Slider

Santé

Bien-être

Vie pratique

Insolite

Technologies

Culture

 Le Sénégal est un exemple de coexistence pacifique entre différentes communautés religieuses.

« Mon grand-père était musulman. Le jour de mon ordination, il était devant dans l'église à prier avec tout le monde même s'il avait son chapelet. Ce grand-père, pour qui j'ai beaucoup d'estime et à qui je rends encore hommage pour l'éducation qu'il nous a transmise, a des enfants qui sont devenus musulmans et d'autres chrétiens. Ma mère est chrétienne, mais certaines de ses sœurs sont restées musulmanes. Et nous avons toujours vécu en bonne entente et en cohésion », raconte avec émotion l'Abbé Alphonse Birame Ndour, curé de la paroisse Saint-Paul de Grand Yoff à Dakar, dans un entretien avec Apa news vendredi 6 mai. 

Son témoignage, rare dans le monde, est pourtant fréquent dans son pays le Sénégal où la majorité musulmane s'accommode largement des minorités religieuses, chrétiennes notamment. 

« L'histoire du Sénégal est jalonnée de rencontres avec des peuples et des cultures différentes ayant abouti à un métissage au sein des ethnies et des familles », rappelle Cheikh Ahmed Tidiane Sy al Amine, président fondateur du Think Tank GUESS dont le père, Abdoul Aziz Sy Al Amin décédé en 2017 était le sixième khalife générale des Tidjanes (ou Tarika Al Tijaniya, en arabe), une des principales confréries musulmanes soufies au Sénégal, avec les Mourides (Al Mouridiya)  et les Khadres (Al Kadiriya). 

Cette particularité sénégalaise « s'explique par le fait que l'islamisation de nos peuples n'a pas été imposée mais acceptée de fait à la suite des brassages culturels entre les caravanes venues d'Afrique du nord et les autochtones », poursuit cet ancien président du Cadre unitaire de l'Islam, une organisation qui regroupe les principales confréries musulmanes soufies au Sénégal. 

« Nous devons cette situation non seulement à ce que nous avons en commun, c'est-à-dire la famille, la parenté, le sang, mais aussi grâce à la perspicacité et à la sagesse de nos pères devanciers qui, dès le lendemain des indépendances dans les années 60 ont pu installer dans notre pays un souci de l'autre, ce souci du vivre ensemble…», confirme l'Abbé Alphonse Birame Ndour, qui cite comme exemple récent des relations cordiales entre religieux au Sénégal, cette visite de l'Archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye à Serigne Mountakha Mbacké, le khalife général des Mourides, à l'occasion de l'inauguration en 2019 à Dakar de la splendide mosquée Massalikoul Djinan, la plus grande de la ville avec plus de 30000 places assises. Un geste dont il faut se féliciter d'autant que « le Dieu que nous aimons et adorons, n'est pas le Dieu de la division. C'est le Dieu de l'amour, de la paix, de la Concorde et de l'Unité », insiste le curé de Grand-Yoff. 

Pour Cheikh Ahmed Tidiane Sy al amine, il n'y a d'ailleurs pas de « lignes de séparation claires entre les communautés mais plutôt une symbiose ou une émulsion entre les communautés religieuses ». 

Cette « cohabitation » ou « coexistence » que magnifient le curé et le leader musulman est parfois secouée par des propos extrémistes. « Nous notons une tendance à saper l'exception sénégalaise du vivre ensemble en raison de l'émergence de nouveaux courants plus ou moins structurés n'ayant pas les mêmes bases spirituelles que les confréries soufies », regrette Cheikh Ahmed Tidiane Sy.

L'Abbé Alphonse Birame Ndour, lui aussi, déplore « l'émergence de nouveaux prédicateurs qui n'hésitent pas à mettre sur le dos de l'autre des accusations infondées et insensées ». Ce qui, selon le curé, « ne peut pas manquer de susciter l'émoi et l'émotion et même parfois des réactions violentes de la part de ceux qui se sentent visés ». Pour faire face à ces discussions qui menacent la bonne entente entre confessions au Sénégal, le catholique et le musulman souhaite des mesures fortes de la part des autorités politiques. 

Pour l'Abbé Alphonse Birame Ndour, il est urgent que le pouvoir fasse « respecter la laïcité de l'Etat sénégalais ». Et Cheikh Ahmed Tidiane Sy al Amine de conclure : «Il  faut introduire dans le cursus scolaire l'enseignement obligatoire des valeurs de tolérance et de paix portées par les grandes figures religieuses aux générations actuelles et futures ». Il propose également « la régulation des réseaux sociaux, lieux propices à tous les débordements quitte à durcir la loi sur toutes les formes d'incitation à la violence ou à la haine entre communautés ».

Source : APA

«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

Aucun commentaire:

Laissez un commentaire

Important :Tout commentaire à caractère haineux, raciste, xénophobe ou tout simplement irrévérencieux sera supprimé et l'auteur éventuellement banni, en fonction de la gravité des propos tenus. Merci.