi d’ordre  psychosocial.
La ménopause se déclare généralement autour de la quarantaine – voire la cinquantaine – avec des symptômes caractéristiques, allant de la sécheresse vaginale aux bouffées de chaleur, sans oublier les troubles assez récurrents du sommeil, avec des rapports sexuels de plus en plus rares.


Selon une étude parue en 2015 dans la revue Endocrinologie and Metabolism clinics of North America, citée par Pourquoi Docteur, « le dysfonctionnement sexuel augmenterait avec l’âge et serait très fréquent chez les femmes ménopausées ». D’autant plus que d’autres observations avaient auparavant mis en évidence l’évolution sensible des troubles sexuels, notamment entre la pré-ménopause et la post-ménopause.

Insatisfaction sexuelle et facteurs psychosociaux
Comme souligné plus haut, jusqu’ici, seules les baisses des taux  d’œstrogènes et la sécheresse vaginale étaient considérées comme ayant un impact négatif sur la satisfaction sexuelle des femmes. Or une nouvelle étude collaborative, menée par des scientifiques de l’Université du Sussex à Brighton, de l’University College London (Royaume-Uni) et de l’Université de New South Wales à Sydney, pointe aussi du doigt des facteurs nouveaux tels que la confiance en soi, les changements d’humeur, le stress ou encore l’image que l’on se fait de soi-même. 
Les auteurs de l’étude se sont basés sur l’analyse des données d’un échantillon de 4.418 femmes d’une moyenne d’âge de 64  ans, dont les 50 %, selon l’étude, affirmaient avoir une vie sexuelle active.


Très faible taux de satisfaction sexuelle
Ces femmes, objet de l’étude, ont fait état de rapports sexuels moins fréquents du fait de l’absence ou de la difficulté de trouver un partenaire ou du dysfonctionnement sexuel de ce dernier, ainsi que de rapports plus douloureux du fait des symptômes précédemment évoqués, sans oublier l’état physique de la femme et les traitements médicamenteux.

Certaines d’entre elles ont établi un lien entre les facteurs psychosociaux et la baisse de leur libido. Et seulement 3 % de ces femmes ont confié avoir des rapports sexuels globalement satisfaisants.

Selon les auteurs de cette étude, « les difficultés sexuelles sont souvent sous-déclarées, sous-reconnues et sous-traitée », invitant dès lors médecins et professionnels de la santé à être plus à l’écoute de leurs patientes ménopausées, afin d’aider à leur épanouissement sexuel.

Chine : l'ex-dissident de la place Tiananmen retournera en prison

Chen Xi inculpé pour cyberdissidence.
Condamnation, ce lundi 26 décembre, du cyberdissident Chen Xi, ex-dissident de la place Tiananmen qui, après avoir purgé 13 ans de prison, va retourner derrière les barreaux pour dix autres années, notamment pour avoir, selon les autorités chinoises, « incité à la subversion du pouvoir de l'Etat ».

Un tribunal de la province du Guizhou, dans le sud-ouest du pays, a condamné, ce lundi 26 décembre, le cyberdissident chinois, Chen Xi, à dix ans de prison.  Motif :
«incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat ». Une infraction fourre-tout de l'Empire du milieu, permettant à l'Etat de se débarrasser, pour longtemps - très longtemps - de tous les trouble-fête et autres partisans de la démocratie à l'occidentale.

Condamné pour avoir publié sur Internet 36 essais contre le parti unique et pour avoir soutenu des candidats indépendants aux élections locales, Chen Xi, ex-dissident de la place Tiananmen (1989), retourne ainsi en prison, où il avait déjà passé 13 années de sa vie, pour le motif sacro-saint de « subversion du pouvoir de l'Etat ».

« Je ne connais pas exactement l'intitulé des charges », avait déclaré son épouse à son arrestation, « parce que le tribunal et les procureurs ne m'ont pas montré l'acte d'inculpation ». C'est désormais chose faite : Chen Xi, tout comme le prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, qui purge, depuis 2009, une peine de prison de 11 ans, a été condamné pour le même motif. 

Trois jours plutôt, vendredi, un tribunal de la province du Sichuan, voisine de la province de Guizhou condamnait à 9 ans de prison l'opposant Chen Wei, également pour des essais publiés sur Internet et pour avoir appelé – toujours sur la Toile - à soutenir les révolutions arabes.

Cette lourde condamnation a été dénoncée par le Haut Commissaire aux droits de l'Homme, Navi Pillay, qui a appelé, ce lundi 26 décembre 2011, à la libération par les autorités chinoises  de « toute personne détenue pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression ».

Abdoulaye Jamil Diallo 
 


Guéant et les civilisations : stratégie électoraliste et diversion


Des hommes de " bon sens "
Qui ne le savait pas ? Bien sûr que les civilisations ne se valent pas ! N'en déplaise aux contradicteurs de Guéant. Je le sais, vous le savez, nous savons tous : Guéant a raison ! Mais la question qu'il faudrait peut-être se poser est de savoir pourquoi soulever un tel débat à ce moment précis. Diversion ou séduction électoraliste?

Ce lundi encore, Guéant persistait et signait : «  Les civilisations ne se valent pas ! ». Il l'avait dit samedi, l'avait répété pendant tout le week-end... Il continuait encore ce lundi matin : « Les civilisations ne se valent pas !».

Guéant, un homme de bon sens 

Pourquoi se répète-t-il autant ? Eh bien pour

Ramadan : le Maroc passera à GMT+0 le 27 mars à 3 heures

Ramadan est à nos portes. Et comme d'habitude, pendant ce mois sacré, le Maroc va repasser à GMT + 0  a annoncé le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, indiquant, par la même occasion, que le retour à GMT+1 se fera à la fin du mois de ramadan, notamment le dimanche 8 mai à 2 heures du matin, heure à laquelle vous devrez à nouveau remonter vos horloges de 60 minutes de plus.

Ce changement d'heure, explique le ministère dans son communiqué, vient répondre aux besoins des populations de s'adapter aux spécificités de ce mois afin de leur garantir des conditions propices à l'observance de leurs obligations rituelles, et ce, conformément au décret du 26 octobre 2018 relatif à l’heure légale, ainsi qu'à l’arrêté du Chef du gouvernement y afférent.  

L’horaire continu sera adopté par les administrations publiques et les collectivités territoriales : du lundi au vendredi (de 9h à 15h), durant tout le mois. Tandis que les fonctionnaires et les agents publics bénéficieront d'aménagements leur facilitant l'accomplissement de la prière du vendredi, conformément à l’arrêté du 30 septembre 2005 fixant les horaires de travail, pendant ce mois béni, dans les administrations de l’État et les collectivités locales.

Abdoulaye Jamil Diallo - S'informer Utile

Sénégal - Bénin : les Lions confirment leur suprématie sur les Écureuils

Le Sénégal se qualifie pour le dernier carré, grâce à un coup de pied décisif d'Idrissa Gana Gueye : 1-0 pour les Sénégalais. L'ancien Nîmois envoie ainsi son équipe en demi-finale, confirmant, par la même occasion, la suprématie des Lions sur des Écureuils tout de même valeureux, qui - faut-il le dire - n'ont pas démérité. Les Béninois sortent donc la tête haute de cette compétition, car très peu s'attendaient à ce que cette équipe béninoise arrive en quart de finale.

Les Sénégalais ont maintenant, comme l'a souligné en fin de match Sadio Mané, « tout ce qu'il faut pour aller en finale ». Un Sadio Mané toujours aussi combatif, toujours aussi efficace, mais qui n'a pas eu assez de bol pour ce match (deux buts refusés pour hors-jeu), mais dont la grande forme reste intacte et promet certainement une brillante demi-finale.

Les hommes d'Alioune Cissé n'ont pour ainsi dire pas ignorer la consigne de respect et de considération pour leurs adversaires et ont fait, au cours de ce match, preuve de maîtrise et de gestion efficace du ballon. Deux qualités qui laissent espérer une suite prometteuse pour les Lions de la Téranga, qui gardent encore toutes leurs chances de remporter cette CAN 2019. Bref, c'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Abdoulaye Jamil Diallo

Nicolas Sarkozy : une candidature axée sur les valeurs ?

Au cours de son déplacement, mardi dernier, dans le Tarn, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a accordé une interview à l'hebdomadaire Le Figaro Magazine à paraître ce samedi. Les grandes lignes d'une candidature axée sur les «valeurs».

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Le Figaro Magazine, notamment pour le numéro à paraître ce samedi, Nicolas Sarkozy annonce avoir réfléchi et sur le « fond » et sur la « forme » de sa

CAN : le Bénin élimine le Maroc et le Sénégal dompte l'Ouganda

Victoire du Bénin contre le Maroc aux tirs aux buts après un match nul (1-1). Le Bénin crée ainsi la surprise en se qualifiant pour les quarts de finale et rencontrera le vainqueur du Match Sénégal-Ouganda, remporté justement par les Lions de la Téranga par 1 but à zéro, inscrit par l'infatigable, l'indéfectible Sadio Mané.

C'est donc parti pour un Sénégal-Bénin qui sera certainement tout aussi alléchant que mémorable, eu égard à l'ascension aussi inattendue que fulgurante des Écureuils, qui semblent d'ores et déjà avoir créé la surprise de cette CAN 2019 ; d'abord en tenant tête aux lions de l'Atlas, avant de les bouter hors de la compétition.

Une surprise qui devrait sonner comme un avertissement aux oreilles d'Alioune Cissé et ses hommes, qui ne devraient surtout pas commettre l'erreur de sous-estimer leurs prochains adversaires.

Abdoulaye Jamil Diallo